Volbeat au Hellfest 2013

Volbeat triomphe sur la Mainstage 1 le dimanche 23 à 23h10
 

Petit groupe danois qui est rapidement devenu grand, l’annonce de Volbeat en tête d’affiche lors de la dernière journée du Hellfest a tout de même suscité un certain étonnement. Pourtant, les quatre musiciens ont bien démontré que leur réputation sur scène n’est plus à faire, grâce au charisme évident de Michael Poulsen et à un choix de titres judicieux et soigné.

Un an et demi après leur concert triomphal au Bataclan, les hard rockeurs de Volbeat reviennent en France, cette fois en tête d’affiche de la dernière journée du Hellfest. Le groupe est certes moins grandiose et réputé que Def Leppard et Kiss, les têtes d’affiche des deux jours précédents, mais ne se dégonfle pas pour autant sur scène, grâce à une bonne maîtrise de leurs titres efficace et un charisme en béton de chacun des membres du groupe.

En effet, en plus de maîtriser leurs instruments aisément, les quatre musiciens se montrent mobiles et proches du public. Les grandes scènes ne leur font pas peur, ils s’étaient d’ailleurs bien débrouillés en tête d’affiche du Wacken 2012. Le petit nouveau, Rob Caggiano (ex-Anthrax), loin d’être un bleu, s’en sort avec les honneurs avec des solos appliqués et une grande aisance de la scène. Le bassiste Anders Kjølholm se montre toujours aussi sautillant et souriant, tout en soutenant la rythmique avec Jon Larsen.

Volbeat Hellfest

Mais celui qui capte le plus l’attention est évidemment au centre de la scène, Michael Poulsen, frontman charismatique et talentueux flanqué d’une étoile de sheriff, à la manière d’un James Hetfield, une de ses idoles. Plein d’humour, il singe les discours de Barrack Obama en campagne avec un "Yes we can Michael" qui en amuse plus d’un, invite les metalleux de l’assistance à porter les demoiselles sur leurs épaules sur "16 Dollars" (certains ne font pas attention au sexe de leur passager) et rend hommage à Jeff Hanneman, qui a écrit "certains des plus grands riffs de l’histoire du metal" avant de reprendre "Raining Blood" de Slayer. Juste avant, le groupe avait entammé une reprise de "Breaking The Law" de Judas Priest à la demande d’un fan du premier rang. Quelle que soit la taille de la scène, le frontman reste proche de son public.

Volbeat Hellfest Michael Poulsen

Show en tête d’affiche oblige, Volbeat sort le grand jeu avec un lightshow magnifique, jouant sur le mélange de couleurs avec des spots parfaitement en phase avec les compos présentées. Le groupe aura aussi des élans maideniens en changeant la toile de fond plusieurs fois au cours du concert, mais en gardant la thématique western du dernier album en date, Outlaw Gentlemen & Shady Ladies.

Si ce disque est controversé, le groupe a l’intelligence de choisir les titres les plus convaincants et les plus adaptés au public du Hellfest. Ainsi, les titres les plus pop de l’album qui sont présentés sont "The Nameless One" et "Lola Montez", accrocheurs et directs. Les autres titres font partie des plus heavy du disque, avec notamment un "Doc Holliday" d’anthologie qui est joué en rappel.

Volbeat Hellfest Anders

Le groupe représente aussi tous ses autres albums en mettant bien en avant Beyond Hell, Above Heaven, avec notammentl’extrême Evelyn, sur lequel Barney de Napalm Death vient growler un coup, comme sur le disque, et aussi le classique Guitar Gangsters & Cadillac Blood, avec un "Mary Ann’s Place" sans Pernille Rosendahl, Michael assurant l’ensemble des parties vocales avec brio. Les deux premiers albums sont représentés par un titre chacun, avec le classique Sad Man’s Tongue coincé entre deux reprises : "Ring Of Fire" de Johnny Cash et "We Will Rock You" de Queen. Le concert est clôturé par un autre classique, de The Strength, The Sound, The Songs : "Pool of Booze, Booze, Booza", qui met tout le monde d’accord.

Volbeat Rob Caggiano

Devant une telle performance, le public ne peut qu’être réactif et applaudit à tout rompre Volbeat. Fervent, il s’adonnera même à un circle pit sympathique pendant "Still Counting", preuve que le wall of death de Gojira quelques heures plus tôt n’a pas épuisé tout le monde.

Si le choix de mettre Volbeat était risqué et que la fréquentation du festival était moins importante le dimanche que les autres jours, les metalleux étaient tout de même présents et nombreux étaient ceux qui ont apprécié la performance des Danois, qui sont décidément chez eux sur scène. De quoi se réjouir de leur prochaine tournée française cet automne.

Volbeat Hellfest

Setlist :

Hallelujah Goat
A New Day
Guitar Gangsters & Cadillac Blood
The Nameless One
Evelyn [avec Mark "Barney" Greenway]
Ring Of Fire / Sad Man's Tongue / We Will Rock You
Lola Montez
Fallen
16 Dollars
Mary Ann's Place
Breaking the Law / Raining Blood [reprises de Judas Priest / Slayer]
Dead but Rising
Maybellene I Hofteholder
A Warrior's Call
The Hangman's Body Count
Still Counting

Rappel :

Doc Holliday
The Mirror and the Ripper
Pool of Booze, Booze, Booza

Pour visiter le site de notre photographe, un seul lien :
http://www.yog-photography.com

Photos : © 2013 Nidhal Marzouk  / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe. 

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements