Downset + Madball + Biohazard au Trabendo (12.08.2013)

Ce soir Paris a rendez-vous avec la crème du hardcore à savoir Downset, Madball et Biohazard au Trabendo. Les trois groupes sont affichés en co-headlining, trois quarts d'heure de jeu chacun environ. Malgré la période estivale le public est présent, à vrai dire le programme de ce soir est plus qu'alléchant.

C'est Downset qui ouvre le bal devant un Trabendo déjà bien rempli. Le groupe ne se fait pas prier et entame son set sans attendre avec « Empower », mêlant énergie et envie. Côté public l'énergie  laisse à désirer, l'audience prend du temps pour se mettre en jambe et semble dubitative concernant la nouvelle voix de Downset, Neil Roemer, bien en dessous des instrus. Mais ce n'est qu'une question de minutes avant que les premiers rangs s'échauffent et se mettent à jumper sur « Play Big ». Malgré l'absence percutante de Rey Oropeza, le public reprend en chœur les paroles engagées de ce groupe définitivement culte. Après des titres comme « Take 'em Out », ou encore « Fire », on fait un bond d'une quinzaine d'années en arrière. Malgré le manque certain de charisme et de voix du nouveau chanteur, son flow reste irréprochable, sans fausse note de A à Z.

Downset Trabendo 2013

Au fur et à mesure de leur prestation, Downset nous déballe son hardcore fusion pêchu bien groovy, le son est lourd et la basse swing. Neil Roemer remercie la foule d'être présente ce soir tandis qu'en fosse les circle pits n'arrêtent pas. Les décibels crachent l' intro de "Eyes Shut Tight", morceau de choix puisque les fans peuvent reprendre le refrain en chœur tandis que sur scène les gars se défoulent. Le public chante et jump sur le son saturé qui est propre au groupe. Avec leur titre éponyme, Downset nous tartine les tympans et le chanteur demande a l'audience le plus gros circle pit de la soirée. Gros mais court, la fosse n'étant pas énorme mais dynamique, certains se risquent même à des slams de quelques secondes. Le combo basse/batterie est toujours des plus efficaces sur ce titre phare.

Downset Trabendo 2013

Avant de quitter la scène, Neil Roemer demande aux fans quel titre ils veulent entendre : c'est un « Anger ! » qui monte de la foule à l'unisson. Jusqu'au bout Downset envoie tout, Neil garde son flow parfaitement maîtrisé malgré la pression de devoir remplacer l'irremplaçable. À l'instar de ses comparses, Downset a ce don de faire vibrer les foules, avec des petits rien qui font tout. Ce premier concert mêlant bonne humeur, rage et nostalgie nous ravit, la soirée commence en beauté.

Setlist :
Empower
Play Big
Take 'em Out
Breed the Killer
Pure Trauma
Fire
Blind
Forgotten
Sangre de mis Manos
Eyes Shut Tight
Angainst the Spirits
Downset.
Anger

-----------------------

Contre toute attente c'est Madball qui monte sur scène a 20h30, nous laissant Biohazard pour la fin, plutôt risqué comme running order. Les fans sont présents en nombre pour accueillir les New Yorkais tant attendus.

Madball Trabendo 2013

Avec "Empire", titre éponyme de leur dernier album en date, les gars déchaînent la foule qui n'en demandait pas moins. Sur scène tout le monde est bien en place, le son est juste parfait. On sent que Freddy Cricien a eu un bon mentor, à savoir son frère, lead d' Agnostic Front : il a une voix parfaitement calée et puissante avec un flow qui défie tous les a priori du hardcore. "Get Out" fait l' unanimité et balance un son surpuissant qui redouble de décibels tandis que dans le pit on redouble de slams. En bon frontman Freddy n' hésite pas à faire chanter des fans, certains d' ailleurs ne se débrouillent pas mal du tout. Sur scène tout le monde se lâche, autant les slameurs rescapés que les musiciens. Hoya Roc à la basse grimpe et saute partout, il a de l' énergie à revendre, tout comme le chanteur que rien n' arrête, un flow surpuissant, des cordes vocales en acier et une prestance à en faire pâlir plus d' un.

Madball Trabendo 2013

Madball nous régale avec des titres comme « Set it Off », « Streets of Hate » ou encore « All or Nothing », dans la fosse les mosh et les slams sont de vigueur. L'ambiance est survoltée au Trabendo ce soir, la configuration de la salle sans crash barrières permettant au public d'accéder à la scène facilement et sans encombres. Avec les crânes luisants, les bandanas et les bermudas on se serait presque crut dans une bonne vieille salle underground new yorkaise dans les années 1990. Le set passe à une vitesse grand V, Madball enchaînant les titres les uns après les autres avec une facilité déconcertante : « Look my Way » est suivie de « Down by Law », nos mollets souffrent mais il en faut plus pour nous décourager. Enfin, le coup de grâce est donné avec les deux derniers titres « Pride (Times are Changing) » et « Hardcore Still Lives » du superbe opus Demonstrating My Style.

Madball Trabendo 2013

Après nous avoir asséné de décibels avec leurs meilleurs titres et exécuté leur prestation de main de maître, Madball sort de scène avec le sourire, pendant que nous on sort prendre l'air avec le sourire aussi, les jambes en moins.

Set list:

Empire
Can't Stop, Won't Stop
We the People
Get Out
The Beast
Smell the Bacon
Set it Off
Streets of Hate
All or Nothing
Infiltrate the System
Look My Way
Down by Law
It's my Life
Heavenhell
Pride (Times are Changing)
Hardcore Still Lives

------------------------

Après le set sans faille et bourré d' énergie de Madball, la barre est placée très haut, ça va être dur pour Biohazard de garder la foule aussi captivée. Une bonne partie du public est déjà partie, considérant sûrement Madball comme tête d'affiche de la soirée. Sans se démonter pour autant Biohazard monte sur scène et envoie la sauce avec "Shades of Grey" et "Urban Discipline", deux titres de leur deuxième et très bon opus Urban Discipline. Le groupe est accueillit comme il se doit par le public présent, le pit reste compact et dynamique.

Biohazard Trabendo 2013

Quelques problèmes techniques font retomber la tension, et il faudra un peu de temps pour que l'ambiance se remette d' à plomb. Avec "Wrong Side of the Tracks" le public se réchauffe et se démène sur "Down for Life". Depuis deux ans maintenant Evan Seinfeld à été remplacé par Scott Roberts au chant et à la basse, et son absence est toujours flagrante même si Billy Graziadei et Bobby Hambel chantent aussi à tour de rôle avec une ferveur des plus coriaces. Après s'être bien améliorée l'atmosphère se refroidie à nouveau quand Biohazard interprète deux titres de leur dernier album Reborn in Defiance pour le moins mal accueillit par la critique. On ne leur en veut pas longtemps puisqu'ils nous régalent avec "Tales From the Hard Side" tout juste suivi par "Remember" et on retourne tout droit en 1994. Sur scène les musiciens ont la pêche et sont bien en place, ils dynamisent le public jusqu'au bout avec leurs riffs à la fois heavy et ciselés. Après une demi heure de show intense on a le droit à leur reprise de Bad Religion "We're Only Gonna Die From Our Own Arrogance", titre sans surprise mais qui fait toujours plaisir à entendre.

Biohazard Trabendo 2013

Ce soir le Trabendo s'est transformé le temps d'une soirée en cour de récré dans laquelle les potes se bagarrent tout en chantant et en refaisant le monde, en croyant à des valeurs fortes portées par le hardcore, valeurs clamées haut et fort par des groupes qui les soutiennent tels que Downset, Madball et Biohazard. Merci à Garance Prod pour ce come back to 90's !

Set list Biohazard:

Shades of Grey
Urban Discipline
What Makes Us Tick
Wrong Side of the Tracks
Down for Life
Reborn
Vengeance is Minde
Tales From the Hard Side
Remember
Victory
Black and White and Red All Over
Love Denied
We're Only Gonna Die (From Our Own Arrogance) – Bad Religion cover
Punishment
Hold My Own
Rappel :
Howard Beach
Five Blocks to the Subway

Photos : © 2012 Olivier GESTIN / INTO The PiT Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.
http://www.facebook.com/intozepit

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements