Suicidal Angels – Divide and Conquer

La conquête reportée à… plus tard
 

Le groupe de thrash metal grec Suicidal Angels continue son chemin en sortant en 2014 son cinquième album studio, Divide And Conquer. Si la rage du groupe semble sincère et que les riffs sont agréables, on peut regretter un ensemble relativement linéaire et des influences trop marquées, Slayer et Sepultura en tête. L’ambiance et la volonté sont là, le reste suit péniblement.

Il est de bon ton en France de faire des blagues sur les fonctionnaires. La condition de leurs homologues grecs est, certes, moins amusante, mais comment pourrait-on qualifier les membres de Suicidal Angels ? Depuis leur formation, en 2001, les thrashers en sont maintenant à leur cinquième album, intitulé Divide And Conquer. Si la division peut avoir lieu dans les avis sur l'album, la conquête de la scène thrash n’est certainement pas à l’ordre du jour.

Pourtant, ce groupe n’est pas dépourvu de qualités. Avec des riffs accrocheurs, rythmiques bien huilées et ambiance sombre à souhait, Suicidal Angels part sur une base prometteuse. Malheureusement, au fur et à mesure que les chansons s’enchainent, un sentiment de linéarité s’installe inexorablement. Le groupe a-t-il été trop ambitieux en cherchant à atteindre les 50 minutes pour un album ?

Oui et non. Le groupe allonge certes les durées de ses titres, pour le meilleur ("Control the Twisted Mind"), comme pour le pire ("Seed of Evil"). Si l’intention d’ajouter une dimension épique est louable, on remarque que le groupe n’a pas les moyens de ses ambitions et sert des chansons aux structures vite répétitives et sans surprises, les accélérations et les changements de tempo se faisant trop régulièrement, avec un manque certain de folie.

Un autre défaut du groupe est son incapacité de se détacher de ses idoles. Aimer Slayer et Sepultura n’est pas dommageable, sauf lorsque les emprunts sont trop voyants. Si le clin d’œil à "Raining Blood" est évident sur le single "In The Grave", pourquoi faire une accélération trop proche de "Postmortem" (Slayer) sur le titre "Terror Is my Scream" ? Pourquoi faire penser que "Kneel to the Gun" est issu des sessions d’enregistrements d’Arise (Sepultura) ? L’idée n’est pas bonne, surtout quand le chant de Nick Melissourgos ressemble fortement à celui de Max Cavalera et que les solos de Chris Tsitsis ressemblent à s’y méprendre à ceux de Kerry King.

Suicidal Angels

Malgré ces ressemblances, il n’est pas bon de jeter la pierre aux musiciens. Le groupe est carré, joue rapidement et tape fort et son goût pour les rythmiques puissantes est fort appréciable pour tout thrasher qui se respecte. Les riffs sont carrés et l’interprétation de chacun n’est pas à critiquer, d’autant que le son est du côté des musiciens. On regrettera un léger manque de puissance vocale de la part de Nick Melissourgos.

Les intentions de Suicidal Angels sont donc tout à fait louables et le groupe offre ici un disque de thrash bien exécuté, avec de bons moments. Mais, trop proche de ses parents musicaux et trop linéaire dans son ensemble, le groupe a bien du mal à briller au sein de scène revival thrash de plus en plus fournie. Divide And Conquer pourra néanmoins plaire aux thrashers tolérants qui souhaitent écouter un disque violent, sans chercher d’originalité.
 

NOTE DE L'AUTEUR : 6 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements