Daniel Zimmermann (feat. Kai Hansen), batteur de Gamma Ray

18h30, mercredi 10 février 2010. Quelques minutes avant le début du concert de Gamma Ray / Freedom Call / Secret Sphere, me voici en vadrouille dans le backstage du Trabendo pour aller interviewer Daniel Zimmermann, batteur de Gamma Ray (et aussi de Freedom Call, du moins jusqu’à peu puisqu’il vient d’annoncer son départ du groupe pour conflit d’emplois du temps). Histoire de parler du nouvel album « To the Metal »… et ceci parfois avec la participation aussi agréable qu’inattendue d’un Kai Hansen (leader historique du groupe et ex-Helloween) pourtant occupé à d’autres tâches !

Dan Zimmermann

Ju de Melon : Bienvenue en France tout d’abord ! Comment ça fait de revenir ici à Paris ?

Dan Zimmermann : C’est toujours très sympa de passer par Paris, on a de très bons souvenirs des shows qu’on a donnés ici dans le passé. Il y a une très bonne ambiance, un bon feeling avec le public parisien, notamment à L’Elysée Montmartre qui est une super salle située dans un quartier très sympa avec ses petits bars et restaurants. Par contre le temps est vraiment pourri (rires), il fait super froid et il neige bref on a pas trop pu sortir et se balader… Mais bon, on est là pour le spectacle, bien décidés à donner le meilleur sur scène !

Ju de Melon : Et si tu voyais là, beaucoup de gens attendent à l’extérieur, il y aura du monde ce soir !

Dan Zimmermann : Parfait tout ça !

Ju de Melon : Et comment se passe la tournée jusque là ? Vous venez juste de la débuter il me semble…

Dan Zimmermann : En effet, aujourd’hui c’est la 4ème date. Jusque là tout se passe très bien, on a eu de très bons débuts à Hambourg, toutes les salles étaient bondées, proche du sold out. Ca va, je pense que nous avons fait de bons shows jusque là, même si on a encore quelques réglages à faire ici et là pour se réhabituer à cette routine. Globalement, tout se déroule correctement pour l’instant, nous sommes dans un très bon état d’esprit !

Ju de Melon : Kai Hansen a un peu tout dit sur le sujet lors de son entrevue vidéo mais, selon toi, comment qualifierais-tu la musique du nouvel album « To the Metal » ? Old school ? Avec de nouveaux éléments ?

Dan Zimmermann : Nous avons pas mal d’aspects modernes sur ce CD, si tu prends par exemple la chanson « Empathy » qui possède des arrangements plus directs et incisifs, moins « changeante » et plus « compacte » disons. Ajoutés à ces éléments un peu plus actuels, il y a toujours évidemment ce côté classique émanant du speed heavy power metal. Il y a également une ballade (« No Need to Cry »), bref je pense qu’il s’agit d’un album varié avec pas mal de chansons différentes, aux tempos « up and down »… Et avec beaucoup d’émotion, c’est ça le plus important !

Ju de Melon : Et pour toi, quelle serait ta chanson préférée sur ce nouvel opus ?

Dan Zimmermann : Hmm selon moi… Je pense que c’est « Empathy », autant à écouter qu’à jouer d’ailleurs. Pour moi elle a tout : ce côté mélancolique mélangé à un aspect plutôt progressif, une chanson très heavy qui a un excellent feeling notamment pour le live. Elle a tout ce dont un bon morceau heavy metal a besoin !

Ju de Melon : Parlons de la chanson titre, « To the Metal », qui a soulevé certaines polémiques. Quelques personnes prétendent qu’elle est trop inspirée de Manowar et surtout Judas Priest… Qu’as-tu à répondre à ça ?

Dan Zimmermann : Oh moi ce que j’en dis… Tout le monde peut dire ce qu’il veut, pour moi la seule comparaison possible serait avec la chanson « Metal Gods » de Judas Priest avec un tempo assez similaire, ainsi que le groove de la batterie qui peut s’y apparenter. Pour le reste, je l’interprète plutôt différemment, elle est plus heavy que « l’originale » – si je peux m’exprimer ainsi. Bien sûr, comme « Metal Gods », « To the Metal » est un hymne heavy metal plutôt direct, mais franchement pour moi ce sont deux chansons différentes.

Kai Hansen (qui s’invite au débat) : En fait, ce qu’on peut clairement dire c’est que « To the Metal » a la même tonalité. Elles ont presque le même début… Enfin pas tout à fait, le riff de « To the Metal » part sur un si alors que « Metal Gods » démarre sur un mi il me semble… Bref peu importe, le reste est différent, après les gens entendent ce qu’ils veulent entendre mais franchement… est-ce le plus important ? Cette chanson est vraiment née naturellement en répétition, le riff est venu tout seul auquel est venue se rajouter la batterie. Et très vite on s’est dit qu’on avait trouvé là une bonne chanson !

Dan Zimmermann : Oui voilà, Kai a joué ce riff et j’ai naturellement embarqué avec ma batterie, tout en se posant les bonnes questions. Et en quelques minutes, « To the Metal » est ainsi née tout naturellement, en salle de répétition !

Kai Hansen : C’est tout de même une chanson très différente de « Metal Gods » à part cette similarité dans le riff et son feeling, ça je ne peux pas le nier. D’ailleurs nous le savions, on s’en est vite rendu compte ! Mais peu importe, la chanson est née ainsi et nous a de suite plu…

Kai Hansen

Ju de Melon : Puis de toute façon, plus on avance dans le temps, et plus il y a de similarités un peu partout dans le metal…

Kai Hansen : Bien sûr !

Dan Zimmermann : Oui, de toute façon on sera toujours comparé à un autre groupe. Quand Gamma Ray n’est pas comparé à Iron Maiden ou à Judas Priest, nous sommes comparés à nos propres premiers albums ou à Helloween… Donc nous avons l’habitude, c’est pas nouveau !

Kai Hansen : Que ce soit les fans ou les journalistes d’ailleurs…

Dan Zimmermann : En même temps, moi-même lorsque j’écoute un groupe, ça m’arrive de le comparer à d’autres… C’est naturel, rien de bien dramatique à ça !

Ju de Melon : Dan, ça fait un moment que tu es batteur de Gamma Ray, quels sont tes meilleurs souvenirs avec le groupe jusque là ?

Dan Zimmermann : Ouh… Pas facile, y en a vraiment beaucoup ! Je pense tout de même que mon meilleur souvenir reste la première tournée que j’ai faite avec le groupe, après le premier album auquel j’ai participé « Somewhere Out in Space ». J’ai découvert quelque chose de nouveau, je suis allé au Japon pour la première fois, toute l’équipe de production autour de nous se démenait au quotidien… C’était vraiment unique et spécial comme aventure. Après bien sûr, chaque live est un bon moment, j’adore la relation qu’on a avec le public… Je prends l’exemple du Brésil où nous avons de très grands fans… Mais bon, tout citer me prendrait un temps fou, y a tellement de bons souvenirs !

Dan Zimmermann

Ju de Melon : Quelle est ton opinion sur la scène power metal actuelle ? Pas mal de gens prétendent que le style se répète et a du mal à se renouveler…

Dan Zimmermann : Evidemment qu’il devient de plus en plus difficile d’innover avec le temps dans un style qui existe depuis près de 30 ans. Mais bon je pense que ça touche également d’autres styles… Pour moi tout ce qui est « moderne » ou « extrême » a aussi du mal à proposer de nouvelles choses parfois, ce n’est pas parce que c’est plus rapide ou plus sombre que c’est forcément novateur. Pour moi la scène power metal est toujours en vie, elle se porte bien, et ce même si ce n’est plus trop la « mode » en ce moment. Si tu regardes les magazines Rock Hard par exemple, sur 40 albums présentés ou chroniqués chaque mois on retrouve en moyenne à peine 5 albums « mélodiques »…

Kai Hansen : Et si tu regardes les sondages effectués ici ou là, il n’y a finalement qu’un pourcentage minime de gens qui préfèrent ce qui est extrême. Les gens sont toujours friands du metal mélodique ! Tout ça dépend juste de ce que les journalistes et media veulent mettre en avant, ils font la mode en décidant qui promouvoir en priorité etc. La mode est plus à l’extrême, et on targue des groupes comme Gamma Ray de « non inventifs »… Mais franchement je ne vois pas plus d’invention dans tout ce qui est death ou gothic metal. Je ne comprends vraiment pas !

Dan Zimmermann : En plus, si tu vas à un concert de Gamma Ray, Helloween ou Edguy, tu vois bien que ça déplace toujours les foules et même encore plus qu’avant parfois. Il reste énormément de fans de power metal qui se bougent en masse pour les concerts, qui achètent les albums et soutiennent leurs groupes préférés. Et c’est rassurant de voir que la plupart des fans ne sont pas influencés par les magazines. Ils gardent leur propre opinion et restent fidèles à ce qu’ils aiment !

Ju de Melon : De toute façon, c’est un peu le problème dans tout ce qui est media où on ne nous dit que ce que certaines personnes veulent qu’on entende…

Kai Hansen : En effet…

Dan Zimmermann : Exactement !

Ju de Melon : Question plus légère, quelle a été ta meilleure découverte musicale récemment ? Question toujours difficile pour les artistes, certains me disent souvent qu’ils ont peu de temps pour écouter les nouveautés etc…

Dan Zimmermann : Oh c’est pas mon cas, j’ai du temps pour écouter les nouvelles sorties (rires).

Kai Hansen : Moi je dirais Tenacious D, j’aime beaucoup en ce moment !

Dan Zimmermann : Tiens, moi je vais te répondre Mustasch, le groupe suédois. Je les ai vus en concert chez moi à Hambourg, ils jouaient avec Die Apokalyptischen Reiter, un bon groupe avec des paroles en allemand…

Ju de Melon : Oui, très sympa, j’aime beaucoup !

Kai Hansen : Un très bon groupe ! En fait moi j’étais au même concert mais malheureusement j’ai raté la première partie de Mustasch

Dan Zimmermann : C’est vraiment un groupe qui joue « vrai », comme ils sont, sans tricher. J’adore leur présence scènique, ils ont un excellent batteur qui a un jeu tout en touché, en groove et avec un super feeling. En fait ils en ont un nouveau je crois maintenant… Mais l’ancien, Mats Hansson son nom je crois, était vraiment très bon. Bref, ils ont fait un super spectacle avec de très bonnes chansons, j’ai ensuite acheté des albums et vraiment j’aime beaucoup. Parfois ils me rappellent un peu Black Sabbath, mais en plus moderne et plus groovy, avec un excellent son ! Ils en sont à leur 5ème album je crois, mais je n’avais jamais entendu parler d’eux avant et j’ai été impressionné par leur prestation. Ils m’ont beaucoup touché, c’est vraiment cool !

Ju de Melon : Une question que je dédicace à nos partenaires et amis du webzine Heavylaw… Imagine qu’un génie apparaisse et t’accorde deux voeux, que souhaites-tu ?

Dan Zimmermann : Avant tout rester en bonne santé quoiqu’il arrive, c’est le plus important. Le deuxième… Pouvoir jouer le plus longtemps possible avec mon groupe jusqu’à épuisement (rires), mais avant tout la santé !

Kai Hansen : C’est en effet le meilleur qu’on puisse souhaiter, la santé. Et bien sûr, beaucoup d’argent (rires) !

Ju de Melon : Merci beaucoup pour cette interview et pour l’acceuil !

Dan Zimmermann : Merci à toi !

Dan Zimmermann & Ju de Melon

Ju de Melon : Au fait Kai, toujours en contact avec les gars d’Helloween (anciens ou actuels ?

Kai Hansen : Oui, pour la plupart, beaucoup d’entre eux vivent pas trop loin de chez moi. Par exemple Michael Kiske est venu chanter sur notre album et je vois souvent Markus Grosskopf, on reste en très bons termes…

Ju de Melon : Toujours pas d’idées de « projets » avec les anciens de la formation originelle ?

Kai Hansen : Non, pas pour l’instant, mais si quelque chose se fait ne t’en fais pas : tout le monde sera très vite au courant (rires) !

Ju de Melon : Encore merci, et bon show pour ce soir !

Kai Hansen : On espère qu’il plaira aux fans, à bientôt !

Ju de Melon & Kai Hansen

Beaucoup de gentillesse et d’acceuil de la part des deux membres de Gamma Ray, le tout dans leur loge personnelle. A noter donc les apparitions inattendues d’un Kai Hansen très abordable qui s’est pris de lui-même au jeu de l’interview malgré ses occupations annexes. Un très bon moment qui laissait donc augurer un excellent concert… Mais ceci est une autre histoire, live report à suivre bientôt !



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements