Michael Schenker au Forum de Vauréal (16.05.2013)


C'est le mois de mai, il fait beau et chaud, et... ah non, il fait gris, froid et moche. Bon, tant pis, La Grosse Radio va quand même au Forum de Vauréal pour un second concert de Michael Schenker (ex-Scorpions, ex-UFO, MSG...) en l'espace d'un an.

L'an passé, c'était quand même fort bien, et nous avions même pu interviewer le guitar hero allemand. Qu'en est-il de la cuvée 2013 alors qu'un nouvel album se profile pour novembre prochain ? Verdict dans ces quelques lignes...

 

ABSOLVA
 

Rarement j’avais vu une aussi bonne première partie, ici, à Vauréal. Il faut dire que le bonheur des musiciens est communicatif. Les anglais d’Absolva ont du talent et un gros potentiel. Ils ne sont pas là juste histoire de chauffer la salle, faire un petit tour et puis s’en vont.  Non, à l’image du jeune guitariste Chris Appleton qui est excellent ; nous envoyant des gros riffs entrainant et des solos réalisés de mains de maître.

 

Absolva

Le batteur, Martin McNee est assez époustouflant, corpulent pour la place qu’il occupe, il nous pond des rythmes lourds, puissants, structurant les fondements des morceaux. Quand au bassiste, Dan Bate à droite de la scène headbangant au rythme des titres nous ventile grâce à sa chevelure blonde bouclée. Bref, ils sont bons et même très bons faisant honneur aux anciens comme Thin Lizzy ou Megadeth. Les gars de Manchester n’ont pas la grosse tête, s’occupent de leur merchandising après leur concert et distribuent des flyers à la fin de la soirée. Respect !

 

Absolva

MICHAEL SCHENKER

 

Toujours aussi léger, Michael Schenker avance à petit pas sur la scène, souriant, serrant les mains des premiers rangs et ce dès le premier titre : « Lovedrive » sur lequel il avait participé lors de son départ d’UFO. Doogie White est en voix, surpassant sa prestation de l’an dernier haut la main. Ses vocalises passaient bien sur des titres tirés de la discographie d’UFO comme « Shoot Shoot » ou « Lights Out »  mais souvent pêchaient l’année dernière sur ceux de Klaus Meine. Ce soir avec un petit peut de reverb’ par ci, un peu d’écho par là, Doogie arrive à monter dans les aigües donnant de petits frissons sur des titres comme « Holyday », malheureusement coupé avant que le morceau s’énerve à la fin, vous savez « Longing for the Sun You Will come, To the Island Without Name… » (Instant capté sur le fameux World Wide Live lorsque Klaus Meine perdait sa voix dans un Bercy solidaire prenant le relais, s’achevant sur un « Com’on Paris »…). Morceau qui arrive après le premier rappel, qui voit certaines personnes revenir en courant dans le Forum croyant que le concert s’était terminé juste après « Lights Out ».

 

Michael Schenker

Francis Buchholz est toujours aussi alerte, ne faisant pas son âge et tout souriant, bougeant son corps d’avant en arrière au rythme des titres joués ce soir avec son petit rictus aux lèvres. On a le droit à « Horizons », nouveau titre de l’album Bridge the Gap qui sortira en novembre prochain… « Juste avant Noël » comme le dira Doogie. Morceau très accrocheur avec un rythme soutenu d’Herman « Ze German ».

 

Michael Schenker

Wayne Findlay, seul membre de MSG avec Michael, s’éclate littéralement avec de tels musiciens. Cela transpire même derrière ses lunettes de soleil. Le musicien assure, que ce soit sur les envolés de keyboards lors des titres du répertoire d’UFO ou lors du solo de Scorpions de « Blackout » où il laisse libre cours à son talent.

Herman Rarebell derrière son kit portant son nom « Herman Ze German » est content, gérant la structure rythmique d’une façon alerte et sans fioriture, juste ce qu’il faut. Avant chaque rappel il n’hésite pas à remercier le public.

 

Michael Schenker

Il est à noter un instant magique, exceptionnel et anthologique lorsque Michael Schenker se lance dans le solo de « Rock Bottom ». C’est époustouflant ce qu’il nous fait avec ses notes toutes en rondeur et tellement reconnaissables entre mille. Il faut le voir, comment il est heureux de vivre ces instants, lui qui est passé par des hauts et des bas pendant sa carrière et de le voir revenir à une telle agilité. Son regard, fixant son public ayant dans l’ensemble le même âge que lui sous ses lunettes accrochées à son bonnet noir. Sa Flying V n’est plus qu’un prolongement de son corps, de son âme, il la caresse, prend le manche pour en tirer une note qui nous replonge dans les grands moments des groupes dans lesquels il a joué tout au long de sa carrière. Parfois il saisit même le haut de sa guitare pour en sortir une note qui nous replonge dans une madeleine de Proust musicale. D’autant plus que ce soir, on a le droit d’admirer plusieurs modèles de Flying V (marque de fabrique du Mad Axeman), la coloré comme un vitrail d’église, la rétro, celle avec le symbole du Yin et du Yang, celle de la période Strangers in the Night

 

Michael Schenker

Il respecte chaque phrasé, chaque solo à la note près. On se demande même parfois quand est-ce qu’on va entendre « la » fausse note, histoire de dire « qu’on y était »…et puis non, le talent existe et Michael le possède jusqu’au bout des doigts. Michael a changé, il vit ses instants intensément, profitant d’une fin de carrière où son art a encore franchi un cap, celui de la maîtrise, de la gentillesse envers autrui et un bonheur partagé d’être sur scène.

 

Michael Schenker

Ce soir, c’est le troisième anniversaire de la disparition de Ronnie James Dio, comme nous le rappelle Doogie White avant de nous envoyer un « Before the Devil Knows You're Dead »  titre que l’on aurait pu retrouver dans la discographie de Dio avec ses attaques aux synthés, salué par une foule tendant d’emblée le signe des cornes d’un geste de la main en hommage à un chanteur d’exception.

Le seul petit reproche que l’on peut donner, c’est que ce soit un peu dommage qu’il n’y ait pas plus de morceaux tirés de la discographie de MSG, un « Courvoisier Concerto », un « On and On », un « Captain Nemo » ou même un « No Turning Back » du très bon Be Aware of Scorpions (tient donc !) un peu oublié… Allons même jusqu’à espérer une petite interlude acoustique avec 2, 3 titres des albums Thank You (1,2,3,ou 4)… on est quand même à un concert du Schenker qui a créé MSG tout de même.

 

Michael Schenker

Cette soirée surpasse celle du 25 Mai 2013 donnée par le groupe en ce même lieu. Les musiciens paraissent encore plus à l’aise, plus soudés, ayant réellement pris leurs marques sur ces titres de légendes et le commandant de bord, Michael Schenker est comme les grands vins… il se bonifie avec l’âge.

Allez ! À l’année prochaine, en Mai 2014, mais il faudra pousser les murs…

Lionel / Born 666

Michael Schenker

Setlist:

Lovedrive (Scorpions)
Another Piece of Meat (Scorpions)
Assault Attack (Michael Schenker Group)
Armed and Ready (Michael Schenker Group)
Into the Arena (Michael Schenker Group)
Rock My Nights Away (Michael Schenker Group)
Attack of the Mad Axeman (Michael Schenker Group)
Horizons (Michael Schenker Group - titre inédit)
Before the Devil Knows You're Dead (Michael Schenker Group)
Coast to Coast (Scorpions)
Shoot Shoot (UFO)
Only You Can Rock Me (UFO)
Let It Roll (UFO)
Too Hot to Handle (UFO)
Lights Out (UFO)

Rappel 1:

Holiday (Scorpions)
Rock You Like a Hurricane (Scorpions)
Rock Bottom (UFO)

Rappel 2:

Blackout (Scorpions)
Doctor Doctor (UFO)

 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements