Architects – Lost Forever // Lost Together

Architects façonne son univers depuis maintenant huit ans. Revenons trois albums en arrière : Hollow Crown (2009).

Cet album qui a fait l’effet d’un Jane Doe de Converge, un genre d’explosion volcanique qui ne se déclenche que très rarement mais détruit absolument tout sur son passage.

Le genre d’album où tu te demandes comment ses créateurs vont-ils procéder pour faire encore mieux ? Où du moins pour rester à la hauteur de ce qu’ils viennent de produire.

Les jeunes de Brighton ont tellement donnés dans cet opus que deux ans après, sortie de The Here And Now, ils ne s’en étaient toujours pas remis, on les a retrouvé fade, sans forces, sans énergie, sans cou**les.

Les fans des premières heures leur ont tourné le dos, les anglais ont reçu énormément de mauvaises critiques, bien fondées il faut le reconnaitre, on aurait pu croire à la fin du combo.

Ils reviennent pourtant en 2012 avec Daybreaker, et il semblerait qu’ils aient agi intelligemment, en prenant compte des critiques et se sont dits eux-mêmes être « back with balls ».

Effectivement, même si cet album n’est pas un franc retour aux sources, Architects développe et nous offre un condensé de compositions complexes, de structure rythmique meurtrière, avec toujours quand même quelques pauses mélodiques et ballades comme « Behind the Throne » en drôlement plus attractives et transcendantes que l’insipide « An open Letter to Myself ».

Autrement dit, sans bien savoir à quoi s’attendre, Lost Forever // Lost Together était attendu au tournant.

Architects

Les vidéo-clips de « Naysayer » et « Broken Cross » étant déjà disponible sur la toile depuis un moment, nous avions pu découvrir une facette du nouvel opus.

Dans l’un, on retrouve l’approche crue et frontale du groupe, dans l’autre c’est tout une dimension céleste qui s’ouvre avec ces passages plus mélodiques, une voix lointaine fondue dans des amas de riffs et breakdowns ambitieux.

Accompagné de surcroit d’un visuel soigné et travaillé, ils ne se sont pas contentés de filmer leurs jolies petites têtes à la caméra : Lost Forever// Lost Together se veut autant inspiré par de lourdes expériences personnelles que par la perte de contrôle de l’être humain face à ses créations.

Intensité et puissance, les mots d’ordres qu’appliquent parfaitement les 11 titres de l’album.
Dan Searl et Alex Edwin Dean pour une section rythmique au top : « Gravedigger », « C.A.N.C.E.R » et leurs intros taillées pour la scène où « The Devil is Near » et ses chœurs inspirés d’une musique punk-hardcore, Architects dépasse de loin les frontières d’un métalcore pour ados et nous est revenu avec cette agressivité qui rend accroc.

Une violence sans concession, c’est ce que nous offrent ces guitares au travers des structures math efficaces, entre breakdowns et riffs teigneux, elles y trouvent même la place pour nous délivrer des pauses plus aériennes comme sur l’interlude « Red Hypergiant » qui permet à l’auditeur de respirer deux minutes treize.

Sam Carter a toujours été plus ou moins controversé sur son chant, si il offre un scream puissant et très personnel, sa voix claire en aura agacé plus d’un, du à des lignes de chants assez typées émo. Ici c’est une voix qui est revenue comme tout le reste de l’instru, d’une précision et d’une émotion remarquable.

Sur Lost Forever // Lost Together, il met son chant au service de l’animosité et ses passages en clairs resteront toujours à la limite de la saturation, et sonne parfois comme des espèces de prières hurlées, sans réel autre récepteur que nous auditeurs « Broken Cross » ou « The Distant blue » en sont des bons exemples, ce dernier titre laisse derrière lui une fin électronique assez simpliste, bien que dans l’air du temps, j’ai trouvé ce dernier souffle plutôt mal placé pour le coup.

Mis à part ces dernières notes discutables, il faut bien avouer qu’Architects est de retour avec tout son groove et sa fougue qui a fait des anglais, un groupe incontournable dans l’univers du métalcore, et probablement l’un des meilleurs du moment.
 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements