Edguy – Tinnitus Sanctus

« Tinnitus Sanctus », le 8ème album des allemands heavy/power metalleux d’Edguy, est sorti le 14 novembre dernier chez Nuclear Blast. La bande à Tobi nous offre ici un nouveau CD inspiré heavy metal/hard rock qui divisera certainement fans et professionnels.

En effet, fini le temps joyeux du speed power metal pour le combo allemand ! Avec ce nouvel opus, on est bien loin des « Mandrake », « Theater of Salvation » ou autres « Vain Glory Opera » qui avaient permis à Edguy d’obtenir une certaine notoriété sur la scène metal européenne.


Edguy
continue ainsi son virage plus heavy déjà opéré sur « Hellfire Club » et encore plus nettement perçu sur « Rocket Ride ». Nous sommes ici en présence d’un album plus « sérieux », plus mûr… peut-être parfois un peu trop « carré » comparé à ce que nous avait habitué le groupe et son facétieux chanteur/leader Tobias Sammet.

Ici, pas ou très peu de folie, des compositions souvent assez simples et pas vraiment power/speed donc, si l’on excepte la rapide « Speedhoven » et ses relants d’Avantasia. Tobias étonne parfois au chant avec un style plus direct, même si on reconnaît toujours aussi bien sa voix aussi caractéristique.

Un LP qui divise, donc, j’en veux pour preuve les différentes critiques sur le net. Beaucoup encensent cette nouvelle galette, d’autres la rejètent en bloc. Force est de constater que « Tinnitus Sanctus » ne laisse pas indifférent, et c’est peut-être bien cela que Tobi et ses amis espéraient !

Personellement, il m’est plutôt difficile de donner une note purement objective à un album qui ne me déçoit peut-être pas autant que j’aurais pu le craindre mais qui me laisse tout de même sur ma faim. Un côté trop uniforme et des titres plus faibles que certains m’empêchent d’aller jusqu’au 7, mais un 6 serait définitivement trop sévère, surtout lorsqu’on s’attarde sur des titres comme « Dragonfly », « The Pride of Creation » ou « Speedhoven ».

Fans de heavy metal et de hard rock burné, jetez-vous sur ce CD qui pourrait ainsi en surprendre plus d’un. Fans d’Edguy de la première heure ou de power metal à l’ancienne, donnez tout de même une chance à cet opus, mais ne vous attendez pas à un retour aux sources…

Ma note : 6.5/10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements