Machine Gun Kelly au Hellfest 2023 : l’esprit punk

Machine Gun Kelly - Main Stage 2 - Vendredi 16 Juin - 22h

Machine Gun Kelly était l’ovni de cette édition du Hellfest. Il est vrai que l’artiste divise l’opinion publique. Pourtant, ses deux derniers albums collent bien à l’univers du thème de la journée : pop punk, à l’instar de Sum 41 qui jouera plus tard. Détesté par certains mais adulé par d’autres, Colson Baker, de son vrai nom, ne s’est pourtant pas dégonflé et a su proposer un show remarquable, et a marqué les esprits, que ce soit en positif ou négatif. 

Tout en haut d'une grande pyramide avec treize marches (probablement une référence à son titre “Floor 13”), Colson Baker alias Machine Gun Kelly apparaît avec sa guitare, et entame “Papercuts”, un titre rock aux allures grunge dont les paroles sont dédiées à ses détracteurs. Le public est bel et bien présent devant la scène, avec une poignée de fans connaissant les paroles par cœur. Il enchaîne alors quelques morceaux de son dernier album Mainstream Sellout, avant d’accueillir à la batterie Tommy Lee de Mötley Crüe sur “Concert for Aliens”. 

Le groupe de Machine Gun Kelly savait qu’il n’était pas forcément le bienvenu sur le festival, et a donc proposé un set en conséquence. Avec une attitude purement punk, voire “je m'en foutiste”, Colson Baker s'assoit avec sa guitare acoustique et joue une reprise de “Free Fallin’” de Tom Petty. Un choix étrange mais assumé. L’intro de “Bloody Valentine” est quant à elle jouée au ralenti, et des fans montent sur les épaules de leurs amis pour pouvoir chanter l’un des morceaux phares du groupe. 

L’ambiance est tout de même bien présente, et un premier wall of death apparaîtra lors de “Floor 13”, un énorme titre rap arrangé bien rock et taillé pour le live. Sur “Candy”, MGK n’aura pas de honte à autotuner sa voix, tandis que certains spectateurs, au fond, trouvent le temps long. Un autre moment drôle, c’est ce choix de jouer “emo girl” devant des métalleux en manque de riffs rapides. 

MGK sait qu’il a des fans dans la foule, et c’est pourquoi il décide de leur faire plaisir en jouant les très efficaces “5150”, “I Think I’m Okay”, “forget me too” ou les complémentaires “WWIII” et “WW4”. Pour le reste, l’artiste est en roue libre, laisse d’énormes blancs entre ses morceaux, fume son joint et lance un “je suis bourré, donc on parle la même langue” en plein live. Une attitude de rock star qui, pourtant, a bien déplu à une partie du public. Surtout à la fin, lorsque, sans vergogne, MGK quitte la scène en balançant sur les écrans son dernier single de rap, accueilli par les huées du public, qui n’a pas compris qu’au final il n’a eu que ce qu’il méritait (cf. tous les commentaires malveillants à l’encontre de l'artiste sur les réseaux sociaux après son annonce sur l’affiche du Hellfest).

Un concert de Machine Gun Kelly doit forcément s’apprécier, hors festival typé “metal”. Les musiciens sont d’ailleurs très bons, de Sophie Lloyd à la guitare en passant par Rookxx à la batterie, sans oublier Colson Baker, un artiste à part entière qui ne manque pas de talent. Ce n’était pas une erreur de l’inviter à ce festival, c’est juste le public qui n’était sans doute pas prêt. 

En 1992, Kurt Cobain de Nirvana est arrivé sur scène en fauteuil roulant, vêtu d’une blouse d’hôpital pour se moquer des rumeurs et des tabloïds. En 2023, Machine Gun Kelly balance ses sons de rap en plein Hellfest, sans personne sur scène. Un comportement purement punk, qui colle vraiment bien au personnage.

Photos : Florentine Pautet, toute reproduction interdite sans l'accord de la photographe.

Machine Gun Kelly Setlist Hellfest  2023
close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...