P.O.D. + Hellyeah au Forum de Vauréal (26.06.13)

Revenus victorieux du Hellfest, c’est à Vauréal que les américains de P.O.D. et Hellyeah décident de faire escale suivante ! Dans l’espace cosy et chaleureux du Forum, les deux formations vont brandir haut les couleurs de deux styles de metal totalement différents, mais cependant unis par quelques points communs fédérateurs : des paroles substantielles, un cri du cœur sans compromis, et un message altruiste et positif.

 

Le Forum de Vauréal - La Grosse Radio

Le Forum de Vauréal

 

P.O.D.
 


Lorsque les Californiens de San Diego s’emparent de la scène, c’est une salle pleine à craquer et plutôt réceptive qui les reçoit. Dans un style musical aux antipodes de la tête d’affiche de ce soir, le groupe tisse sa toile, à mi-chemin entre hip hop, metal et grosses influences reggae. S’il attaque avec les deux classiques que sont « Boom » et « Set It Off » (Satellite, 2001), c’est pour mieux enchaîner sur pas moins de quatre titres d’affilée extraits de leur nouvel album, Murdered Love (2012) : l’éponyme « Murdered Love », « Lost In Forever », « Eyez » (featuring Jamey Jasta du groupe Hatebreed sur l’album), et « Babylon The Murderer » afin d’entamer comme il se doit les présentations. Le groupe est très en forme, Sonny Sandoval (chant) aux faux airs de Mike Muir (les chaussettes peut-être) particulièrement motivé, et la présence en extra d’un claviériste / choriste / percussionniste rastaman agrémente considérablement la retranscription en live de la musique du groupe.

 

P.O.D.

Wuv Bernardo (batterie), Marcos Curiel (guitare, choeurs), Sonny Sandoval (chant) & Traa Daniels (basse, choeurs) ; (Photo du site officiel du groupe)

Le son est plutôt bon, même si beaucoup trop de basses rendent l’appréciation du show un peu difficile dans un tout premier temps. Retour à leur plus gros carton en date, l’album Satellite, avec « Without Jah, Nothin’ » et « Youth Of The Nation », entrecoupés par « Roots In Stereo » (Testify, 2006). Le groupe est très à l’aise, fait preuve d’une gratitude et d’une humilité rafraîchissantes, et convainc assez vite l’assistance avec son style pourtant très à part. N’oublions pas que si depuis leurs débuts, beaucoup de groupes ont emprunté cette même veine que l’on qualifierait grossièrement de neo metal, P.O.D. (acronyme de "Payable On Death") reste un pionnier en la matière, avec un acte de naissance datant de 1992 tout de même !

 

P.O.D. Forum Vauréal 2013

Retour à la présentation sur scène du dernier album en date du groupe, avec les titres « Panic & Run » et « On Fire », entrecoupés par un « Southtown » (The Fundamental Elements Of Southtown, 1999) marquant un point d’orgue dans l’intensité d’un show remarquablement contrasté. Si la musique du groupe a tout pour plaire à un panel très large de musicophiles (metalleux certes, mais également amateurs de rock, de hip hop, de reggae pêle-mêle) le propos desservi par le groupe possède aussi ceci : certains qualifient le style du groupe de « metal Chrétien », mais au-delà de dénominations aussi précises, c’est avant tout un message universel de paix, de respect, de tolérance et d’amour qui est délivré ici, à travers la catharsis d’une musique puissante, intense, et riche en couleurs. « On Fire » sera le dernier titre extrait de Murdered Love, avant de retourner piocher dans Satellite avec « Satellite » justement, puis « Alive », géniale, sur laquelle le public scande : « So I trust in love, you have given me peace of mind, I feel so alive… » C’est la reprise du groupe Sublime, « What I Got », qui clôture le programme de la soirée pour un groupe qui, s’il a connu des heures de gloire (avec notamment sa participation à la B.O. du blockbuster The Matrix : Reloaded en 2003), n’en oublie pas pour autant sa mission artistique, et la fidélité d’un public à qui il doit tout.

 

Sonny Sandoval (photo : site officiel du groupe)

Contraste intéressant, certains chanceux présents au concert de Pantera en 1998 au Zénith de Paris (votre serviteur inclus, bien-sûr), se souviendront de l’accueil réservé à sa première partie, le groupe Hed (Pe) à l’époque : le neo metal venait de « naître » et s’il a permis l’introduction au metal de nombreux nouveaux fans, les puristes de la frange old school (Metallica, Megadeth, Pantera, Slayer, mais aussi Iron Maiden ou Judas Priest pour remonter plus loin dans les branches) avaient énormément de mal avec le phrasé et l’énergie hip hop de cette (alors) nouvelle garde. Le groupe de Vinnie Paul voyait plus loin, lui, et savait apprécier cette dynamique différente. C’est avec ce même état d’esprit que le batteur emblématique part en 2013 sur les routes avec d’autres formations dont il aime la mentalité et l’entrain (selon ses propres confidences dans notre interview à venir bientôt !), mais rencontre à présent un accueil bien plus cordial de la part d’un public qui a parfaitement (dans une certaine majorité) digéré ces influences et a fini par les intégrer dans la grande famille du metal.

Setlist :

Boom
Set It Off
Murdered Love
Lost In Forever
Eyez
Babylon The Murderer
Without Jah, Nothin’
Roots In Stereo
Youth Of The Nation
Panic & Run
Southtown
On Fire
Satellite
Alive
What I Got (Sublime cover)

 

HELLYEAH

Ca faisait bien longtemps que l’on attendait le retour en France de Vinnie Paul. Après une dernière date française avec Damage Plan (quand même…) aux côtés de feu son frère, le géant de la guitare metal, Dimebag Darrell ; c’est au Hellfest de Clisson que VP fera son grand comeback, avant de gracier également les fans de la région parisienne d’une date, en VIP pratiquement, au Forum donc. Après avoir arrêté la musique pendant deux ans, suite à la tragédie qui frappe sa famille, et par extension la grande famille du metal, Vinnie décide de se remettre à la musique, et se constitue une dream team autour de Chad Gray (chant, Mudvayne), Bob Zilla (basse, Damage Plan), Greg Tribbett (guitare, Mudvayne) et Tom Maxwell (guitare, Nothingface).

 

Hellyeah Forum Vauréal 2013

Chad Gray

C’est forts d’un troisième album, sorti en 2012 et très justement intitulé Band Of Brothers, que les Sudistes viennent nous présenter en live leur répertoire. « Drink Drank Drunk » lance la machine de guerre qu’est Hellyeah, et l’on comprend dès les premières notes que l’on a en effet affaire à un supergroupe. L’abord festif se poursuit avec « Cowboy Way » (Stampede, 2010), hymne redneck sans complexes au mode de vie de nos amis, et la réaction de la foule rappelle immédiatement les grandes heures du metal de l’époque de Pantera : un pogo de folie prend place, allant de pair avec la performance carrée et puissante du groupe. Pas de jolis minets sur scène ce soir, pas de gimmicks réchauffés, et rien de trendy dans la musique ; Hellyeah est un authentique groupe de saltimbanques, comme on les aime. « Matter Of Time » (Hellyeah, 2007) et son intro très caractéristique du jeu de Vinnie Paul, fait intervenir le public, notamment en réponse sur un refrain très Black Sabbath / Ozzy Osbourne. Les guitares de Greg et Tomcat sont en place et massives, avec un petit côté « Dimebag » dans le jeu de Greg qui n’est pas pour déplaire. « Band Of Brothers » et le très existentialiste « Rage / Burn » achèvent de présenter le nouvel album sous un jour très favorable.

 

Hellyeah 2013 Vauréal Forum

Le grand Vinnie Paul

Le tempo et le jeu de batterie de « Rage / Burn » font un peu penser à « 5 Minutes Alone » de Pantera, et quelques malins dans la salle réclameront ainsi cette chanson. A quoi Chad répondra intelligemment « Come on, why don’t you give it up for our buddies of P.O.D. instead ?” (“allons, pourquoi vous ne feriez pas une ovation pour nos potes de P.O.D. plutôt ? »). Car s’il est un grand mérite que l’on peut attribuer à Hellyeah, c’est le fait de s’être crée un matériel si béton qu’ils n’ont aucun besoin de capitaliser sur les succès de jadis. Plutôt que de donner dans le karaoké ridicule, ils choisissent de n’interpréter que leur répertoire, qui possède suffisamment de personnalité et est joué par des musiciens avec assez d’inspiration et de prestige pour ne pas avoir besoin de réaliser des emprunts ailleurs pour se donner de la crédibilité.

 

Hellyeah Vauréal 2013

Greg Tribbett et sa Washburn

« God Damn » et « You Wouldn’t Know » (Hellyeah) imposent la conclusion d’un Chad ‘Helvis’ Gray magnanime et réellement fascinant. « Alcohaulin’ Ass » et « Hellyeah » (tous deux extraits également du premier album) scelleront un show de mastodonte, à la hauteur des enjeux formulés. C’est cependant le guitar tech d’un Tomcat sur les rotules et en train de baver (si si) qui prendra sa place sur la dernière ligne droite. On soupçonne l’anniversaire du guitariste (tombé deux jours avant le live) d’avoir laissé quelques menues séquelles ! Car s’il est encore une chose que l’on doit attribuer au groupe, c’est d’être imbattables question tise également !

 

Hellyeah Vaureal 2013

Tomcat, Chad & Vinnie

Vous l’aurez compris, un live très festif et convaincant, avec des allures sympathiques de tournée des clubs, qui donnera très envie de se (re)plonger dans les discographies respectives des deux groupes, et assoira en terre Française la nouvelle mouture du batteur légendaire qu’est Vinnie Paul.

Setlist :

Drink Drank Drunk
Cowboy Way
Matter Of Time
Stampede
Band Of Brothers
Rage/Burn
God Damn
You Wouldn’t Know
Alcohaulin’ Ass
Hellyeah

Hellyeah Vaureal 2013

Liens utiles :

Le site officiel de P.O.D.
Le site officiel de Hellyeah
Retrouvez P.O.D. sur Facebook
Retrouvez Hellyeah sur Facebook
Le Forum De Vauréal

Merci à Robert & Sandra pour leur coup de pouce sur la setlist d'Hellyeah !

Photographies : Carmyn

 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements