Candlemass au Hellfest 2013

Samedi 22 juin – 22h55 – Altar

Candlemass. Beaucoup de crêpes ont été mangées depuis le glorieux Epicus Doomicus Metallicus.

Pourquoi je parle de crêpes ? Aurais-je eu une petite faim en ce samedi soir ? Non, mais pour les plus réfractaires à la langue de Shakespeare d’entre vous, sachez que Candlemass signifie Chandeleur.

Bon d’accord, l’apparition des crêpes dans l’histoire est quelque peu douteuse, puisqu’à la base, cette fête d’origine païenne célébrait la sortie de l’hiver et le retour de la lumière, symbolisée par des chandelles.

Ceci dit, après ce bref passage dans le monde merveilleux de la culture culinaro-religieuse, revenons à nos doomeurs !

 

Candlemass Hellfest 2013

Candlemass, c’est un peu de l’histoire du métal. On peut considérer qu’ils sont à l’origine du doom. Des rythmes lourds, lents et des titres longs. Les détracteurs du genre rajouteront « chiants ».  Mais, rassurons les, si cela peut effectivement s’appliquer à certains groupes, Candlemass est bien vivant sur scène. Les musiciens se donnent à coeur joie, semblent heureux d’être là et c’est très communicatif.

 

Candlemass Leven Hellfest 2013

La persistance du groupe, malgré d’importants changements de line-up depuis ces 31 dernières années (!!!) est sans doute dû à la stabilité du duo basse-guitare formé par Leif Edling et Mats Björkman, auxquels on pourrait  le batteur Jan Lindh et l’autre guitariste, Lars Johansson, qui étaient présents pendant une grande majorité de l’histoire du groupe.

Par déduction, vous aurez remarqué que c’est le poste du chanteur qui semble être une chaise musicale. Chacun ayant son timbre de voix spécifique, même si le style général reste voisin, certains auront leur préférences et le dernier en date, Mats Leven fait son travail correctement. Pour ma part, je trouve que personne ne peut remplacer Messiah Marcolin (surtout quand il est en bure de moine!) au sein de Candlemass.

 

Quoi de plus normal que de constater que le groupe s’appuie sur la stabilité de la section rythmique ? Si on précise que le compositeur attitré du groupe est le bassiste Leif Edling, on comprend tout de suite mieux la lourdeur de leur musique.

Mais attention, qui dit lourd ne dit pas mou pour autant, il n’y a qu’à écouter Emperor of the Void pour s’en rendre compte !

Certes, nous sommes loin de metal festif et du speed extraverti d’autres formations, mais pas de doute, Candlemass reste rock’n’roll !

 

Un concert de Candlemass, c’est un peu comme regarder Notre-Dame la nuit, c’est juste beau et on se sent tout petit devant l’éternité.

Le set débute par Prophet,  histoire de dire que le dernier album existe bien et que finalement, ça a pas trop changé depuis le début et qu’ils sont encore bien capables de faire un morceau qui s’enfonce un peu plus dans la tête à chaque écoute.

Le groupe n’oublie heureusement pas ses classiques, comme Bewitched qui ensorcèle encore davantage un public déjà hypnotisé.

Le concert traverse l’histoire de Candlemass du mieux qu’il est possible de le faire en une petite heure, avec des morceaux de 6-7 minutes au minimum.

 

Après le classique rappel, Candlemass nous rappelle que c’est bientôt la fin tout de même, avec le long monologue d’introduction de Black as Time, qui nous assène ses vérités.

L’essentiel de la grande oeuvre des suédois a été présenté ce soir, et le show se termine par le premier morceau du premier album (Solitude), comme pour apporter la démonstration du cycle de la vie.

Je dois avouer que ce concert a provoqué en moi un phénomène inattendu. Au lieu d’aller voir Immortal puis Morbid Angel (honte à moi !), je me suis rendu compte que la soirée ne pouvait pas se terminer mieux qu’avec ce que je venais d’entendre.


Candlemass est définitivement à classer avec les grands groupes, comme Black Sabbath ou Iron Maiden et je regrette qu’ils n’aient pas joué sur la main stage, ce qui aurait été tout à fait mérité.

Candlemass est un monument.  Point.

Setlist:

1. Prophet
2. Bewitched
3. Dark Reflections
4. Waterwitch
5. At the Gallows End
6. Emperor of the Void
7. Psalms for the Dead
8. Black as Time
9. Solitude
 

Thomas Orlanth

Photos : © 2013 Thomas Orlanth  – site internet: www.thomasorlanth.com
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements