Majesty (+ Wisdom & StormWarrior) au Biebob de Vosselaar (02.03.2014)

2013 aura été une année chargée pour Majesty, le groupe ayant réussi à publier deux albums en moins d’un an ! Lors de son dernier passage en Belgique, le groupe allemand défendait l’album Thunder Rider en première partie de PowerWolf au Biebob. C’est dans la même salle, à peine plus de trois mois après, que Majesty revient pour la promotion de son petit nouveau : Banners High, accompagné de ses compatriotes de StormWarrior et des Hongrois de Wisdom qui ont eu aussi fait une partie de la tournée européenne  de PowerWolf fin 2013.

En arrivant dans la salle, on constate directement que ce n’est pas la foule des grands soirs. À quelques minutes du début du set de StormWarrior, seule une petite dizaine de personnes est présente devant la scène, une autre dizaine discutant aux alentours du bar. Signalons quand même que contrairement à ce qui arrive trop souvent dans cette salle, tous les groupes de la soirée bénéficient de l’entièreté de la surface de scène pour leur set. C’est donc des toiles illustrant le dernier album de StormWarrior qui ornent la scène lorsque le quatuor allemand arrive. Le public est peu nombreux mais tout le monde se rapproche des musiciens dès la première chanson du soir, « Thunder & Steele », tirée du récent album du même nom.

Et si sur album StormWarrior est synonyme d’efficacité et de puissance, ces deux adjectifs lui font malheureusement défaut ce soir. Non pas que le groupe soit à critiquer, les musiciens sont en place et font de leur mieux pour tenter de faire bouger le public mais ils sont desservis par un son affreux, sorte de bouillie sonore dans laquelle seule la batterie de Jörg Uken est parfaitement discernable. Le pauvre Alex Guth n’arrive à se faire entendre que pendant ses soli de guitares tandis que le bassiste Yenz Leonhardt semble jouer avec un instrument débranché. Dans ces conditions, le temps se fait long et seuls quelques fans des premiers rangs semblent réellement apprécier le show ( « Valhalla » et « Steelcrusher » en clôture de set récoltent malgré tout un bon accueil du Biebob). Un beau gâchis sonore pour un groupe talentueux et énergique qui ne méritait pas un tel traitement !

Setlist de StormWarrior :

• Thunder & Steel
• Metal Legacy
• Sacred Blade
• Valhalla
• Ragnarök
• Heading Northe
• Odinn’s Warriors
• Steelcrusader

Après des tournées en première partie de Sabaton et PowerWolf, il s’agit ce soir du  quatrième concert de Wisdom en Belgique et le groupe  commence à se former une fan-base dans le plat pays. C’est sous des applaudissements nourris que les Hongrois sont accueillis par un public qui donne de la voix dès « War of Angels » ! Grand soulagement, le son s’est bien arrangé depuis la prestation de StormWarrior et c’est un véritable plaisir de voir le groupe évoluer sur une scène qui lui est entièrement dédié, avec ses propres décors (en l’occurrence, deux statues de corbeaux sont placées aux extrémités de la scène). Les membres de Wisdom semblent heureux d’être de retour à en juger par leurs nombreux sourires tout au long du set, en particulier pendant le refrain de « Wisdom » qui sera repris presque a capela par les fans !

Au chant, Gabor Nagy est aussi bluffant que d’habitude, sa voix étant d’une justesse exemplaire. Il s’affirme d’ailleurs de plus en plus comme un frontman, discutant (parlant notamment des précédentes prestations du quintet en Belgique) ou faisant chanter la foule. Pour la première fois dans ce pays, Wisdom dispose d’un confortable temps de jeux (une heure) qui lui permet de prendre quelques risques comme jouer « Heaven and Hell » morceau calme qui tranche avec le reste du répertoire interprété ce soir, bien plus pêchu et rapide à l’image de ce « Live Forevermore » qui clôture un set très convaincant. Wisdom se bonifie au fur et à mesure des tournées !

Setlist de Wisdom :

• World of the Free (intro sur bande)
• War of Angels
• God Rest Your Soul
• Somewhere Alone
• Fallin’ Away From Grace
• Wisdom
• Heaven and Hell
• Dust of the Sun
• Judas
• Take Me to Neverland
• Live Forevermore

Pour Wisdom la salle commençait à se remplir mais il est évident qu’une bonne partie de la foule n’arrive que maintenant, pour applaudir Majesty. Pourtant ce n’est finalement toujours pas la foule des grands jours qui s’est rendue au Biebob ce soir, donnant au concert des allures de concert privé, plutôt pas désagréable ! Dès « We Want His Head » il ne fait de toute façon aucun doute que les Allemands jouent devant un public composé presque exclusivement de fans, chaque refrain de la soirée sans exception étant repris en chœur. Les cris « Hail, hail to Majesty ! » se font entendre avant chaque prise de paroles de Tarek Maghary (chant) qui semble heureux de jouer face à un public si dévoué bien que restreint.

Comme mentionné plus tôt, Majesty défend ce soir son dernier né, Banners High, et comme prédit lors de notre chronique, les titres du nouvel album passent l’épreuve de la scène avec brio ! Comment résister à l’envie de lever le poing ou de chanter lorsque Tarek et les siens nous envoient « Time for Revolution » ou « Banners High » en pleine figure ! Mais il ne fait aucun doute  que ce sont les morceaux plus anciens qui sont surtout attendus par les fans, comme ce « Metal Law » si fédérateur (mais quelle chanson de cette setlist ne l’est pas).

Le concert de ce soir, en plus de puiser dans toute la carrière de Majesty est agrémenté d’un passage acoustique, le temps de jouer « Take Me Home », seule ballade de la soirée. Un moment pas désagréable et juste assez long pour ne pas lasser car les fidèles venus ce soir sont là pour une seule chose : du Heavy Metal traditionnel ! Et c’est exactement ce avec quoi les musiciens reprennent leur rythme de croisière en interprétant « Thunder Rider ».

En plus de ce passage plus calme, le show est aussi entrecoupé par deux soli : premièrement celui de Jan Raddatz à la batterie. Si l’exercice du solo de batterie énerve souvent, celui-ci a l’intelligence de ne pas s’éterniser et semble finalement plutôt être là pour faire réagir le public. Il n’en va pas de même du solo de guitare (démarré par Tristan Visser peu à peu rejoint par Robin Hadamovsky) qui tire un brin en longueur et qui aurait pu aisément être remplacé par une chanson de plus.

Mais ne nous plaignons pas car ce soir, le groupe joue pas moins de 15 titres pour une durée dépassant les 90 minutes de show. Et, après cette longue offrande aux dieux du Metal, les membres de Majesty ne perdront pas une seconde et descendront dans le public pour signer des autographes ! Un groupe proche de son public donc.

Le concert de ce soir s’est avéré au final plus enthousiasmant que prévu, le temps étant passé à toute vitesse à l’écoute des chansons des cinq Allemands. L’ambiance de camaraderie aussi bien au sein du public que du groupe sur scène trouvant son apothéose avec le « Metal Union » final au refrain répété encore et encore. Alors que les albums de Majesty sont systématiquement handicapés par des titres de remplissage, ce concert n’a compté que des hymnes, la bande de Tarek Maghary se révélant de plus en plus comme une alternative plus humaine et terre à terre à Manowar.

Setlist de Majesty :

• Judgment of the Gods (intro sur bande)
• We Want His Head
• Hail to Majesty
• Time for Revolution
• Metal Law
• Drum solo
• Fields of War
• Banners High
• United By Freedom
• Heavy Metal Battlecry
• Hellforces
• Guitar solo
• Into the Stadiums
• Take Me Home
• Thunder Rider
• Sword and Sorcery
Rappel:
• Epic War
• Metal Union
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements