Gus G. (Ozzy Osbourne, Firewind) présente son premier album solo

Gus G., artiste multiple

A l'occasion de la sortie de son premier album solo, I Am the Fire, Gus G. a répondu aux questions de La Grosse Radio. Connu pour assurer la guitare avec Ozzy Osbourne depuis 2009 et Firewind, dont il est membre fondateur, il a ici pu explorer de nouveaux horizons musicaux, ce qu'il n'avait pas pu faire dans ses projets précédents. Il détaille ici sa démarche.

Bonjour Gus, ton premier album solo, I Am the Fire, est assez différent de ce que tu as fait auparavant, plus orienté hard rock. Qu’est-ce qui t’a amené vers cette direction ?

En fait, c’est un peu un  enchaînement d’évènements. J’avais quelques riffs, mais je me suis rendu compte que je ne pouvais pas vraiment les utiliser pour le groupe. Ensuite, en parlant avec mon ami Mats Leven en Suède, on s’est rendu compte qu’on voulait faire quelque chose ensemble. A la suite de cela, en 2012, le chanteur de Firewind a quitté le groupe, donc on a pris un remplaçant pour finir la tournée, mais on a décidé de faire une pause ensuite. Cela m’a donné l’opportunité de m’organiser pour sortir cet album.

Tu as donc écrit ces chansons avec Mats Leven ?

Oui pour les cinq premières, mais j’en ai écrit d’autres avec d’autres gens. J’ai travaillé à distance avec Jeff Scott Soto, vu qu’il vit aux Etats-Unis. Quand j’ai eu ces chansons, j’ai pensé à faire un album du même genre que le premier album solo de Slash, avec plein d’invités, et nous y voilà. Chaque artiste a apporté sa patte aux chansons concernées, qu’ils les aient co-écrites avec moi ou juste chanté dessus.

Parmi tes invités, on retrouve une femme, Alexia Rodriguez, qui chante Long Way Down. Pourquoi ce choix ?

En fait, cette collaboration a été initiée par le label, Century Media Records. J’ai dit au patron du label, Robert Kampf, que je cherchais une voix féminine. Il m’a fait écouter une chanson de son groupe, Eyes Set to Kill, en me disant que j’adorerais sa voix. Je suis tombé sous le charme de son timbre rock, du coup, il l’a appelé et deux jours après, on était tous les deux à Las Vegas aux Hideout Studios et on a enregistré tout ça ensemble. J’adore le résultat que ça a donné, cette chanson est une de mes préférées.

Gus G.

On retrouve aussi Michael Starr de Steel Panther sur ce disque. Qu’est-ce que cela fait de ne pas l’entendre chanter des paroles sales ?

Je pense que c’est un pas en avant de ne pas le faire chanter sur lêcher des chattes ou se faire sucer la bite ! [rires] Je lui ai dit : "écoute mec, ce serait bien, pour changer, que tu parles d’autre chose, vu que tu le fais déjà dans Steel Panther" et il était d’accord. En plus, c’est un mec phénoménal, un des meilleurs chanteurs qu’on ait.

Sur certaines chansons, Daniel Erlandsson (Arch Enemy) assure les parties  batterie. J’en déduis que tu es resté ami avec le groupe après ton bref passage en tant que guitariste en 2005.

Oui, nous sommes toujours amis, tout se passe bien avec les membres d’Arch Enemy, nous sommes toujours contents de se croiser pendant les festivals et on se contacte de temps en temps. Michael Ammot est comme un frère, c’est véritable ami et Daniel est un batteur phénoménal. Quand je lui ai proposé de jouer dans mon album, il a accepté sans hésiter. Vu qu’il y avait quelques parties bien folles à la batterie, j’ai tout de suite pensé à lui.

Quels sont les thèmes des paroles dans ce disque ?

Il y a plein de thèmes et messages différents. Cela parle de situations qu’on vit tous, comme les peines de cœur, franchir des obstacles, la jalousie… Plein de situations différentes.

Gus G.

Maintenant que cet album est fini, comment vois-tu le résultat après être allé dans toutes ces directions ?

Je pense que c’était une bonne chose pour moi de faire ça. C’était libérateur et c’était intéressant. C’était quelque chose de complètement nouveau pour moi, j’ai pu jouer des choses assez différentes, m’exprimer différemment à travers mon écriture musicale et c’était vraiment une bonne chose à faire.

Comptes-tu faire un autre album solo ou t’arrêter là ?

En fait, j’ai signé pour deux albums, du coup, il est prévu que j’en fasse un autre. Après, on verra comment sont les retours et ce qu’en pensent les gens. Jusque-là, tous ceux à qui j’ai pu parler qui ont écouté l’album m’en ont dit du bien, je pense que c’est un bon signe.

Tu vas bientôt tourner avec Uli Jon Roth en Grèce et avec Marty Friedman en Europe. Qu’est-ce que ça te fait de tourner avec eux ?

Ces mecs sont des légendes, c’est un honneur pour moi de pouvoir partager la scène avec eux. Je me souviens, je leur piquais tous leurs licks quand j’étais plus jeune ! [rires] Du coup, ça me fait plaisir de partir en tournée avec eux.

Quels seront les musiciens qui tourneront avec toi ?

Mats Leven chantera avec nous, et nous aurons les mêmes musiciens en rythmique, Marty et moi. On jouera des chansons de mon album solo, mais aussi quelques reprises d’Ozzy Osbourne et de Firewind.

Gus G.

Passons à Firewind maintenant. Avez-vous réfléchi au successeur d’Appolo Papathanasio au chant ?

Nous sommes en train de nous pencher dessus actuellement. Nous n’avons pas encore lancé de recherche officielle, mais nous avons quelques idées. Rien de concret pour l’instant, on est en pause et je suis occupé avec mon album solo. Ce qui devra arriver arrivera. Cela se fera dans un an, peut-être deux, on verra bien. Nous n’avons même pas encore réfléchi au prochain album.

Et concernant le prochain album d’Ozzy Osbourne ?

En ce moment, il est occupé avec sa tournée avec Black Sabbath. Il n’a pas encore planifié ce qui se fera après. Je sais qu’il veut faire un autre album, mais il n’est pas le seul décideur dans cette affaire, il y a aussi des choses à faire avec les managers et les labels. Quand il en saura plus, il m’en parlera.

Qu’est-ce que ta collaboration avec Ozzy Osbourne t’a apporté ?

Cela a fait de moi un meilleur musicien. Amener ma musique à un niveau si élevé, avec des gens si professionnels. C’est incomparable à quoi que ce soit, c’est l’opportunité de ma vie. J’ai pu devenir un bien meilleur interprète, c’est là la plus grosse différence entre ce que je suis maintenant et ce que j’étais il y a cinq ans. J’en ai énormément appris.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements