Metal Sphere III à  Voisin le Bretonneux (01.06.2013)

Le samedi 1er juin, nous étions dans la bourgade de Voisin le Bretonneux pour assister au festival Metal Sphere troisième du nom, concocté par la volontaire et surmotivée Met’assos. On a donc bravé le RER B, les bus de banlieue quelque peu rares pour enfin arriver sur place. Avant de courir écouter les concerts, on constate avec joie que le beau tempsest de la partie, que le site du festival est vraiment convivial !
 


Marche Funèbre [intérieur] :

Ce groupe a été l’exception qui confirmait la règle : ce Metal Sphere 2013 était uniquement constitué de groupes français, à part nos amis belges de Marche Funèbre. Leur set de heavy black metal est très efficace, marqué par le growl très impressionnant du chanteur. La première partie du festival se déroulait dans une salle avec du carrelage, ce qui ne doit pas être évident à gérer au niveau de l’acoustique. Le son est cependant bon, voire très bon en fin de set, et permet de pleinement apprécier la musique délivrée par Marche Funèbre.
 

Metal Sphere III, festival , Marche Funèbre, 2013

Le show est carré, énergique, et les passages en guitare claire viennent apporter un peu de variété et de calme contemplatif au tout. La fin du set est épique, avec la chanson «l’Avenue des Cœurs Passés», chantée en français, avec de très belles harmonies de guitare. Décidément, ces belges avaient vraiment la frite ! (sic)
 

Marche Funèbre, Metal Sphere III, festival metal, 2013

Lyr Drowning [intérieur] :

Lorsque le concert de Lyr Drowning commence, on s’aperçoit que le son est manifestement trop fort, et ne permet pas vraiment d’entendre distinctement la musique jouée. Gros handicap pour du métal qui se veut progressif. La voix est peu audible, et quand elle l’est, le growl est strident, et la voix claire manque de justesse. Par ailleurs, les transitions entre les chansons et la communication avec le public est un peu malhabile, ce qui n’aide pas non plus à entrer dans le concert.
 


Fort heureusement, le son s’améliore nettement sur la troisième chanson, mais cela ne suffit pas à convaincre le public, dont une partie quitte la salle. Et là, c’est le drame. Il semblerait que l’ampli du guitariste-chanteur se soit éteint pendant la 4ème chanson, et on a mal pour lui en le voyant, hésitant entre rester sur le devant de la scène ou courir vers son ampli pour essayer de trouver le problème. Il faut cependant préciser que le concert ne s’est pas conclu en bérézina non plus, car le groupe assure bien le job en instrumental, et termine son concert avec courage.
 

Lyr Drowning, Metal Sphere III, 2013, festival metal, France

Lutece [intérieur] :

Rappelons-le une nouvelle fois, Lutece a gagné le Headbang Contest parisien, après en avoir survolé la finale, et nous y avait administré une sérieuse baffe. Bis repetita. Malgré un son brouillon en début de concert, ils prouvent très vite que le jury du Headbang Contest ne s’était pas trompé. Leur black metal aux influences pagan est du meilleur effet, et est très bien exécuté.
 

Lutece, Metal Sphere 3, festival, 2013, France, live report,

Ils sont visiblement très content d’être là, et jouent avec une conviction qui ne trompe pas, tout comme le fait que Lutece lance le premier mosh-pit de la soirée. (ils seront nombreux) Visiblement, les techniciens ont voulu enfumer la salle, ce qui donne un côté mystique à la performance. On croirait des fantômes dans le brouillard de Gergovie. Fair-play, le chanteur ne manque  pas de remercier le Metal Sphere et la Met’assos pour son initiative, point sur lequel il n’a que trop raison. Un concert de black comme on les aime !

Lutece, Metal Sphere 3, festival, France, live report,

Ataraxie [intérieur] :

Ataraxie n’a laissé aucune chance aux auditeurs : dès la première seconde de leur set, on a l’impression de se prendre un mur de son en pleine face, assez caractéristique du genre. Le groupe abat son doom teinté de death sur l’assemblée, qui paraît comme sonnée par la prestation des musiciens. 
 

Ataraxie, Metal Sphere III, festival, metal, 2013

C’est bien simple, 3 chansons ont été jouées pour 30 minutes de set, qui balance entre rythmiques plombées, malsaines, et pur groove death qui rappelle Morbid Angel. Ce genre de groupe laisse rarement indifférent, on est soit conquis, soit endormi. Le dernier morceau joué est un inédit qui sera présent sur l’album à paraître du groupe, en septembre prochain. A l’écoute, on peut deviner qu’il sera… LOURD !
 

Ataraxie, Metal Sphere III, festival, 2013, metal,

Face Down [extérieur] :

On passe à l’extérieur pour Face Down, qui a le soleil  dans les yeux pendant tout le set. Mais ces gars n’en ont rien à cirer et donnent tout ! Leur musique fleure bon le texas, le whisky et le bétail, à l’image de la paire de guitare Dean qu’arborent fièrement les deux guitaristes.
 


Face Down, Metal Sphere III, festival, metal, 2013,

Un son surpuissant sert leur stoner metal qui sonne comme un bon compromis entre Pantera et Red Fang. Enfin, chapeau bas à leur batteur de remplacement, qui a du apprendre le set en quelques jours, mais a assuré comme un chef sur scène.

 

Face Down, Metal Sphere III, festival, metal, 2013,

Atlantis Chronicles [extérieur] :

« ZBAF » ! Quel est ce bruit ? C’est celui de nos pauvres têtes écrasées par la performance hallucinante d’Atlantis Chronicles. Gros son, grosse technique, gros show, rien à faire, le death progressif délivré par le groupe est sans pitié. On peut noter la présence de Jean-François d’Outcast à la basse, qui remplace le bassiste permanent du groupe avec enthousiasme.
 

Atlantis Chronicles, Metal Sphere III, festival, metal, 2013,

Leur musique révèle beaucoup de fioritures guitaristiques du meilleur effet : tapping, harmonies, et le tout exécuté avec une facilité déconcertante et des énormes sourires aux lèvres qui font plaisir à voir. Les os se fracassent dans la bonne humeur dans le pit, l’Atlantide a coulé une fois de plus à Voisin le Bretonneux !
 

Atlantis Chronicles, Metal Sphere 3, festival, metal, 2013,

Magoa [extérieur] :

Au menu, du metalcore bien huilé et fort sympathique. Il y a tout ce qu’il faut dans le set de Magoa pour faire un bon concert de ‘core : un gros son qui tâche et précis, des riffs simples mais efficaces, et un chanteur charismatique.
 

Magoa, Metal Sphere III, festival, metal, 2013

Comme on pouvait s’en douter, le groupe n’invente rien, mais ce qu’ils jouent est bien exécuté.  Ce concert a comme l’effet d’une surdose d’adrénaline, qui prouve que Magoa a pleinement rempli son contrat.
 

Magoa, Metal Sphere III, festival, metal, 2013

Outcast [extérieur] :

Lorsque le groupe monte sur scène, on s’aperçoit qu’il manque un guitariste à Outcast. Le chanteur nous l’apprendra après le premier morceau : Nicolas n’a pas pu être présent au concert pour des raisons médicales. Le groupe a cependant décidé, avec courage, de maintenir le concert. Et après quelques morceaux, on aurait pu penser qu’Outcast avait raté son pari… Malgré la puissance de sa voix, le chanteur a l’air mal à l’aise et ne réagit pas vraiment avec la foule. C’est la musique d’Outcast qui va d’elle-même rendre justice au groupe.

Outcast, Metal Sphere III, festival, metal, 2013,

Progressivement, en un long crescendo, l’intensité du concert grimpe en flèche, pour atteindre un paroxysme assez démentiel. La set-list y est pour beaucoup, puisque les meilleurs titres du dernier album ont été choisis. Quelle belle leçon de professionnalisme que d’avoir assuré un tel show malgré l’absence d’un des guitaristes, alors qu’il est évident qu’un surplus harmonique et de puissance est bien nécessaire pour le death technique délivré par Outcast… On ose à peine imaginer le concert qui aurait été donné si le groupe avait été au complet. Respect.
 

Outcast, Metalsphere III, festival, metal, 2013,

Eryn Non Dae [extérieur] :

La musique délivrée par Eryn Non Dae s’apparente à du métal progressif énervé, même si on aurait bien du mal à trouver des groupes sonnant comme eux. Eryn Non Dae prend le sens du mot « progressif » très au sérieux, puisqu’on aura droit à de nombreuses expérimentations sonores, la plus éclatante étant de voir le bassiste jouer avec un archet, ou encore les guitaristes nous sortir des sons venant de Mars.
 

Eryn Non Dae, Metal Sphere III, festival, metal, 2013,

Ils nous jouent un concert très personnel, avec une signature musicale qui leur est propre, ce qui en force l’admiration et en fait probablement le groupe le plus original du Metal Sphère III. La foule est en totale osmose avec la prestation d’un groupe qui est finalement assez difficile à décrire. Le set se conclut magnifiquement sur un beau morceau de métal progressif, teinté de voix death.
 


Eryn Non Dae, Metal Sphere III, metal, festival, 2013,

Hacride [extérieur] :

Ca y est, c’est déjà le dernier concert de ce beau petit festival. Visiblement, la plupart des festivaliers sont venus pour Hacride, qui sème un beau bazar dans la fosse avec son death metal saupoudré d’épices progressives. Le chanteur s’aide de samples dans sa prestation, mais peu importe, le show est bon, très bon même.


Hacride, Metal Sphere III, festival, metal, 2013,

Le son est excellent et rend bien hommage à la musique puissante d’Hacride. La finesse est également au rendez-vous avec les parties groovy et classes du batteur. L’approche rythmique du groupe évoque d’ailleurs assez nettement Meshuggah. En conclusion, Hacride a prouvé a tout le monde ce soir là qu’ils méritaient leur statut de tête d’affiche, avec un set dévastateur et sans équivoque.


Hacride, Metal Sphere III, festival, metal, 2013,

Le mot de la fin :

Que dire sur ce festival d’un jour ? Beaucoup de bonnes choses, qui vont être difficiles à résumer.

La sélection des groupes était vraiment excellente et éclectique, il y en avait pour tous les goûts : black, death, progressif, hardcore, stoner, doom… Autre énorme point positif, la qualité des prestations de la grande majorité des groupes, qui a varié du très bon à l’excellent, à l’exception de Lyr Drowning, qui sont en partie excusés par leurs problèmes techniques sur scène, qui pèsent lourd sur un set de 30 minutes. Il y avait un stand de merch bien fourni, une nourriture abondante et peu chère, fait rare dans un festival, à défaut d’être d’une qualité imparable. (fait commun dans un festival)

Le personnel était fort sympathique, l’ambiance bonne et la proximité avec les artistes permettaient de converser avec la plupart d’entre eux, mis à part les groupes les plus importants de l’affiche. Tout cela à un prix qui explose raide toute concurrence en la matière…  Pour vraiment chercher la petite bête, on va évoquer les quelques défaut de ce Metal Sphere III : des concerts peut-être un poil courts, surtout pour les groupes qui ont joué indoor. Une demi-heure, c’est peu ! (n’est-ce pas mesdames ?)
La distance de Paris ? Est-ce vraiment un défaut dont on peut tenir rigueur à la Met’assos, qui n’a pas vraiment eu le choix quant à la localisation de son festival ? Le dernier défaut n’est encore une fois pas imputable au festival, mais au public : ils étaient finalement peu nombreux, les métalleux à avoir fait le déplacement jusqu’à Voisin le Bretonneux. Les absents auront eu tort, car ce festival était vraiment superbe, et il aurait mérité nettement plus de public. On espère fort que la faible affluence n’empêchera pas la naissance d’un Metal Sphere IV.

Reportage par Tfaaon

Photos : Un grand merci à Elie Lahoud-Pinot / © 2013
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements