Wolfheart – Winterborn

Exit donc les Before the Dawn, Black Sun Aeon, Dawn of Solace ou autres RoutaSielu ! Tuomas Saukkonen n’en voulait plus, ou ne pouvait plus trop disperser son énergie aux quatre vents. Beaucoup pensaient l’homme certainement las et en perte de vitesse, moins inspiré et donc contraint de se recentrer sur un seul et unique objectif, certains de ses derniers albums pouvaient peut-être en effet laisser penser cela… Epiloguer sur les véritables raisons de ce choix ne servirait cependant à rien, même s’il semble évident qu’un Before the Dawn n’avait par exemple plus trop de raison de vivre depuis le départ (jamais compensé) du chanteur clair Lars Eikind. Quant au reste, on pourra regretter que jamais ne sorte ce second album de Dawn of Solace, mais il en est ainsi. Wolfheart est donc là, sous nos yeux et nos oreilles, avec un premier opus intitulé Winterborn à paraître le 11 octobre prochain.

Première constation, Tuomas est seul. Derrière chaque instrument donc, mais aussi à la production et à la distribution puisqu’il a ainsi décidé d’assurer lui-même la promotion de cette nouvelle étape de sa vie musicale. Un grand courage donc, mais aussi l’assurance et probablement la nécessité de tout contrôler, faisant de ce disque une création encore plus personnelle que les précédentes. Plus qu’un condensé même de chaque groupe sus-mentionné en intro, c’est avant-tout l’âme du musicien que nous allons ainsi décortiquer pour vous ; une personnalité à la fois sombre et attachante.

A l’image de l’album tout compte fait. Et pourtant il faut s’accrocher et s’accorder du temps, du recul, pour bien apprivoiser la bête. De prime abord assez opaque et froid, ce Winterborn porte parfaitement son nom, avant de petit à petit justifier le nom du projet sous lequel il a été adoubé. Un vrai coeur de loup, aux émotions exacerbées mais retenues à l’extrême, une véritable froideur mélancolique mais pas dénuée de lumière apportée par un doom death au rythme variable et aux arrangements parfaitement dosés.

Wolfheart Tuomas Saukkonen

Tout est en dans le détail, tant est si bien que très vite la première écoute « directe » s’avère bien dérisoire. Winterborn est de ces albums qui paraissent différents au fil des écoutes, qui gagnent en richesse et en profondeur, si tant est qu’on prenne la peine de se concentrer et d’ouvrir une oreille et la bonne. Si possible les deux, et dans de bonnes conditions. Et là vous verrez, enfin plutôt entendrez, tout est dans la finesse de ces sons parfois discrets que l’on perçoit en seconde ou troisième couche, au-delà même des gros riffs ou du gros chant de Tuomas. Car si ces derniers sont souvent très bons, dans le direct bien plombé pour les premiers et dans une rage expressive pour le second, le reste fait la différence en rendant le travail/le son de ce compositeur unique. Cela nous le savions déjà, bien entendu, mais tout semble ici plus poussé, le tout dans un mix et une production en tout point parfaits.

Parfois tout en subtilité, parfois tout en force, chaque titre ou presque propose une vraie dualité de puissance avec une instrumentalisation peaufinée à l’extrême. Si les envolées guitares façon « prog à l’ancienne » sont nombreuses et rappellent ce que Amorphis aime parfois faire (« The Hunt », « Ghost of Karelia » ou « Chasm »), c’est surtout sur les détails tels que les strings ou autres violons (« Routa Pt. 2 » ou « Breathe ») que l’alchimie prend forme. Ajoutez à cela une guitare clean ou acoustique plus que touchante (l’intro de « Chasm » ainsi que celle de « The Hunt »), et on comprend très vite ce qui nous frappe, nous attire, dans la musique de sieur Saukkonen. Le génie n’oublie pas pour autant de varier le reste, avec une basse certes discrète mais expressive, et une batterie très rustre qui accompagne parfaitement le tout, souvent alimentée de roulements du meilleur effet (« Splendour and Valour » ou une nouvelle fois « Chasm »).

Au niveau des chansons, on navigue entre un doom proche de Swallow the Sun comme la conclusion « Breathe » (que Ghost Brigade ne renierait pas), « I » ou l’impressionnant « Routa pt. 2 » ; et le gros death plus rentre dedans mais jamais dénué de nuances (« Strength and Valour », la très directe mais raffinée « Gale of Winter » ou le doom-death des familles « Ghost of Karelia »). Un sans faute à ce niveau pour des titres tous aussi intéressants les uns que les autres. « The Hunt » agit parfaitement en tant que single atmosphérique, tandis que « Chasm » rivalise de splendeur et de variations le long de ses 7 minutes. Au final, seules « Whiteout » et peut-être « I » sont en dessous du reste et moins marquantes.

Un album singulier et métissé que ce Winterborn donc, pas facile d’accès mais plus qu’intéressant. La musique de Tuomas Saukkonen reste à la fois directe et complexe, on pourrait comparer ce Wolfheart avec plein d’autres groupes du genre (même si certains passages nous ont fatalement réduit à cet éceuil comme vous avez pu le lire plus haut) mais trop s’y risquer serait une grossière erreur tant le bonhomme sait construire son propre univers, même avec des sons ou riffs déjà forcément entendus ailleurs. Il a cette force, dans les détails et autres arrangements, qui font de lui un compositeur et un musicien à part. Ainsi, alors que l’on pouvait craindre le pire avec l’arrêt des Before the Dawn ou autres Black Sun Aeon ainsi regroupés en un seul son, on se rend compte aisément que Wolfheart était LA solution pour notre ami finlandais.

Winterborn semble à la fois être l’album de la reconstruction et de la maturité, pas forcément un apogée de carrière mais bel et bien un témoignage poignant du talent d’un personnage qui avait encore beaucoup plus à dire qu’on ne le pense. Reste à savoir désormais de quoi sera faite la suite, car la barre est placée assez haute malgré quelques minuscules imperfections ou autres longueurs qu’on ne prendra même plus la peine de relever une fois l’opus digéré tant celui-ci forme un tout.

Note finale : 8.5/10
 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements