Caliban – Ghost Empire

Depuis I Am Nemesis, Caliban essaye visiblement de surfer tant bien que mal sur la vague de la mode d'un metal de plus en plus bas-de-plafond. S'essayant depuis toujours à un metalcore singulier et assez personnel (parfois avec brio, notamment avec Say Hello To Tragedy), le groupe a depuis peu ajusté sa ligne de mire. Avec I Am Nemesis, Caliban semblait viser un metalcore rappellant fortement la triste période émocore, où les groupes souvent inintéressants à l'extrême se trouvaient à la pelle. Aujourd'hui, le groupe allemand revient avec un nouvel album, Ghost Empire (prévu pour le 27 janvier 2014) et enfonce le clou bien profond à coups de masse, histoire de nous démolir les oreilles...

Avant que l'on me dise que je n'aime pas le metalcore et Caliban en particulier, je tiens à préciser que je suis le groupe de près depuis 2004 et je le considère comme l'un des meilleurs combo de metalcore. Ceci étant dit, je ne peux m'empêcher d'être déçu lorsqu'un groupe, quelque soit son style, propose une musique moins inspirée qu'à son habitude, comme je l'ai été lors de la sortie de I Am Nemesis, le dernier album en date du groupe qui nous intéresse ici.

Ceci étant dit, penchons-nous plus en détails sur ce Ghost Empire et comparons avec son prédécesseur sorti presque pile deux ans auparavant. Qu'est-ce qui a changé et/ou évolué chez les allemands ? Principalement deux choses : le chant dans son ensemble, et les influences musicales du groupe. Effectivement, concernant le premier point, il est à signaler que le crieur fou Andy Dörner s'attaque pour la première fois au chant clair. Difficile de détecter les moments précis où Andy chante effectivement en clair durant les 48 minutes de l'album. Ceci dit, côté scream, pas d'inquiétude : le leader est toujours en pleine forme. Bien-sûr, qui dit Caliban dit Denis Schmit (guitariste et backing vocals). Qu'il s'agisse des refrains clairs du guitariste ou des choeurs instaurés depuis I Am Nemesis, ils sont omniprésents et ne manquent à l'appel d'aucun titre de la galette.

Si les parties vocales de Caliban semblent avoir évoluées, il en est de même pour les influences musicales. On découvre dès les premiers titres des influences Djent plutôt marquées. Ainsi, on croit entendre le Djent Progressif d'un Textures récent dès l'intro de "Chaos - Creation", voire l'Electro très influencé Djent dans l'esprit d'un The Algorithm dans l'interlude de "nebeL". L'énergique couplet de "Wolves and Rats" n'y échappe pas non plus. Des influences très modernes donc, qui jouent plutôt en faveur du combo, mais qui effacent un peu plus l'identité singulière de Caliban.

Caliban 2014

Parlons-en d'identité ! J'ai déjà été très dur sur ce point lors de la chronique de I Am Nemesis ici-même, sur La Grosse Radio Metal, trop dur peut-être. Je les ai démoli il y a deux ans, et pourtant je me rend compte qu'il était bien meilleur encore que ce que le groupe nous pond en 2014... Ce qui est sûr aujourd'hui, c'est que Caliban a réellement changé d'orientation et peut-être même de public en deux albums. C'est donc avec l'esprit ouvert qu'il faudra aborder Ghost Empire, car derrière une très mauvaise première impression se cache en réalité une certaine recherche de diversité, à l'image des couplets de "I Am Ghost" et "yOUR Song" plutôt surprenants, de l'introduction de "Cries and Whispers", ou des trois titres influencés Djent sus-citée. En fait, le groupe a encore plus creusé le fossé entre couplets violents (où les cordes sonnent plus à vide que jamais dans toute la discographie du groupe) et refrains mielleux, niais, ces refrains qui, sur I Am Nemesis, gâchaient déjà la musique de Caliban. Avec Ghost Empire, les refrains sont encore plus catastrophiques que sur l'album précédent.

C'est donc plus ou moins dans la même impasse qu'il y a deux ans que je me retrouve aujourd'hui. Tous ces titres pourraient vraiment être des bombes sans leurs refrains nauséabonds, comme "King", titre ultra-efficace où l'on croit entendre un Chester Bennington (Linkin Park) des années 2000 ; comme "I Am Ghost", intéressante et bien énervée, jusqu'aux choeurs en chant clair, ou l'apothéose du mauvais goût ; ou comme "yOUR Song" qui semble faire écho à "We Are The Many" (I Am Nemesis, où le clip était composé de fans se filmant eux-mêmes) et qui donne plus envie de pleurer que de sauter de joie... Sinon, le refrain de "nebeL" (en allemand tout le long, s'il-vous-plaît) est, au choix, entêtant, irritant ou Tokio Hoteleux. Mais le pire du pire, c'est encore "I Am Rebellion" où Mark Maggiori (oui oui... Le chanteur du défunt groupe Pleymo) semble avoir été invité pour chanter le refrain comme sur son dernier et pire album "Alphabet Prison". Bref, les exemples ne manquent malheureusement pas.

Caliban, les Cradle Of Filth du Metalcore.

Heureusement, ça passe un peu mieux à force d'écoutes pour certaines, comme "Chaos - Creation", "Wolves and Rats", "Cries and Whispers" (où l'on retrouve un peu de Caliban plus ancien)... Et ça s'arrête là. Evidemment, les choeurs donnent toujours cette même impression désagréable de petit groupe Emocore/Deathcore à mèches et sont rarement de bon goût tout au long de l'album. Enfin, les paroles semblent toujours aussi niaises, avec des "I'll never let you down", des "I don't care (what people think)", des "I don't give a fuck about anything", des "Foooooo-reeeee-veeeeer !" et des "This is your song, this is our song, so sing along".

Bref, malgré d'innombrables écoutes qui nous permettent finalement de s'attacher à certaines chansons, Ghost Empire se révèle objectivement plus que moyen, et encore moins bon que son prédécesseur. La musique de Caliban est, au fil du temps, de plus en plus gâchée et impersonnelle. Ghost Empire s'avère peut-être légèrement plus diversifié que I Am Nemesis, mais il manque cruellement de couilles. Le groupe se relègue une fois de plus au niveau de petits groupes usant et abusant des codes du style metalcore moderne : encore plus de cordes à vides, de choeurs clichés et de chant clair niais. De toute évidence, dire que Ghost Empire est digne de Caliban relève de la mauvaise foi, et c'est vraiment dommage pour eux...

Unna

3/10

Tracklist :
01. King
02. Chaos - Creation
03. Wolves And Rats
04. nebeL
05. I Am Ghost
06. Devil's Night
07. yOUR Song
08. Cries And Whispers
09. Good Man
10. I Am Rebellion
11. Who We Are
12. My Vertigo

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 3 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements