Avenged Sevenfold (+ Five Finger Death Punch et Avatar) au Zenith de Paris (20.11.2013)


2013 aura été une excellente année musicale pour ma part que ce soit au niveau des sorties CD mais aussi des lives. Et justement, ce mercredi 20 novembre, un des concerts que j’attendais le plus se profile à l’horizon : Avenged Sevenfold. Je suis absolument fan des californiens et cette date est pour moi la 1ère occasion de les voir à l’œuvre. D’autant plus qu’ils sont accompagnés sur la tournée de leurs compatriotes de Five Finger Death Punch ainsi que des suédois de Avatar, de quoi nous offrir 3 bonnes heures de lives avec les conséquences corporelles que cela engendre.

[Pour être honnête avec vous avant que vous ne lisiez ce live-report, sachez que je vais laisser parler le fan qui sommeille en moi et donc laissez de côté, toute forme d’objectivité. Enfin, vous commencez à avoir l’habitude avec moi.]

Les bouchons parisiens sont toujours une torture pour moi jeune manceau et donc c’est après plus de 3h de route que nous arrivons au Zenith. Avant septembre, je n’y avais jamais mis les pieds et là, cela fait le 4ème concert en 3 mois, pas mal comme stats. La file d’attente devant la salle est impressionnante et c’est après 40min que nous rentrons enfin dans l’antre. Un tour par le merchandising plus tard et nous voilà dans le fond de la fosse.
 

Avatar Paris 2013

AVATAR
 

Avant le concert, je n’avais pas eu le temps de jeter une oreille sur la musique des suédois. Le décor est simple avec un backdrop jaune et rouge sur lequel jaillit en ombre le logo du groupe. Selon wikipédia, ils officient dans un registre death mélodique. Pour ma part j’y ai vu une grosse part de groove tant les rythmiques étaient pachydermiques et surtout très entrainantes – vous auriez vu le headbang avec dreads du guitariste – d’autant plus que l’alternance chant crié / chant classique du chanteur nous éloigne de l’étiquette du style en question. Parlons du chanteur justement, une montagne que ce garçon, à vue d’œil je dirai qu’il n’est pas bien loin des 2 mètres, dommage pour lui que le basket ne soit pas un sport national dans son pays. Sur les 7 chansons interprétées ce soir, 5 furent issues du dernier album du groupe Black Waltz. Au final, une bonne surprise pour moi et un groupe sur lequel je vais me pencher dans un avenir proche.

Setlist :
Torn Apart
Let It Burn
Paint Me Red
Ready for the Ride 
Black Waltz
Vultures Fly
Smells Like a Freakshow

 


5FDP Paris 2013

 

FIVE FINGER DEATH PUNCH
 

En ce qui concerne Five Finger Death Punch, j’avais découvert le groupe sur Rock One à l’époque du second album, War Is The Answer, un album qui avait bien tourné à l’époque sur les divers supports avant qu’American Capitalist ne sorte et refroidisse mes ardeurs. Je n’y retrouvais pas les mélodies qui me plaisaient dans FFDP et l’album ne passa jamais le cap des 5 écoutes. Après un rapide coup d’œil sur le double album sortit récemment et surtout sur le duo avec Maria Brink (d'In This Moment), j’y ai retrouvé ce qui me plaisait. Qu’elle ne fut pas ma joie lors de ce concert de voir que War Is The Answer fut le plus honneur avec 3 chansons interprétées dont « Hard To See » reprise en chœur par la bande de fan des américains à mes côtés. La scène du groupe est plutôt classique avec cependant un immense backdrop, du plus bel effet, regroupant le logo du groupe. Chacun des membres est dans une forme olympique, le bassiste et sa magnifique barbe harangue la foule, assure les chœurs et commence à chanter trop tôt sa partie sur le refrain de « Burn MF » qui n’aura fait rire que moi je crois. Le guitariste solo joue à fond sur la démonstration et c’est parfois un peu trop tant ses solos ne sont pas non plus d’un niveau extraordinaire. Néanmoins, chacun des 6 participent à la bonne ambiance générale et prouve que ce groupe à son public en France et que la date prochaine au Bataclan en 2014 risque d’attirer une bonne dose de metalhead.
 

5FDP Paris 2013


Le public répondit bien présent dès que le frontman, Ivan Moody, demande de répéter après lui notamment sur « Burn MF » ou encore sur la reprise de « Bad Company ». Le final sur « The Bleeding », premier single du groupe, cloturera de la meilleure des manières les 45min passées en compagnie des Five Finger Death Punch.

Au final, un très bon concert des américains qui auront bien chauffé la salle avant les héros de la soirée.

Setlist :
Under and Over It
Burn It Down
Hard to See
Lift Me Up
Bad Company  (Bad Company cover)
Burn MF
Coming Down
Never Enough
Far from Home  (1st verse and chorus A Cappella)
The Bleeding

 

a7x Paris 2013

AVENGED SEVENFOLD
 

Avant de parler du concert en lui-même, je tiendrai à ne pas remercier le Zenith pour interdire au groupe de nous offrir sa pyrotechnie. Peut-être une mesure préventive face à ce qu’il s’est passé récemment pour une comédie musicale mais être la seule date de la tournée à ne pas avoir de la pyrotechnie me restera en travers de la gorge tellement celle-ci apporte au show grandiose proposé par les américains.

Anyway, 21h50, il est l’heure pour nos 5 ricains de fouler la scène du Zenith devant une salle aboslument comble jusqu’au bout des gradins, vraiment impressionnant. Ils font maintenant partie de ces quelques groupes capables de remplir une salle de cette taille dans notre pays, take that haters. Le public fut extrêmement hétéroclite lors de cette soirée contrairement à ce que peut penser une partie de notre communauté. Non, Avenged Sevenfold n’est pas un groupe pour adolescente mais un groupe dont le public oscille entre 16 et 50 ans. J’avais à côté de moi, une famille composée du père, de la mère et du fils qui me firent tellement plaisir étant à fond tous les trois.
 


Comme beaucoup de groupe, A7X joue la même setlist tous les soirs donc peu de surprises pour le fan qui traîne sur setlist.fm, les 5 membres commencent le set avec le nouveau single issu de Hail To The King, « Sheperd Of Fire » qui sans la pyro perd un peu de son charme. On peut néanmoins se rendre compte que le son est bon malgré un sous-mixage au niveau des guitares qui font que les solos de Synyster Gates, hormis lors de son moment seul, n’auront pas assez de résonnance. Pour le reste, on en prend pleins les mirettes. L’immense deathbat disposé en tant que backdrop ajoute au côté grandiloquent du concert. « Critical Acclaim » et « Welcome To The Family » sont maintenant des incontournables en live, des chansons que le public attend avec impatience et ce sera encore le cas ce soir. Les frissons quand 6000 personnes chantent face au micro tendu par M. Shadows sont indescriptibles et tout cela me forge dans l’opinion que le public Metal est un des meilleurs public existant (et j’ai vu des concerts de pas mal de genre différents pour étayer mon opinion). 3 chansons viennent de passer et j’ai déjà perdu ma voix tandis que mes cervicales sont en train de subir le même sort. « Hail To The King » me conforte dans l’idée que les chansons de cet album ont été écrites dans le but d’être des tubes et des chansons à écouter en live tellement elles ont cette capacité à harmoniser une foule, ce simple « Hail ! Hail ! Hail ! » mobilise une foule et nous permet d’admirer que le choix d’Arin Ilejay comme nouveau batteur à temps plein n’est pas usurpé. Comme il a été dit par les 4 gars lors de différentes interviews, ils ont demandés à Arin de jouer son jeu  et ne pas copier Jimmy Sullivan. J’ai lu beaucoup de critique sur son jeu dans Hail To The King alors que cet album n’avait pas besoin d’un jeu aussi technique que celui de précédents, il influe une puissance de dingue dans le nouveau virage pris par Avenged Sevenfold et je lui en remercie pour ça. En plus de tout donner sur scène. Welcome To The Family.
 


Lors du dernier passage de groupe, ce fut « So Far Away » qui fut joué. 3 ans plus tard, c’est au tour de « Fiction » de rendre hommage à Jimmy « The Rev » Sullivan. La fragilité s’est emparée de moi et j’ai versé ma larme. Dommage que le son de basse beaucoup trop fort de Johnny Christ est un peu gâché la chose parce que l’émotion était dingue. Le trio suivant finit le travail au niveau de mes cervicales. « Nightmare » puis « This Means War » et enfin « Afterlife » finissent de rendre fou le public. Je vous assure que j’ai rarement vu ça dans ma vie de concert. La seule fois où j’ai vu un public aussi à fond, c’était pour Macklemore (oui, je sais, mes goûts de chiottes). Ils ont le sourire sur scène contrairement à la dernière tournée, Synyster Gates nous sort ses solos comme si de rien n’était et Zacky Vengeance est toujours aussi impeccable dans son rôle de guitariste rythmique. Petite pause pour nos musiciens, sauf Synyster Gates qui reste le temps pour nous faire apprécier ses talents de soliste avant d’être rejoint par Arin pour un petit jam. Je ne suis pas fan trop fan de ce genre d’interlude dans un concert sauf pour le jam session des musiciens de Tarja (cf ma review) et mon opinion ne changera que peu. C’est sympa mais ça ne remplace pas une chanson surtout au vu du fait que le groupe n’a pas joué des morceaux comme « Beast and the Harlot » ou encore « Second Heartbeat ». « Requiem » et son intro au chant latin – qui me fera toujours penser à du Epica – puis le symbole qu’est « Bat Country » nous emmène jusqu’au rappel. Ce rappel sera un total Waking The Fallen puisque « Chapter Four » et « Unholy Confessions » en sont extirpées.
 


C’est agréable de voir un groupe qui ne renie pas ses premiers albums et qui surtout, nous joue une setlist avec une variété entre chacun des albums. En tant que fan inconditionnel, je suis bien sûr déçu de ne pas y retrouver mes chansons préférées même je commence à avoir l’habitude avec mes tous mes groupes favoris (mais pourquoi j’aime autant les B-Sides aussi ...), néanmoins, ils auraient pu faire un autre choix que celui de « Doing Time » pour une autre chanson issue de Hail To The King. Un petit « Heretic » ou « Coming Home » aurait été extraordinaire.

Par ailleurs, le groupe a annoncé sa venue à un festival français qui semble donc être le Hellfest et on pourra noter la présence de X-Y, groupe de cover des américains que M. Shadows a remercié parce qu’il a acheté les EP du groupe, sympa pour nos français !

Ce concert a été exceptionnel. Le meilleur concert Metal de l’année et dans mon Top 5 de tous les temps. Avenged Sevenfold est la relève des plus grands et ils ont pu le prouver ce soir devant un Zenith comble. HAIL TO A7X.

Setlist :
Shepherd of Fire
Critical Acclaim
Welcome to the Family
Hail to the King
Doing Time
Buried Alive
Fiction
Nightmare
This Means War
Afterlife
Guitar Solo / Band Jam Session
Requiem
Bat Country

Encore:
Chapter Four
Unholy Confessions

 

Paris A7x 2013

 

Merci à Gérard Drout Productions, Roadrunner/Warner, au Zénith de Paris et à LGR pour ce concert.

Merci aussi à Marjorie Coulin (marjoriecoulin.com) pour les magnifiques photos qui illustrent ce live-report.
 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements