Slayer au Sonisphere France 2013

Slayer embrase la scène Appolo
 

Suite aux récents évènements tragiques et aux changements de personnel qui ont changé à jamais le visage du groupe, tous les regards étaient braqués sur le concert des thrashers californiens. En donnant un concert « comme d’habitude », ils ont su donner le meilleur d’eux-mêmes dans une ambiance fraternelle et garder leurs compositions dévastatrices.

Un assassinat brutal a eu lieu devant la scène Appolo au festival Sonisphere à Amnéville (57). Près de 17 000 festivaliers ont trouvé la mort en assistant au concert de Slayer, nom de code de la bande des assassins présumés. Suivez pas à pas le déroulement de cet évènement dévastateur

21h10 : Le soleil est encore là quand les quatre assassins présumés entrent en scène, après l’intro de leur dernier album, World Painted Blood et du titre éponyme. Si l’excitation des fans se fait déjà sentir, il est difficile de présager alors des évènements à venir.

21h18 : Comme à son habitude, Slayer place en troisième position son classique « War Ensemble ». La tension monte déjà et les mosh sont déjà présents, comme à tous les concerts de thrash. La voix diabolique de Tom Araya sévit toujours malgré sa prise d’embonpoint. Son sourire et ses chaleureux remerciements adressés au public cachent bien la tournure que risquent de prendre les évènements. Le son dévastateur et l’éclairage épileptique servent pourtant de terreau à la destruction qui va suivre.

Slayer Tom Araya

21h27 : Le public réagit avec joie et étonnement quand le frontman annonce la chanson « Stain Of  Mind », tirée de l’album Diabolus In Musica. Assez rarement jouée, elle excite le public encore plus, dont la joie ne désemplira pas lorsque deux autres titres récents seront joués ensuite : le classique « Disciple » et le plus rare « Bloodline », mid-tempo vicieux qui annonce la suite des évènements. Notons que ces trois titres sont issus d’albums enregistrés avec Paul Bostaph, qui est récemment revenu au poste de batteur.

21h39 : C’est là que tout commence à dégénérer, au moment où Tom Araya parle de « choix » avant que Kerry King et Gary Holt n’entament le riff malsain de « Mandatory Suicide ». La folie gagne le public qui multiplie les moshpits destructeurs pendant que les quatre saltimbanques de l’enfer martyrisent leurs instruments. On notera que la complémentarité entre les deux guitaristes n’est plus à prouver, après deux ans à s’être entrainés à assassiner leur public.

21h52 : Après deux titres old school dévastateurs, « Chemical Warfare » et « The Antichrist », le groupe fait semblant de calmer le jeu avec un classique plus lent mais pas moins destructeur, « Seasons In The Abyss ». Des taches de sang sont déjà visibles dans la fosse et la folie des fans est de plus en plus palpable, des « yeux gelés les fixent droit dans leurs esprits alors qu’ils meurent ».

Sleyer Kerry King

21h58 : Avec son sourire vicieux, Tom Araya fait mine de calmer les ardeurs assassines de son groupe en annonçant une chanson qui parle « d’amour et de romance » avant que les arpèges de « Dead Skin Mask » se fassent entendre. Pas de répit pour les thrashers qui s’époumonent pendant que d’autres s’entretuent en moshpit.

22h03 : Un inquiétant orage se lève et des gouttes de pluie rouge sang commencent à perler sur les visages d’un public qui a déjà perdu la raison. Pendant que Kerry King headbangue en beau diable et taille dans le vif, Gary Holt laisse apparaître un rictus infernal derrière sa barbe hirsute. Les thrashers tombent un à un dans une fosse qui prend des allures de pugilat.

22h09 : Le fond de la scène, jusqu’alors orné d’un aigle et du logo de Slayer, laisse place à un logo pastiche d’Heineken en l’honneur de Jeff Hanneman. Le peu de survivants se recueillent alors que la vicieuse « South Of Heaven » se fait entendre, pendant que les quatre tueurs en série californiens dépècent les survivants.

Slayer Jeff Hanneman

22h14 : L’ange de la mort entre enfin en scène, mais il n’y a  plus aucune victime à faucher. Tombés sous les rythmiques dévastatrices de Paul Bostaph, la voix haineuse de Tom Araya ou les riffs bulldozer de Gary Holt et Kerry King, les corps des thrashers jonchent le sol du Sonisphere. Ce carnage a permis à Slayer de rassurer les sceptiques et de montrer qu’ils sont toujours les plus aptes à régner dans le sang.

Setlist :

World Painted Blood
Hallowed Point
War Ensemble
Hate Worldwide
Stain Of Mind
Disciple
Bloodline
Mandatory Suicide
Chemical Warfare
The Antichrist
Seasons In The Abyss
Dead Skin Mask
Raining Blood
South Of Heaven
Angel Of Death

Pour visiter le site de notre photographe, un seul lien :
http://www.yog-photography.com

Photos : © 2013 Nidhal Marzouk  / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements