Reinxeed – A New World

En cette rentrée 2013 il m’est demandé de vous parler de l’énième disque de Reinxeed, A New World, sorti le 5 septembre 2013 prochain sous le label DooLittle Groupe. Oui, vous ne rêvez pas, Reinxeed et son créateur boulimique de musiques speedées, j’ai nommé Tommy ‘Reinxeed’ Johansson. Depuis le premier album The Light en 2008, les albums se sont succédés à un rythme de métronome, à savoir un tous les ans ! Alors le premier a créé la surprise (et une bonne), le second (Higher) a confirmé le statut de nouvelle référence de speed power métal de Reinxeed. Le troisième (Majestic) achevait de nous montrer l’étendue du savoir faire de Tommy et on commençait à se demander si le groupe pourrait se renouveler. L’album suivant en 2011, 1912, avec pour thème le Titanic passera un peu inaperçu mais n’était pas si mauvais que ça. Puis arrive 2012 et son Welcome to the Theater, contenant quelques hymnes et chansons imparables, dont la chronique a été faite en ces lieux, mais cet album commençait à sérieusement tourner en rond.

 

Si on récapitule le tout, c’est une certaine forme de talent qui s’exprime chez Tommy, et même si ces albums finissent par tourner en rond, il faut lui reconnaître son inépuisable création (même Tobias Sammet n’écrit pas aussi vite, quoique…) et sa faculté à faire sonner le tout de manière tout de même cohérente. Oui je commence cette chronique par un hommage au talent créatif de Tommy, et là où l’on pourrait voir un enième album de power lembda, j’ai envie de prendre la défense de cet album qui, bizarrement, s’écoute de manière très agréable. L’ensemble est bien proportionné, les chansons s’enchaînent logiquement, le speed est toujours de mise et surtout cet album sonne malgré lui comme un retour aux sources et à l’ère Higher, le meilleur album selon moi de Reinxeed. Et vous verrez amis lecteurs, cet album mérite vraiment qu’on lui laisse sa chance.

Dès le morceau d’introduction « A Distant Horizon » on se retrouve en plein univers reinxeedien, avec ses nappes de claviers évoquant toujours des BO de films, une batterie pied au plancher et des riffs de gratte propres au power métal !

Impossible de passer à côté des hymnes que forment « The Journey Home », « The Star », « Northern Allstars » (oui les titres sont toujours aussi kitch, mais c’est un album de speed power). Aucun n’est réellement meilleur que l’autre, ils forment une base hymnesque de cet album. Et puis arrive l’ultra speed portant le nom de « Guitar Hero », démarrant sur une batterie sur-excitée avant que n’entrent les guitares. Ce petit riff en milieu de chanson est du plus bel effet et le refrain achève d’emporter l’adhésion. Quand au titre éponyme il n’est pas aussi bon qu’un « Heaven » (de l’album Higher) mais a le mérite d’alterner mid-tempo et speed, et d’offrir un refrain choral assez magique, bien que la partie instrumentale puisse se révéler comme un poil longue.

Un mot du chanteur et créateur, Tommy chante toujours aussi haut, même s’il semble éprouver quelques difficultés à tenir la note aussi longtemps qu’avant, et finalement si Reinxeed continue c’est grâce à sa détermination ! Par contre, là où sur Welcome to the Theater avait amélioré quelque peu la production, ici il est de nouveau difficile d’entendre toutes les musiques sans avoir besoin d’augmenter le volume plus que de raison.

 

 

Que retenir ? Oui c’est un album de power, oui Reinxeed continue de faire du Reinxeed, mais croyez moi, cet album apporte tout de même une certaine fraîcheur et rappellera sans problème aux fans l’album Higher ! Vu que Tommy semble prolifique, ce n’est plus la peine de se dire qu’il doit patienter avant le prochain album, donc à l’année prochaine pour la chronique du prochain opus !

 

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements