As They Burn (+ Merge ) à  la Boule Noire (05.10.13)

Dernière date pour As They Burn, c’est à La Boule Noire qu’ils ont achevé leur tournée avec leur très bon Will, Love, Life.

Accompagnés de Novelists et Merge pour une soirée purement hardcore, la foule avait déjà l’air opérationnelle avant même l’entrée du premier groupe.
Les heures à venir  s’annonçaient carnage.

NOVELISTS

Premier concert pour Novelists, formés en avril dernier et composés de quelques anciens membres de A Call To Sincerity, ils ouvriront les hostilités ce jeudi soir.

Le groupe nous envoie un métal progressif lourd et violent, qui malheureusement nous demandera un effort auditif  pour distinguer chaque instrument.

Souffrant d’un problème de son, la basse sera beaucoup trop présente, les guitares quasi-absentes. Assez décevant, pour ces morceaux qui envoient tant en studio.

Les musiciens ne semblent pas être des survoltés de la scène ce soir, restant assez proches de leurs instruments. Encouragés par un public avide d’intensité, il faudra attendre quelques titres avant qu’ils ne commencent à se détendre.

C’est  un premier live et avec le potentiel que trimbale leur musique, les concerts à venir n'en sauront que forcément meilleur.

MERGE

Merge entre en scène… les problèmes de samples aussi, ce qui retardera leur prestation.
Le chanteur ne cesse de s’excuser à ce sujet et ces soucis techniques seront vite passés à la trappe quand le groupe mettra La Boule Noire au service du chaos.

En pleine promotion de leur prochain album Elysion, ils nous projettent un metalcore aérien et planant, doté d'une rythmique frénétique.

Les musiciens maîtrisent la scène, le frontman est proche du public qui manifestera son attrait particulier pour leur musique.

Alex Diaz de The Prestige se joindra à Anthony Hamin sur un morceau, jongleant entre la scène et la fosse, leur voix se complèteront parfaitement.

Ayant profités d'un bon son et d'un quintet surchauffés, il est vivement conseillé de se pencher de plus près sur ce nouvel album qui approche de sa date de sortie. 

AS THEY BURN

Accueillis par une foule brandissant, les mains levées, un des triangles thelematique, en l’occurrence celui de l’air, présent sur l’artwork de Will, Love, Life, As They burn fait son apparition et nous balance "Medicine 2.0" ,  taillé pour la scène autant que ses créateurs.

Ils possèdent définitivement l’espace et l’envahissent d’une énergie démentielle. Après quelques bonnes claques sonores, la foule est devenue dangereusement intenable, ripostant au son gras et agressif des parisiens.

On profitera des breakdown des plus gros morceaux du groupe, on savourera aussi des titres plus mélodiques comme "Frozen Vision".
Les musiciens sont d'une précision étonnante et Kévin, le frontman, épatera sur "F.R.E.A.K.S", enregistré avec Frankie Palmeri (Emmure) et Aaron Matts (Betraying The Martyrs) , où il assurera à lui seul, toutes les parties vocales.

Malgré une autre crise de nerf des samples, qui coupera le son net vers la fin de ce concert,
les gars sont redoutables, ils ont laissés la fatigue de fin de tournée en backstage et ont envoyé du lourd pour cette dernière date.

Un concert d'As They Burn est maintenant devenue une valeur sure, après de nombreuses prestations remarquées, le groupe a tout le potentiel pour entrer dans la cour des grands.
Avec en plus, une musique en perpétuelle évolution, ATB est un groupe metalcore qui se démarque des autres puisqu'il a su créer un univers très personnel. 

Une très bonne soirée qui s'achève, la scène française semble être en plein épanouissement !

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements