Andy B. Franck, chanteur de Brainstorm, nous présente Firesoul

"Il est important d'aller de l'avant et d'essayer de faire mieux!"

En voilà un qui est fort sympathique et qui n'a pas la langue dans sa poche ! Andy B. Franck, frontman du groupe allemand Brainstorm, sait où il va et le fait savoir dans ses interviews.

Cela donne au final un entretien plus qu'intéressant réalisé au Hard Rock Café de Paris. Le temps de causer du dixième album du groupe, Firesoul, à paraître début avril chez AFM Records.

Bonjour Andy et merci de nous accorder cette entrevue !

Merci ! [en français dans le texte]

Avant de parler du nouvel opus, quel regard portes-tu aujourd'hui sur le précédent disque de Brainstorm, On the Spur of the Moment, sorti fin 2011 ?

C'était un album important pour Brainstorm. Mais après plusieurs écoutes et quelques mois de recul, je dois admettre que certains morceaux auraient pu être meilleurs. Il y a d'excellents moments sur ce CD, mais je ne suis pas satisfait de certaines lignes vocales, de la production ou de quelques arrangements sur quelques chansons. Nous avons donc changé un peu notre façon de travailler sur ce nouvel album, nous avons pris une direction plus old school en composant comme on le faisait lorsque nous avons débuté notre carrière. En ce sens, Firesoul est différent de On the Spur of the Moment.

Firesoul justement, parlons de ce titre... en un seul mot donc forcément plus percutant !

Exact ! En un sens c'est mieux, car personne ne se souvenait du nom du précédent, j'adorais comment les gens disaient "j'ai acheté le nouvel album" sans être capables de citer son titre (rires) ! Je crois qu'il était trop long quand même (rires) ! Pour celui-ci, en fait très vite j'ai ressenti un feeling comme dans le temps quand nous écrivions de la musique il y a 10 ou 15 ans, une énergie nouvelle, un véritable message. J'ai alors dit aux autres membres du groupe : "The fire still burns in our soul"! Et de là est venue cette idée au final très simple, très directe.

Andy B. Franck, Brainstorm, la grosse radio, interview Paris, 2014

En ce qui concerne les paroles, certains titres semblent assez forts au niveau des thèmes abordés. De quoi parlent-ils ? Car il me semble que c'est toi qui les écris...

Oui, j'écris les paroles ! Elles présentent un peu mon point de vue sur le monde dans lequel nous vivons, car je lis pas mal les journaux. J'essaye de voir au-delà des supposées vérités qu'on nous présente. Après, je ne fais pas non plus qu'aborder des thèmes religieux ou politiques, je peux aussi parler des relations humaines. Sur cet opus, je les trouve au final plus positives que sur le précédent qui était un peu trop sombre au final à mon goût dans ses textes. Le message principal sur cet album est "Certes, nous vivons des temps difficiles, mais il existe un espoir et une lumière au bout du tunnel, alors allons-y, on peut s'en sortir !". Au final ça colle plus avec ce qu'est Brainstorm et avec ma personnalité, je peux me lâcher un peu plus.

Tu as parlé du processus de composition, vous aviez déjà changé quelques fois d'approche entre certains précédents albums et c'est encore le cas ici. Pour quelles raisons sur celui-ci ?

En fait, il est toujours important d'aller de l'avant et d'essayer de faire mieux. Nous parlons beaucoup avec les fans sur nos tournées et on écoute leur avis avec attention, et leur avis sur le précédent album compte pas mal dans l'approche du suivant. Pour Firesoul, nous voulions quelque chose de différent car les membres du groupe et moi-même avions quelque peu une nostalgie du passé où nous répétions beaucoup ensemble pour trouver des idées en jammant. Donc on a recommencé pour cet album ! Tant est si bien que lorsque nous sommes entrés en studio, certaines chansons n'étaient pas vraiment finies, on les a amélorées ensemble ! Du coup tout sonne plus direct et spontané, même si au final on perd un peu un certain contrôle... alors l'avenir nous dira si on a fait le bon choix, mais c'était intéressant de se retrouver ainsi à essayer et finaliser chaque chanson juste avant l'enregistrement. Au final on est satisfait de chaque note sur ce disque, car on a pris le temps de tout bien travailler ensemble. Nous voulions quelque chose de heavy power bien brut, pas un truc qui sonne trop symphonique ou arrangé dans tous les sens ! (rires)

Un peu sur la pochette qui est ma foi fort réussie !

Elle a été réalisé par le colombien Felipe Machado Franco qui a déjà travaillé entre autres avec Blind Guardian ou Ayreon. Et en fait ce mec est un grand fan de Brainstorm depuis des années, on correspond depuis longtemps par mail et il voulait réaliser une de nos pochettes ! Sauf que jusque là nous travaillions toujours avec l'artiste Tom Thiel... Cependant, il était temps je pense de tenter autre chose à ce niveau, et c'est là que je me suis souvenu de l'intérêt de Felipe. Il a accepté de suite et je lui ai expliqué ce que je voulais avoir dessus, une personne proche du feu qui tiendrait un crâne dans sa main... cette personne pouvant ainsi représenter un prêtre ou un politicien et le crâne représentant l'être humain. Bref, au final il m'a fait une superbe fille, c'était son idée je le promets moi je n'y suis pour rien... même si elle est très jolie ! (rires)

Brainstorm est aussi connu pour sa grande unité avec très peu de changement de line-up comparé à d'autres groupes, cela doit forger un certain caractère...

Oui, c'est ce qui fait aussi que la musique qu'on joue est assez unique au final de nos jours ! Nous ne sommes pas dans la norme actuelle, je sais (rires)... mais l'important c'est d'avant tout pouvoir compter l'un sur l'autre, on a tous un rôle précis en dehors de la musique dans le groupe : par exemple je me charge de tout ce qui est communication et visuels.

Il est d'ailleurs très difficile pour un groupe aujourd'hui de "survivre" dans le monde de la musique, comment faites-vous avec Brainstorm malgré le fait d'être moins connus que les Blind Guardian, Helloween ou autres Edguy dans le genre même en Allemagne ?

On a une très grande fan base, je crois que c'est ce qui fait la différence. De plus, à chaque album nous faisons un maximum de dates et de festivals, et on réussit plutôt bien en Espagne ou en Scandinavie, depuis deux albums nous avons également d'excellent retour de l'Angleterre, on a aussi de bonnes ventes chez nous et dans l'Europe de l'est. Tout ceci nous permet de subsister, on imaginait même pas ça il y a 25 ans quand nous avons débuté ! or aujourd'hui, on voit pas mal de jeunes groupes qui croient exploser après un seul album et qui disparaissent dans les deux ans, les choses ont bien changé. Peut-être se prennent-ils trop pour des rock stars aussi, va savoir... Nous sommes des privilégiés car pas mal de groupes aimeraient être à notre place je pense.

Petite question nostalgique... Il y a dix ans, après l'album Soul Temptation, pas mal de fans français vous découvraient en première partie de Edguy. Des souvenirs de cette époque ?

Oui je me souviens, j'ai encore l'enregistrement de ce concert à la maison, c'était vraiment fantastique ! On ne savait pas trop à quoi s'attendre mais Paris nous a fait un bel accueil. Je suis d'autant plus heureux que notre angence de booking nous a dit qu'on devrait rejouer en France cette année !

Puis tu es un showman avant tout, un vrai Bruce Dicksinson ! (rires)

(rires) Oui, c'est grâce à lui que j'ai découvert le heavy metal et que j'en ai fait ma passion ! Chaque show de Brainstorm doit être un vrai divertissement pour les fans, c'est comme ça que je vois les choses depuis mes débuts.

Donc un retour en France cette année ?

Oui, probablement cet automne pour trois shows (Paris, Lyon et Strasbourg pour le moment), je crois que la dernière fois que nous avons joué en France c'était en 2011 à Bordeaux il me semble. On essaye de voir les autres groupes qui nous accompagneront pour cette aventure. Avant cela il y aura quelques festivals et des shows en Allemagne où nous allons essayer de jouer l'album dans son intégralité pour le présenter aux fans, chose que nous n'avons jamais fait jusque là.

Bientôt trois ans que Symphorce, ton autre groupe, a décidé d'arrêter l'aventure. Pas trop de regrets ou de nostalgie ?

Je pense que quand tu te retrouves après sept excellents albums à faire le point et que tu te rends compte que tout a été dit, il faut savoir s'arrêter. C'est ce qui s'est passé avec Symphorce, nous sommes allés au bout et nous n'avions plus de véritable inspiration. Chaque membre du groupe a été d'accord avec cette décision, nous avions tous nos projets à côté de toute façon. Maintenant, je ne dis pas que nous ne reviendrons jamais, on nous a proposé un show de reformation aux Etats-Unis par exemple... mais bon, qui sait ? (rires)

Andy B. Franck interview Paris La grosse radio Brainstorm

As-tu d'autres projets en tête ou en cours en dehors de Brainstorm ?

Tu penses que j'ai trop de temps libre, c'est ça (rires) ? En tout cas non, pas pour l'instant, et je suis certain d'être occupé à fond avec le nouveau Brainstorm au moins jusqu'à la fin de l'année. Après ça, pourquoi pas ? Cependant je ne sais pas de quoi il s'agirait, il faudrait que ce soit différent de Brainstorm... et pas du Symphorce bis non plus... pourquoi pas un album bien rock mais qui n'a rien à voir le metal pur et dur. Je suis assez ouvert d'esprit pour cela.

Je te laisse conclure cet entretien avec un dernier mot pour les fans.

Vous avez de très jolies filles en France (rires) ! Merci aussi pour la nourriture et l'accueil, j'espère que la France aimera notre album. Nous serons de retour pour vous cet automne, soyez prêts !
 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements