Metallica – Through the Never [Live]

Are you alive ?
 

Metallica, bien adepte des produits live depuis un moment, remet le couvert avec Through the Never, double-album qui compile plusieurs concerts enregistrés lors de la tournée américaine de 2012, qui avait bénéficié d’une production de haute volée avec de multiples effets de scène. Si le produit sert avant tout à appuyer la sortie de leur film du même nom, ce live pourra réjouir les fans avec quelques titres relativement rares, mais n’est cependant pas le produit le plus intéressant de la carrière du groupe.

Si Metallica ne fait plus l’unanimité depuis belle lurette, les pionniers du thrash restent un groupe à voir sur scène au moins une fois dans sa vie. Pas pour la performance des musiciens, au niveau malheureusement inégal entre eux, l’intérêt est ailleurs. En effet, en plus d’avoir l’assurance d’avoir une cascade d’hymnes qui ont traversé deux à trois décennies, Metallica, c’est l’assurance d’avoir quatre gars qui tiennent le show jusqu’au bout et qui se sentent chez eux sur scène.

Du coup, c’est toujours un plaisir de retrouver ces sensations chez soi, posé sur son fauteuil en s’imaginant dans une fosse en train de suer avec 20 000 personnes devant les quatre cavaliers de l’Apocalypse. Cependant, si les sensations sont bonnes, le groupe de San Francisco ne tirerait pas un peu trop sur la corde du live ? Si rien n’était sorti à la suite de St. Anger, Metallica a livré pas moins de quatre DVD depuis la sortie de Death Magnetic (Français pour une nuit, Orgullo, Pasiòn y Gloria : Tres noches en la ciudad de México, The Big Four : Live from Sofia, Bulgaria et Québec Magnetic), dont deux en CD. Through the Never est donc le 3e, ce qui commence à faire beaucoup sans album studio entretemps.

James Hetfield

La sortie de ce double-live est justifiée par celle du film du même nom, qui mêle concert et film d’action. Metallica revient donc au cinéma après le documentaire Some Kind of Monster, avec cette fois-ci quelque chose de plus visuel, notamment au niveau du show, puisque le groupe a fait appel à plus d’artifices de scène qu’à l’accoutumée, avec notamment des croix surgissant du sol pendant "Master of Puppets" ou la fameuse chaise électrique sur "Ride the Lightning". Cependant, si l’aspect visuel justifierait un passage vers le grand écran, quid du live ?

Côté tracklist, on retrouve un show de Metallica assez classique, hormis deux titres assez rares sur scène ("…And Justice for All!" et "Orion"), cette tournée américaine, à cause des effets visuels, n’a pas laissé place à beaucoup de changements de setlist (une habitude pourtant chez le groupe), surtout basée sur la période thrash de l’album, avec neuf titres issus des quatre premiers albums. On retrouve les indispensables "Enter Sandman" ou "For Whom the Bell Tolls", mais certains, comme "Sad But True" ou "Seek & Destroy" manquent à l’appel. Cela est d’autant plus bizarre pour ce dernier, qui avait aussi sa séquence scénique spéciale, avec la cuvette de toilettes inspirée de l’artwork Metal up your ass! (premier nom choisi par le groupe pour son premier album avant d’opter pour Kill’em All). On notera que la setlist a probablement été raccourcie sur le live, puisque le groupe jouait 18 chansons par soir, contre 16 sur ce live.

Lars Ulrich Metallica

Côté performance, le fait d’inclure plusieurs dates de concert a permis au groupe de sélectionner les meilleures pistes et ainsi limiter la casse niveau pains. On retrouve néanmoins des imprécisions de Kirk Hammet (sur "Creeping Death" notamment) et l’ami Lars Ulrich qui simplifie ses parties batterie, notamment sur les chansons tirées d’…And Justice for All!. On remarque que l’aspect live a été conservé, en témoignent les vocaux de James Hetfield qui ont bien changé depuis les débuts du groupe, avec cette attitude rock n’roll et ces approximations de chant. Si ce changement ne plait pas à tout le monde, l’identité du chanteur reste criante, comme son talent de frontman, toujours spontané et apte à se mettre le public dans la poche. On remarquera que son souci de micro pendant "Ride the Lightning" n’a pas été corrigé. On peut également apprécier tout le talent de Robert Trujillo avec ce live, notamment sur "For Whom the Bell Tolls" et surtout "Cyanide", sachant que le mix de Death Magnetic ne le mettait pas à l’honneur.

Si ce double-CD appuie la sortie d’un film, son intérêt est plutôt limité dans le sens où Metallica a déjà sorti de nombreux lives plus mémorables que celui-ci, d’autant que l’intérêt de la tournée capturée était avant tout visuel. Du coup, Through the Never (qui ne comprend d’ailleurs pas la chanson éponyme) est un produit agréable, mais avant tout réservé aux fans purs et durs de Metallica.

Robert Trujillo

 

Photos :
© 2011 Nidhal Marzouk  / Yog Photography : http://www.yog-photography.com/

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements