David Vincent, bassiste-chanteur de Morbid Angel, au Hellfest 2013

Parfois, dans un festival, on fait des choses auxquelles on ne s'attend pas. Normal. Mais se voir proposer une interview improvisée avec le bassiste-chanteur de Morbid Angel, le charismatique David Vincent, c'est encore moins prévisible que tout.

Cette opportunité nous étant donnée la veille de leur passage en tête d'affiche sur la Altar, nous avons ainsi pu revenir sur l'actualité du groupe ainsi que sur les sentiments d'un frontman américain bien plus affable qu'on ne pourrait le croire.

Quoi de mieux pour ouvrir une très longue série d'articles Hellfest 2013 sur La Grosse Radio ?

Bonjour David, tu es donc déjà présent sur le Hellfest alors que tu ne joues que le lendemain avec Morbid Angel...

Oui, j'avais prévu d'être là les trois jours de toute façon, du coup j'en profite pour donner quelques interviews.

Es-tu aussi venu pour profiter de quelques concerts ?

En effet, tout à l'heure j'ai vu des amis à moi, Aura Noir. Et j'espère voir d'autres shows demain même si nous serons occupés à préparer le nôtre, sans oublier dimanche avec quelques bons groupes à l'affiche.

Les fans attendent certainement de pied ferme la suite des évènements pour Morbid Angel, qu'en est-il actuellement ?

Oh, tu sais je suis toujours en train de travailler sur des compos, j'ai quelques idées déjà de côté mais il est un peu trop tôt pour en parler.

Pas mal d'entre eux avaient été surpris par l'orientation de Illud Divinum Insanus paru en 2011, doivent-ils s'attendre à ce que certaines expérimentations se poursuivent ?

Tu sais, Morbid Angel a toujours été au fond un groupe plutôt varié dans le style, et il n'y a aucune raison que cela cesse sur le prochain. Nous poursuivrons notre chemin, notre évolution, certains y trouveront d'emblée leur compte et d'autres mettrons peut-être plus de temps à rentrer dedans, allez savoir... Après tout c'est normal.

Cependant tu t'es sûrement rendu compte que le précédent avait été assez mal accueilli par les fans old school du groupe, certains avaient lancé des pétitions ou raillé le groupe sur Internet, quelques parodies avaient fleuri... bref, ça t'avait fait réagir à l'époque ?

Peu importe au fond, nous avons fait ce que nous avions à faire, le groupe a suivi sa logique et son envie, après les gens sont libres de réagir comme ils le veulent. Si certains veulent se foutre de la gueule du groupe ou de la mienne, c'est tant mieux pour eux, mais la prochaine fois ils réfléchiront peut-être plus longtemps avant de faire cela et passerons ainsi sûrement plus de temps à améliorer leur vie. Après tout, si ce genre de choses devient leur centre d'intérêt principal, c'est bien qu'ils ont quelques petits soucis avec eux-même.

David Vincent, Morbid Angel, interview Hellfest 2013, La Grosse Radio Metal

Cela fait longtemps désormais que Morbid Angel et toi-même trainez vos guêtres dans le milieu, penses-tu que vos inspirations aussi bien musicales que textuelles ont beaucoup évolué avec le temps, l'âge ou les changements dans le monde ?

Tout évolue, toujours. Le monde mais aussi nous-même, nous grandissons et chaque jour est une nouvelle expérience. Tout cela influe forcément sur ce que tu crées. Chaque jour où tu continues à vivre te rend plus fort et permet de faire avancer ton intégrité artistique.

Et on peut voir à quel point la vie peut-être courte, pas mal de légendes nous ont quitté ces derniers temps dont Jeff Hanneman (Slayer) que tu connaissais bien j'imagine...

Je suis beaucoup plus proche de Kerry King à vrai dire, je ne connaissais pas très bien Jeff au fond. Le fait que Slayer soit un groupe incontournable (y compris pour nous) de la scène metal, qui a influencé des tas de gens, a rendu cette disparition encore plus choquante et frappante. Je peux parfaitement comprendre cela. Et même si Jeff n'était pas un de mes proches amis, je ressens en ce sens une grande perte suite à son décès.

Quant à toi, en ce moment, es-tu 100% concentré sur Morbid Angel ou as-tu d'autres projets en tête ?

Tu sais... Je ne peux malheureusement pas en dire plus là non plus mais en effet je travaille toujours sur plein de choses en parallèle. Et bien sûr j'en tiendrai informé les gens en temps voulu.

En rapport uniquement avec le metal ?

Au niveau musical oui, mais je bosse aussi sur quelques projets de films.

En 2016, Morbid Angel fêtera ses 30 ans. Est-ce qu'avec le groupe vous êtes du genre à vous projeter sur un avenir plus ou moins lointain ou vivez-vous les choses plus au jour le jour désormais ?

Je suis quelqu'un qui adore planifier les choses et voir loin, mais je cherche aussi à garder ce côté spontané en ce qui concerne la création, c'est très important pour moi. Je sais très bien d'ailleurs que si je cherche trop à réfléchir en avance quand j'écris, cela se ressent trop dans le résultat final et ce n'est pas ce que je cherche à faire. L'important reste le feeling.

David Vincent, Morbid Angel, interview Hellfest 2013, La Grosse Radio Metal

On parlait d'évolution tout à l'heure, le monde musical change également avec la numérisation du son, le téléchargement... Est-ce que tu acceptes cela facilement ?

Disons que surtout je ne peux rien faire contre, c'est juste comme ça. Personnellement, je continue d'acheter des CD, au moins deux par semaine, ce qui fait que j'en possède une grosse collection. Mais comme la plupart des gens je n'écoute ces disques que rarement et je n'en sélectionne au final que quelques chansons que j'écoute sur mon ipod ou sur l'ordinateur, c'est ce que la plupart des gens font je pense. Après tout, le CD avait remplacé le disque, maintenant le MP3 remplace le CD et quoiqu'on en dise cela permet un choix quasi illimité de musique à écouter lorsque tu te déplaces par exemple. Donc au final tout ça n'est pas une si mauvaise chose malgré l'aspect négatif du téléchargement.

Est-ce que ça t'arrive de faire des découvertes musicales par ce biais ?

On peut me conseiller d'écouter tel ou tel groupe que je ne le ferais pas forcément, par manque de temps, mais par contre je peux tomber sur certains très bons trucs par hasard si la chance est de mon côté. Mais bon quand ça arrive, même une fois sur cent, j'en suis heureux, car je suis un vrai amateur de musique qui ne rechigne à faire aucune découverte. Peut-être que je pourrai en faire ici au Hellfest si le temps me le permet.

Un dernier mot pour les français et la France ?

J'adore la France et elle nous le rend bien au niveau de ses fans. Je suis heureux de pouvoir rejouer ici avec Morbid Angel alors que ce festival ne cesse de grandir.

Merci à Gunnar Sauermann et Season of Mist pour l'organisation de cette interview
 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements