Leprous au Hellfest 2013

Les effets de la première tournée en tête d’affiche de Leprous auront donc abouti à ce qu’ils soient assez pris au sérieux par le Hellfest pour y jouer. Nos lépreux ont donc ouvert la matinée du dimanche sous la Temple, qui est déjà relativement bien garnie pour un groupe des "aurores". Après avoir sorti Coal, un album différent des précédents et nettement moins agressif, certains auraient pu légitimement  penser que l’intensité des concerts de Leprous en prendrait un coup. Il n’en fut rien, bien au contraire !

Encore une fois, Leprous va surprendre, en commençant leur concert avec " The Valley ", qui est loin d’être la chanson la plus pêchue de leur dernier album, lui-même étant le plus calme de la discographie du groupe. Le son est bon et Einar Solberg est très en voix, ce qui fait apparaître une bonne amélioration par rapport à l’année dernière et la tournée en tête d’affiche, qui l’avait laissée assez fragile vocalement. Les fans qui espéraient ne pas trop entendre le dernier album ont sans doute soupiré lorsqu’Einar annonce que le prochain morceau joué est " Chronic ".

 

Leprous, live report, Hellfest 2013,

C’est à ce moment qu’on devine la stratégie des lépreux norvégiens, un lent et irrésistible crescendo : commencer avec un morceau calme, et monter progressivement en intensité pour atteindre un climax d’intensité sur la dernière chanson. Cela marche parfaitement avec « Chronic », qui est, comme on y est habitué avec Leprous, très bien exécutée. On notera tout de même un manque certain de punch et de définition pour le son des guitares 8 cordes, dommage ! Rebelote avec « The Cloak », un choix risqué devant un public de métalleux avides de headbang.

 

Leprous, live report, Hellfest 2013,

Mais l’assemblée ne boude pas, bien au contraire, et semble très contente d’assister au premier concert de Leprous au Hellfest, gratifiant le groupe de belles ovations entre les morceaux.

Comme tout spectacle de trente minutes, le défaut majeur de ce concert aura été sa longueur, une demi-heure étant bien courte pour un groupe estampillé " progressif ". Le public fait donc savoir sa déception lorsqu’il est annoncé que " Thorn " sera le dernier morceau joué… Mais quel final ! Le groupe se donne à fond pour donner au public le fameux climax d’intensité que nous évoquions plus haut. D’un coup d’œil rapide, on inspecte les côtés de la scène, car Ihsahn était invité sur la version studio de " Thorn ".

 

Leprous, live report, Hellfest 2013,

Pas de signe du grand maître du black métal lorsque vient son couplet, qui révèle encore une petite faiblesse d’Einar en growl. Pourquoi ne pas avoir laissé cela à Øystein Landsverk (guitare), qui avait fait entendre un excellent growl par le passé, l’histoire ne le dit pas. Comme à leur habitude, les lépreux auront légèrement modifié la structure originale de la chanson, révélant leur soif d’expérimentations musicales. Le groupe se retire sous les vivats, après qu’Einar ait remercié le public d’être venu assister à ce " concert petit-déjeuner ". Une performance qui aura révélé un groupe au zénith de sa forme malgré quelques améliorations encore possibles. Cela ne préjuge que du bon pour la tournée européenne de Leprous en automne.

Setlist :

The Valley
Chronic
The Cloak
Restless
Thorn

Photos : © 2013 Nidhal Marzouk / www.yog-photography.com
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.

 
NDLR : notez bien sur vos tablettes d'argile ou numériques que Leprous sera présent au Brutal Assault Festival.  Pour plus d'informations sur ce grand rendez vous métallique, lisez donc la news dédiée en bas de page.

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements