Punish Yourself au Hellfest 2013

Dimanche 23 juin – 22h50 – Warzone

Bientôt 20 ans que Punish Yourself inonde les salles et les festivals avec leur cyber punk electro. Cette année la Warzone du Hellfest 2013 n’y échappe pas et l’ accueille ce dimanche à 22h50… Un bon gros défouloir : voilà ce à quoi on peut s’attendre en se dirigeant vers un show de Punish Yourself. Avant dernier concert de ce Hellfest, il promet d’être à la fois éreintant mais aussi plein de folie joyeuse… 

Sur scène les lasers verts transpercent les rétines pendant que le groupe se met en place. Le parterre de la Warzone est rempli de monde, qui se met à jumper dès que « Gun » résonne dans les enceintes, avec ses basses puissantes. Visuellement c’est original, comme toujours, les musiciens sont verts fluo, il  y a des lights dans tous les sens, c’est très electro. Vx nous demande si on est venu pour danser, et vu les gens sur-motivés qu’il a devant lui, il doit se douter qu’ ils ne sont sûrement pas là pour manger des glaces. Klodia (dont a déjà pu apprécier la performance avec Le Bal des Enragés) arrive sur scène sur « She Buys Me Drugs » avec un maquillage tête de mort mexciaine fluo qui donnerait des hallu à un hérisson sous LSD.

Punish Yourself Hellfest 2013

Côté public on se déchaîne sur « Suck My T.V » dès l’intro, un des morceaux cultes du groupe dont le refrain est repris en chœur par toute l’audience qui jumpe les bras levés. Sur le titre « Zmeya », c’est Fafa qui nous fait une démo de ruban en petite tenue. On n’a pas encore de pyrotechnie, parce qu’un show de Punish Yourself sans feu, c’est comme une bière sans mousse : ça manque de saveur. Le groupe continue dans la démence avec « Mothra Lady » de leur opus Gore Baby Gore, avec en prime Klodia en pom-pom girl toujours aussi sexy. Dans le pit les slams et les mosh sont plus rares que d’habitude sur la Warzone qui est transformée le temps d’une soirée en « électro-choc zone » avec Punish Yourself et Atari Teenage Riot. L’ambiance est enflammée autant niveau public que niveau scène ou Klodia et Fafa s’exhibent dans des danses intrépides. C’est bien connu sur la Warzone on ne fait pas dans la dentelle et ce soir Punish Yourself n’y déroge pas, la seule dentelle qu’il y a étant celle que porte Klodia.

Tout le monde les poings en l’air pour « CNN War » dont l’audience reprend avec verve et rage les « USA ! USA ! ». Ce petit cours de politique sagement intégré les sonorités goa de « Shiva Only Is God » résonnent à leur tour dans les enceintes et les poitrines. On voulait du feu et bien voilà : Klodia arrive sur scène avec des griffes enflammées : de quoi réchauffer encore plus l’ambiance qui frôle l’apothéose. Dans la fosse les cordes vocales s’unissent pour mieux se déchirer sur « (Let’s Build) A Station in Space », qu’on attendait impatiemment. Pour l’occasion Miss Z revêt un énorme sombrero (fluo lui aussi, ça va de soi) tandis que Xav se donne à fond sur les fûts. On pourrait croire qu’on est en pleine commémoration de « el dia de los muertos » : entre les fleurs fluos en déco, les crânes décorés peints sur les visages, la musique dansante et les lumières douces. Enfin en plus rock’n’roll forcément, surtout avec « Las Vegas 2060’s » qui suscite un bain de foule incroyable lors du refrain.En effet, les deux performeurs, de chaque côté de la batterie, sortent les meuleuses et balancent des étincelles.

Le rythme est déjanté et les stroboscopes de « This is My Body, This is My Gasoline » transforment la Warzone en une galaxie multicolore de décibels hilarants, larmoyants, criants. Frôlants la crise d’épilepsie, on est tous baignés dans cette ambiance survoltée et tout le monde reprend avec entrain le refrain de « Primitive » qu’ on connaît tous par cœur. Punish Yourself assure leur créneau, ils terminent avec « Gay Boys in Bondage », ce qui transforme littéralement la Warzone en teuf géante, tout le monde saute et chante pendant que Klodia joue de sa meuleuse et fait pleuvoir des étincelles sur la scène. La fin du set est aussi violente que le set lui même, la musique s’arrête nette, c’est terminé. Punish Yourself nous laisse tendus, excités et hyper bouillants pour Atari Teenage Riot qui les relèvent sur la Warzone.

Setlist :

Gun
She Buys Me Drugs
Suck my T.V
Zmeya
Mothra Lady
Rock’n ‘Roll Machine
Zombie Room (All You Zombies)
CNN War
Shiva Only is God
(Let’s Build) A Station in Space
Las Vegas 2060’s
This is My Body, This is My Gasoline
Primitive
Gay Boys in Bondage

Crédit photo: Nikolas Ernult: http://www.nikolase.fr



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements