Simone Simons, chanteuse d’Epica

Le nouvel album des metalleux gothico/symphoniques hollandais d'Epica sort dans douze jours, le 16 octobre 2009, chez Nuclear Blast. Avant de découvrir ce "Design Your Universe", je vous propose de retrouver la chanteuse Simone Simons pour une interview que j'ai eu le plaisir de réaliser vendredi 25 septembre dernier en fin d'après-midi. C'est dans une ambiance de suite très agréable et détendue que l'entrevue a pu démarrer...

Ju de Melon : Bonjour Simone et, au nom de toute l'équipe de La Grosse Radio Metal, merci d'avoir accepté cette interview. Première question, comment te sens-tu et quelles sont tes attentes à propos du nouvel album ?

Simone Simons : Je me sens très bien ! Là je reviens juste de la salle de gym, j'ai fait pas mal de sport et d'exercices. Je suis évidemment très excitée à l'idée de cette sortie d'album... D'ailleurs nous venons juste de mettre en ligne notre premier clip vidéo, "Unleashed", qui sera également notre single. "Resign to Surrender" est quant à elle disponible en écoute sur notre Myspace (depuis rejointe par "Martyr of the Free Word"). En tout cas, pour l'album, nous sommes très optimistes car les premières réactions sont très positives... Nous sommes également impatients d'offrir à notre fan club une séance d'écoute complète en avant-première. Bref, nous avons un très bon feeling quelques jours avant cette sortie tant attendue !

Ju de Melon : Peux-tu nous présenter en quelques mots "Design Your Universe". Son histoire, son contexte, éventuellement son concept...

Simone Simons : Ce n'est pas un album concept en tant que tel, le titre de l'album réfère au fait que nous pouvons créer notre propre monde avec notre conscience, qu'en gros nous sommes tous de potentiels co-créateurs de l'univers, sur le fait que nous avons tous des talents et des rêves à accomplir. Mark Jansen et moi nous sommes occupés des paroles, couvrant divers thèmes. Mark s'est plus attardé sur la liberté de parole, la corruption du gouvernement, la dépendance, la physique quantique alors que mes paroles portent plus sur des expériences personnelles. Par exemple "Tides of Time" parle de fragilité de la vie, "Deconstruct" du combat quotidien pour avoir le droit de rêver, "White Waters" (où je chante en duo avec Tony Kakko de Sonata Arctica) est une histoire d'amour, "Burn to a Cinder" est inspirée d'un de mes films préférés "Entretien avec un vampire"... Donc comme tu peux le voir pas mal de sujets différents !

Ju de Melon : Comment comparerais-tu "Design Your Universe" avec les précédents albums d'Epica ? Marque-t-il une différence ou une sorte de continuité ?

Simone Simons : Je pense qu'il est vraiment très différent... C'est l'album le plus heavy que nous ayons jamais fait. Bien sûr cela reste du Epica, mais certains éléments de notre musique sont ici plus extrêmes, plus complexes... La batterie est plus violente, les guitares et mon chant plus diversifiés, il se passe vraiment beaucoup chose dans ce nouveau CD !

Ju de Melon : Vous avez donc choisi la chanson "Unleashed" comme premier single, est-ce que ce choix fut aisé ?

Simone Simons : Quand on écrit et enregistre un album, on a toujours une idée assez précise de quel morceau sera le single. Pour "Unleashed", le choix fut assez simple, surtout qu'à côté nous avions pas mal de chansons plutôt longues et complexes. De plus, il s'agit d'un titre assez accrocheur qui reste en tête après la première écoute, c'était vraiment la meilleure option !

Ju de Melon : Quelques mots sur le video clip tourné à l'occasion de ce single ?

Simone Simons : C'était une expérience très intéressante. Nous avons travaillé avec une équipe allemande pour la réalisation, nous sommes allés tourner à Berlin le 6 septembre dernier. Le tournage a duré un seul jour avec des gens très professionnels, on s'est pas mal amusés même si ça a été long et dur car nous avons commencé tôt le matin pour finir tard le soir.

Simone

Ju de Melon : Revenons à l'album... La production semble meilleure que jamais, est-ce qu'il y a eu des changements ou des améliorations apportées sur ce point ?

Simone Simons : L'apport d'Isaac Delahaye, notre nouveau guitariste qui a amené son propre son et ses solos, y est peut-être pour quelque chose. Ariën Van Weesenbeek, notre batteur, a beaucoup travaillé avec Mark et ensemble ils ont pu fignoler un maximum le son du nouvel album en y apportant pas mal de bonnes choses. Par ailleurs, Sascha Paeth s'est occupé du mixage et de la production, tout en supervisant l'orchestration.

Ju de Melon : Peux-tu nous parlé des choeurs et de l'orchestre qui ont participé à cet album, est-ce les mêmes personnes que sur "The Divine Conspiracy" ?

Simone Simons : Oui, à l'exception il me semble d'une personne qui a été remplacée.

Ju de Melon : Parlons du nouveau guitariste, Isaac Delahaye. Il semble avoir apporté son propre son et presque donné une nouvelle direction musicale à certaines chansons d'Epica, notamment "Master of the Free World". Comment s'est passée son intégration et a-t-il de suite su imposer son style ?

Simone Simons : Quand Isaac nous a rejoints, les chansons étaient déjà pratiquement toutes écrites. Cependant, Mark a très vite proposé à Isaac de revoir éventuellement certains titres en portant quelques améliorations si nécessaires. Ainsi, Isaac a véritablement écrit ses propres lignes de guitares sur quelques uns des morceaux ! C'est véritablement un excellent guitariste mais avec un son particulier, certaines personnes devront s'habituer à son style mais personnellement j'adore ce qu'il a apporté au groupe. C'est toujours quelque chose d'intéressant quand un nouveau membre intègre un groupe, cela amène une fraîcheur nouvelle. Isaac est quelqu'un de très joyeux et enthousiaste, toujours de bonne humeur, et qui nous inspire beaucoup.

Ju de Melon : Isaac était dans God Dethroned auparavant, tout comme Ariën...

Simone Simons : Oui, ce sont d'ailleurs de bons amis, et Ariën fut forcément ravi de voir arriver Isaac dans Epica !

Ju de Melon : Arrêtons-nous quelques instants sur les paroles. Elles semblent encore plus profondes et travaillées que sur les précédents albums... Les avez-vous écrites ensemble Mark et toi ?

Simone Simons : Non, nous écrivons toujours nos textes séparemment, on se laisse la totale liberté d'écrire sur ce que nous voulons. En ce moment, Mark Jansen lit beaucoup de livres, s'en inspirant pour ses paroles qui ont désormais souvent pour thèmes la physique quantique ou la NDE (Near Death Experience), il adore étudier ces phénomènes. Pour ma part, "Burn to a Cinder" est donc tiré d'un film, mais je me suis également pas mal impliquée personnellement dans l'écriture de certaines paroles, selon mes humeurs et et mes envies. La chanson "Tides of Time" a une histoire à part... Elle a été écrite en studio, deux jours avant la pré-production en janvier dernier, parce que quelqu'un proche du groupe et de Mark est décédé à cette période. C'est donc une chanson assez poignante qui parle du cycle de la vie, dont le texte a été écrit en deux heures... Nous voulions rendre hommage à cette personne qui comptait beaucoup pour nous et le groupe.

Ju de Melon : Est-ce que certaines critiques se cachent derrière certaines paroles, notamment sur la liberté de parole ou autres thèmes politiques ?

Simone Simons : Oui, très certainement, notamment dans "Resign to Surrender" qui dénonce cette dépendance qui nous empêche de penser par nous même, d'un gouvernement qui tente d'utiliser nos peurs afin de limiter notre liberté. "Semblance of Liberty" est d'ailleurs un peu la suite de "Resign to Surrender"... "Kingdom of Heaven" reste également quelque peu dans cette thématique : la construction d'une fausse idée de liberté pour mieux nous contrôler et nous dominer, le tout saupoudré de mysticisme puisqu'ici on se retrouve à un moment entre la vie et la mort, ne distinguant plus l'enfer du paradis, avant d'être finalement ramené "de force" sur Terre. Cette chanson, très complexe, parle également de mécanique quantique, cette idée que nous sommes tous connectés et ne formons qu'une seule et même entité... en bref, "Kingdom of Heaven" fonctionne presque comme un livre (rires) ! "Master of the Free Word" parle du difficile équilibre entre la liberté de parole et l'expression de ses opinions quelles qu'elles soient... "Design Your Universe" est une chanson plus positive qui invite chaque personne à créer son propre monde avec ses talents et sa sensibilité propre.

Ju de Melon : Il y a-t-il une certaine connexion entre "The Divine Conspiracy" et "Design Your Universe" au niveau des paroles ?

Simone Simons : Peut-être mais pas directement. Par contre, Mark Jansen continue sur ce nouvel album la saga "A New Age Dawns" (faisant à la base référence au calendrier Maya) débutée dans "Consign to Oblivion", puisqu'on peut y trouver les parties IV, V et VI.

Simone

Ju de Melon : Quelle est ta chanson préférée sur l'album et pourquoi ?

Simone Simons : J'aime vraiment beaucoup "Martyr of the Free Word""Unleashed" et "Kingdom of Heaven"... ce sont vraiment les trois chansons que j'apprécie le plus sur ce nouvel opus.  

Ju de Melon : Serais-tu prête à considérer "Semblance of Liberty" comme la chanson la plus extrême dans l'histoire d'Epica ?

Simone Simons : Oh oui, "Semblance of Liberty" déchire vraiment, c'est du "heavy motherfucker" (rires) ! Je ne suis pas certaine que ma maman va aimer cette chanson (rires)... disons qu'elle préfère les ballades ! En tout cas, avec ce morceau, on prouve aux sceptiques qu'Epica est vraiment un groupe de metal...

Ju de Melon : Quelques mots sur la plus longue chanson de "Design Your Universe", l'incroyable "Kingdom of Heaven"... est-elle la chanson la plus complexe de la discographie d'Epica ?

Simone Simons : Oui, c'est très certainement le cas. Elle dure presque 14 minutes... Parfois c'est très périlleux de proposer ainsi une chanson aussi longue, mais je suis persuadé qu'elle plaira beaucoup aux fans même si elle nécessitera pas mal d'écoutes. Je pense qu'elle suscitera un grand intérêt et qu'elle restera à jamais dans l'histoire d'Epica !

Ju de Melon : L'introduction de samples "politiques" dans l'interlude "The Price of Freedom" est quelque peu surprenante, qui a eu cette idée ?

Simone Simons : C'est Mark Jansen qui l'a eue. On peut y retrouver les voix de Malcolm X, Martin Luther King ou encore Barack Obama. Cet interlude fait quelque peu écho à "Martyr of the Free Word", avec ce même thème de la liberté de parole... et même si elle s'enchaîne bien avec "Burn to a Cinder", elle ne constitue pas forcément une introduction à celle-ci.

Ju de Melon : Parlons un peu d'Amanda Sommerville, qui a toujours été présente pour le groupe. Qu'elle est son implication sur ce nouveau CD ?

Simone Simons : Amanda a toujours été là depuis le début pour travailler avec nous sur les paroles ou les lignes de chants. Quand nous sommes entrés en pré-production, certains textes ou mélodies n'étaient pas finalisés, et elle a été là pour les peaufiner avec grande efficacité. C'est toujours sympa de travailler avec elle, elle a une nouvelle fois beaucoup donné de sa personne en pré-enregistrant certaines lignes de chant, et en participant aux choeurs ainsi qu'à la chorale.

Ju de Melon : On entend d'ailleurs très bien Amanda sur la chanson "Martyr of the Free Word"...

Simone Simons : Oui, parfois on chante vraiment ensemble sur ce titre, avec des voix très similaires. Il se peut qu'on arrive à nous confondre d'ailleurs (rires)...

Ju de Melon : Peux-tu nous parler de ton duo avec Tony Kakko, le chanteur de Sonata Arctica, sur la chanson "White Waters"... Comment ce duo s'est-il matérialisé ?

Simone Simons : Nous nous sommes rencontrés en tournée et nous sommes devenus amis, et donc l'idée nous est venue de travailler ensemble. Quand "White Waters" fut terminée, je lui ai envoyé les paroles en lui racontant l'histoire qui se cachait derrière, et il a de suite beaucoup aimé. Ainsi il a enregistré ses parties chants en Finlande, n'ayant pas le temps de venir les enregistrer directement avec nous.

Ju de Melon : Ta voix est meilleure que jamais sur cet album... T'es-tu entraînée différemment et avec de nouvelles techniques dans l'optique du nouvel album ?

Simone Simons : J'ai en effet travaillé avec une nouvelle professeur de chant que j'ai rencontré lorsque j'ai participé au projet Equilibrio du groupe Xystus. Je voulais vraiment retravailler avec elle pour l'album et, dès que les chansons du nouvel Epica furent terminées, je l'ai appelée pour qu'elle me coache sur ces nouveaux morceaux. Du coup, mon registre s'est plus approfondi, j'ai appris de nouvelles techniques qui ont rendu ma voix encore plus versatile. Travailler avec elle a vraiment été une chance pour moi.

Ju de Melon : Une petite question en dehors d'Epica... Quel est pour l'instant ton album metal préféré de l'année 2009 ?

Simone Simons : Un que j'ai adoré cette année ? "Watershed" d'Opeth, même s'il est sorti l'an passé je n'ai pu le découvrir et l'écouter que récemment. J'ai également reçu le nouveau Muse hier, et pour l'instant j'aime beaucoup !

Ju de Melon : Quelques mots au sujet de la prochaine tournée d'Epica, quelques nouveaux pays visités en prévision et quelques dates prévues en France ?

Simone Simons : Bien sûr, nous serons en France très bientôt, notamment à Paris le 6 et 7 novembre à l'Elysée Montmartre. Nous serons aussi à Ramonville près de Toulouse le 3 et à Lyon le 4. Malheureusement je ne pense pas que nous visiterons de nouveaux pays avec Epica... notre tournée européenne sera assez longue et on passera également beaucoup de temps en Amérique du Nord où nous irons jouer pour la première fois dans certaines villes.

Ju de Melon : Quel serait le rêve que t'aurais envie de réaliser aujourd'hui ?

Simone Simons : Probablement m'acheter une maison ! (rires)

Ju de Melon : Une grande maison ?

Simone Simons : Non, pas nécessairement grande. Mais avec un studio privé par exemple et un joli petit jardin.

Ju de Melon : Quel serait le plus grand conseil que tu donnerais à quelqu'un qui voudrait démarrer une carrière de chanteur metal ?

Simone Simons : D'abord croire en soi et en ses capacités, prendre des leçons si possibles et tout donner... Enregistrer tout ce qu'on peut, partager ses sons et les mettre sur Myspace, écouter les conseils et les remarques diverses puis continuer à travailler.

Ju de Melon : Merci beaucoup pour cette entrevue, quelques derniers mots pour les fans français d'Epica ?

Simone Simons : Nous adorons la France... et la France nous adore aussi beaucoup ! On a hâte de revenir, d'ailleurs les deux concerts à Paris seront assez différents, on a envie de partager des instants priviliégiés avec les fans.

Ju de Melon : Nous te souhaitons, au nom de toute l'équipe de La Grosse Radio Metal, une très bonne continuation avec beaucoup de bonnes choses pour toi et Epica.

Simone Simons : Merci à toi et à ton équipe, au plaisir de vous voir nombreux à Paris ou ailleurs en France !

Simone

Un peu moins de trente minutes d'entretien pour au final un maximum d'informations. Il ne reste plus désormais qu'à patienter jusqu'au 16 octobre avant de se procurer cet étonnant "Design Your Universe" dont vous pourrez bien évidemment entendre un extrait le jour de sa sortie sur La Grosse Radio Metal !



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements