Release Party de Bukowski au Divan du Monde (15.05.2013)

19h30 ce mercredi de mois de mai, au Divan du monde. Une foule impatiente attend l'ouverture des portes de la salle qui accueille ce soir Bukowski, étoile montante de la scène Rock/Metal française.

Ce soir, on célèbre leur nouvel album Hazardous Creatures, Release Party oblige ! Le franc succès encadrant ce 3ème opus studio ne fait que présager d'une soirée inoubliable...

Pour commencer cette soirée qui s'annonce énergique, la première partie se devait d'être Rock'n'roll et envoyer du lourd. Définition qui colle parfaitement aux Sticky Boys qui nous assènent un « Bang That Head » qui fait sensation. Sortis tout droit de leur opus This Is Rock'n'Roll, les titres comme « Great Big Dynamite » ou encore « The World Don't Go' Round » font jumper l'audience qui a du mal à se mettre en jambes. D'une énergie débordante suant le rock a plein régime, ils enchaînent avec « Miss Saturday Night » et Alex en bon frontman teste les cordes vocales du public à base de « Sticky what ? » « Sticky Boys ! ».

Tout le monde se prend au jeu et participe énergiquement, la chaleur et l'ambiance monte dans le Divan d'un coup. Motivée, la foule se déchaîne en bonne et due forme avec la reprise de Sonny Curtis « I Fought The Law » que les gars interprètent avec bonne humeur et dynamisme (c'est le moins qu'on puisse dire). L'équilibre est parfait sur scène entre Alex avec sa voix de Lemmy prépubère, Tom avec sa jambe folle et Jb avec ses bouclette's bangs. Les Sticky Boys ne donnent pas dans la dentelle, ils font du gras et ils le font bien. En bons chauffeurs de salle ils terminent leur set avec « Big Thrill », et quittent la scène sous les applaudissements.

A 21h30, les Bukowski version 2.0 montent sur scène et sont accueillis par un public plus que motivé. Non les Buko ne commenceront pas leur set avec un extrait du nouveau Hazardous Creatures, mais avec « The Downtown Revenge » tiré de The Midnight Sons leur deuxième opus. Le premier slammeur s'envoie en l'air dès les premières secondes et montre l'exemple aux autres.

Toujours dans les anciens titres, « Carnivorous » fait plus que sensation avec une guitare en plus. Profitons en pour parler du son qui est délectable ce soir, la basse de Julien Dottel sonne du feu de dieu et la nouvelle amplification des guitares résonne du tonnerre ! Quel plaisir de redécouvrir des morceaux comme « Pillbox » avec Fred Duquesne en plus.

Première surprise de la soirée, non toujours pas de nouveau titre en vue mais un featuring qui va en ravir plus d'un : Nico, le chanteur du groupe The Arrs rejoint les gars de Buko sur scène pour interpréter « Mysanthropia ». Une performance qu'on voudrait voir plus souvent tellement la voix de Nico colle parfaitement au son granuleux et poignant de ce morceau d'Amazing Grace. Une foule en délire lance moshpit sur moshpit et va de slam en slam, pendant que Julien est perché sur son retour tel un singe hurleur.

Après l'apocalypse Nico vient le « calme » version Bukowski avec un morceau dédicacé à l'ancien batteur Niko Nottey (rappelons qu'il a quitté le groupe après l'enregistrement de Hazardous Creatures pour cause de manque de disponibilités) qui rejoint ses anciens comparses sur scène pour l'occasion. Après cette double dose de "Niko", Mathieu Dottel annonce une petite nouveauté, enfin il essaie de couvrir le public entier qui hurle ''bukowski ! Bukowski !  Bukowski !». Ce sont les samples de « Hardtimes » (enfin un titre tant attendu du dernier opus) qui retentissent dans tout le Divan. Suite à quoi l'intro old school de « Fever » fait vibrer la foule qui se presse devant la scène. Après cet envoûtement spontané le groupe repart en arrière avec « The Midnight Son ».

Décidemment ce soir les Bukowski sont pour le moins nostalgiques. A première vue c’est ce qu’on se dit, mais le fait de voir jouer sur scène les anciens titres avec le nouveau line up rend la chose très intéressante. Et puis de toutes façons le morceau suivant c’est « Keep Your Head On » alors ça va ! Le titre qu'on attendait tous avec impatience, avec ses riffs ou ses hommages à Slayer et Michael Jackson.

Après s’être dégourdie les jambes, la fosse part en pogos avec « Hazardous Creatures », et à peine le temps de partir vraiment en live que la pression redescend avec « The Maze », titre splendide du dernier opus mais qui avait difficilement sa place entre «Hazardous Creatures » et « Car Crasher », bien plus dynamiques. D’ailleurs, parlons-en de « Car Crasher », on va de surprise en surprise ce soir puisque la scène accueille à nouveau une « célébrité » : il s’agit de David le chanteur de Noïd. Et puisque les Bukowski ont décidé de nous gâter, ils ont invité quatre nanas du Paris Roller Girls (qui ont leur stand de merch à côté du leur) à se mettre en plein cœur du cercle formé par le public. Je vous laisse deviner la suite, voici une petite vidéo du fidèle Jonathan Maingre toujours aux côtés du groupe afin d'illustrer comment ça s’est passé :

Après ce moment intense, la fosse en transe retombe une fois de plus dans le calme et la volupté avec « Brothers Forever », titre qu’on pourrait considérer comme l’hymne de ce dernier album. Les guitares sont parfaites, le rythme de Thibault hyper fluide, avec ce titre les Buko nous emmènent avec eux sur la route magnifique mais parfois jonchée d’embûches du Rock. Ils terminent leur set en beauté avec un morceau repris en chœur par l’audience : « My Name Is Kozanowski » ainsi que « Hit The Ground Again ». On aurait espéré un rappel mais après presque une heure trente de jeu on comprend les gars qui ont vraiment tout donné ce soir, dans le seul but de se faire plaisir et de nous faire plaisir aussi.

Pour une release party de Hazardous Creatures on se serait attendu à plus de titres de ce dernier, mais encore une fois ça nous a permis d’apprécier avec le nouveau line up les titres qui nous ont fait vibrer durant toutes ces années. Bien que la set list varie trop souvent entre morceaux énergiques et autres plus calmes, Bukowski nous a offert ce soir une prestation hors normes, pleine de surprises et d’une très bonne qualité aussi bien niveau light que sonore. Encore une fois, avec tout le professionnalisme d’un grand groupe, ils gardent une proximité avec leur public qui nous va droit au cœur.

Setlist :

The Downtown Revenge
Carnivorous
Pillbox
Mysanthropia
Hardtimes
Fever
The Midnight Son
Keep Your Head On
Hazardous Creatures
The Maze
Car Crasher
Brothers Forever
My Name is Kozanowski
Hit The Ground Again

Crédits photo: Alexandre Coesnon / page facebook officielle de Bukowski et Sticky Boys

 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements