Paradise Lost / Samael / Adagio (19.12.2009)

En ce samedi 19 décembre 2009 frileux mais heureux car début de vacances en ce qui me concerne, notre cher patron de La Grosse Radio Metal Arnonours et moi-même nous sommes offerts un petit plaisir avec le dernier concert de metal de l’année 2009 à L’Elysée Montmartre de Paris.

A l’affiche, 3 groupes d’univers différents mais chacun excellents dans leur style : les proggeux français d’Adagio, les black/electro metalleux suisses de Samael et les gothico/doom metalleux britanniques de Paradise Lost.

Après un trajet aller sur fond de Heavenly (si si, je vous jure lol), nous arrivons à L’Elysée Montmartre pile à l’heure pour l’ouverture des portes, où nous y croisons l’ami Cyric d’Heavylaw, un membre des Acteurs de l’ombre et le guitariste de The Last Embrace. Du beau monde pour un concert affichant complet.

18h25, à peine installés que Adagio commence son show. Une prestation de très belle facture avec des musiciens parfaitement au point techniquement et un Christian Palin très à l’aise au chant. Stéphan Forté nous offrant, comme d’habitude, quelques soli de haut rang. Seul bémol : un set bien trop court (moins de 30mn), comportant tout de même d’excellents titres comme le très efficace et direct « Vamphyri » du dernier opus « Archangels in Black » ou le culte « Second Sight » de l’album « Sanctus Ignis ».

Adagio - Stéphan Forté

A peine le temps de souffler et de discuter avec quelques fans que nos amis suisses de Samael prennent le relai. Pour ce qui sera, en ce qui me concerne, LA claque de la soirée. Une énergie débordante, grande communication avec le public, et un professionnalisme parfaitement huilé pour un live de haute volée. Vorph étant parfait dans son rôle de chanteur guitariste, le trio XytrasMasMakro assurant allègrement le spectacle à ses côtés, il n’y a que peu à redire sur cette performance. A part que ce fut évidemment trop court ! La setlist, quant à elle, aurait forcément pu être meilleure mais s’avère au final plutôt équilibrée… Le combo suisse nous faisant voyager dans sa discographie de « Worship Him » (avec « Into the Pentagram ») au dernier album « Above » (« Black Hole ») en passant par « Eternal » (« Infra Galaxia »), « Passage » (« The Ones Who Came Before »), « Reign of Light » (et son titre éponyme) ou le récent mais néanmoins excellent « Solar Soul » (« Slavocracy »)…

Samael

Une longue attente s’en suit et, vers 20h30, le combo britannique Paradise Lost entre en piste. La majeure partie des fans présents étant venus pour eux, la foule s’anime et s’amasse vers le devant de la scène. Première constatation : l’absence du guitariste Greg Mackintosh, retenu chez lui pour raisons familiales et remplacé par un jeune inconnu nommé Milly Evans qui saura parfaitement tenir son rôle. Environ 1h20 de musique où quasiment toute la discographie est passée en revue (voir ci-dessous)… presque car on peut déplorer l’absence de morceau extrait du mythique « Icon » (au grand désarroi de Nours), ceci étant sûrement dû à l’absence de Greg ou à la grande fatigue au chant de Nick Holmes. Car si le concert s’avère convaincant et plutôt bien exécuté musicalement, force est de constater que Nick a plutôt peiné à retranscrire ses parties chants, notamment sur les morceaux du nouvel album « Faith Divides Us – Death Unites Us ». Peut-être était-il également un peu énervé après qu’un videur ait malencontreusement donné un coup dans le dos de son épouse (d’où la dédicace ironique sur « As the Sun »)… A noter également la chanson « No Celebration » dédicacée à Aaron Aedy, qui fêtait ses 40 ans ce soir-là !

Setlist Paradise Lost :

•The Rise of Denial
•Pity the Sadness
•Erased
•I Remain
•As I Die
•The Enemy
•First Light
•Enchantment
•Frailty
•One Second
•No Celebration
•Eternal
•Requiem

Rappel:
•Faith Divides Us – Death Unites Us
•The Last Time
•Say Just Words

Paradise Lost

Et c’est ainsi que le show prend fin, en compagnie de Cyric et d’Elodie de French Metal avant de retrouver à l’extérieur le trio Nastia/Nathan/Nours pour quelques délires au grand frais. Le retour sera quant à lui marqué par une écoute plutôt folklorique du nouveau best of d’Helloween, mais ceci est déjà une autre histoire…

C’est donc fini pour 2009, mais nul doute que 2010 sera placé sous le signe de nombreux concerts couverts par La Grosse Radio Metal ! En attendant, bonnes fêtes à toutes et à tous !



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements