The Vision Bleak / Alcest / Fjoergyn au Glazart (6.4.2010)

Il y a des soirs comme ça où on sait qu'on passera un très bon moment... L'atmosphère, le climat, l'intuition, une prémonition... que sais-je ? En ce mardi 6 avril 2010, après pourtant plusieurs nuits courtes, une longue journée de travail et quelques embouteillages ou autres déviations inattendues sur le trajet, mon arrivée au Glazart peu avant 19h se fit dans une bonne humeur simple et émerveillée.

Glazart The Vision Bleak Alcest

The Vision Bleak et Alcest, réunis pour une soirée unique, un programme alléchant. Accompagnés en première partie par l'obscur groupe allemand Fjoergyn... Mais passons, c'est bel et bien pour les deux premiers cités que la plupart du public s'était rendu dans le 19ème arrondissement ce soir-là.

Retrouvant deux confrères et amis de Heavylaw sur place, une première impression pourtant mitigée se fit ressentir : peu de personnes avaient fait le déplacement. Assez décevant pour l'unique date française des allemands pionniers du Lovecraft metal et le combo de l'avignonais Neige pour sa première sur ses terres. Mais peu importe, un vieil adage dit bien que les absents ont toujours torts, voici donc le récit d'une soirée qui n'a fait que le confirmer...

- Fjoergyn -

Après une ouverture somme toute tardive des portes, le premier groupe prend son temps et s'installe sous nos yeux curieux. Fjoergyn... Une formation assez complexe et tout aussi difficile à suivre. J'avoue ne les connaître que très superficiellement en condition studio, ce fut donc une relative découverte en live. Et que dire ? C'est un peu étrange... Entre prog, folk, symphonique, heavy, black, rock... Tout ça mélangé dans des structures plus ou moins habilement alambiquées, pour un rendu final assez confus alliant rares très bons moments et cacophonie difficilement supportable.

Fjoergyn

Rien de bien grave ici, s'agissant d'une première partie dont je n'attendais rien. Et dont personne n'attendait grand chose, si ce n'est ce fan un peu déluré qui, non content de saouler un camarade pour qu'il prenne des photos, s'est permis le luxe de venir sur scène pour justement s'y faire photographier avec le groupe. Certains ne doutent vraiment de rien... Comme cette autre personne qui a ainsi lancé une phrase quelque peu douteuse : "Fjoergyn, ce que l'Allemagne a fait de pire depuis le nazisme !" ... Comparaison assez extrême, cela va sans dire. Plutôt fausse d'ailleurs, il y a quand même eu Tokio Hotel entre temps... Bref, prestation dont on ne retiendra pas grand chose même si le final s'est révélé plutôt convaincant, malgré tout.

Fjoergyn

- Alcest -

Premier grand moment de la soirée, la première en France de ce groupe français alliant metal et shoegaze. Enfin, quand je dis groupe, autant dire plutôt "projet de Neige", lui qui a tout composé et qui est le seul membre "officiel" d'Alcest. Accompagné pour l'occasion de guests de choix, dont son bon ami Fursy (Les Discrets, et anciennement dans Amesoeurs - l'autre projet de Neige aujourd'hui terminé), il a soigné les détails : éclairages limités, bougies déposées à même le sol autour de la batterie, ambiance minimaliste pour une musique qui ne l'est pas moins.

Alcest

La constatation est simple : le courant passe très bien et ce quasi instantanément. Chaque personne sur scène se tient à son rôle précis, peu de fioriture mais une efficacité à toute épreuve et une technique toujours au rendez-vous. Le show a été préparé, cela se sent, peu ou pas de pet de travers tout au long d'une setlist riche en émotion et représentant bien la - plutôt courte - discographie du groupe.

Alcest

Si le nouvel album "Ecailles de Lune" n'a pas été oublié, avec notamment son "Percées de Lumière" très efficace et accrocheur, part belle a été faite au LP "Souvenirs d'un autre monde" avec le morceau éponyme et "Printemps Emeraude" pour ne citer qu'eux. Le premier EP ayant lui été gracieusement représenté par la chanson fleuve "Elévation", probablement l'une des plus belles surprise de ce live à la fois épique et tout en retenue. Seul léger reproche qui va de paire avec les remarques que je viens de faire : un Neige un peu trop timide qui se contentera de deux léger "merci" et d'un à peine plus marqué "merci beaucoup"... Peut-être aussi dommage que le chant clair ait été autant mis en retrait. Mais bon, l'atmosphère générale justifiant ces légers éceuils, on peut facilement les escamoter...

Setlist d'Alcest :

* Printemps Emeraude
* Les Iris
* Solar Song
* Ecailles de Lune (Part 1)
* Souvenirs d'un Autre Monde
* Percées de Lumière
* Elévation

Alcest
- The Vision Bleak -

Voici venu le temps des ri... euh du grand moment de la soirée ! Et c'est là qu'on se rend compte que certains étaient surtout venus pour Alcest, se retirant ainsi du premier rang afin au passage de m'offrir une place de choix. Place à The Vision Bleak, groupe allemand formé il y a quelques années par le chanteur Allen B. Konstanz et le guitariste/multi-instrumentiste Ulf Theodor Schwadorf alias Markus Stock, connu aussi pour son brillant projet entre folk et doom metal Empyrium. Du metal horrifique et forcément très visuel... Une musique qui se vit, qui se ressent ! En effet, en live, les promesses sont tenues, et ce du début à la fin...

The Vision Bleak

Un spectacle de haute volée. Allen et Ulf, costumes d'époque sur eux, jouent sans surjouer et haranguent la foule lorsqu'il le faut. Charisme, précision, puissance, émotion... Une vraie tragédie musicale, mais dans le bon sens du terme ! Les musiciens invités assurant leur partie (sans pour autant se fondre totalement dans le décor), la prestation d'ensemble s'avèrera proche de la perfection. Pour presque 1h30 de show inoubliable.

The Vision Bleak (Konstanz)

Alors évidemment, chacun des 4 albums sera passé au crible. Du dernier "Set Sail to Mystery" avec, ô bonheur, mes quatre chansons préférées de l'album (dont un "I Dined With the Swan" aux accents très "Carpathiens") à l'illustre "Carpathia - A Dramatic Poem" (du mythique et hymnesque "Kutulu!" à l'épique "The Charm Is Done"), sans bien sûr oublier les premier et troisième opus. Difficile de faire meilleure setlist, même si on pourra toujours regretter l'absence de certains morceaux comme "She-Wolf" par exemple.

The Vision Bleak (Schwadorf)

Carrés, pros, les deux leaders de The Vision Bleak n'ont pas failli à la tâche. Gros point positif pour le chanteur Allen B. Konstanz qui a une vraie présence scénique alors que Ulf Schwadorf assure lui de sa classe naturelle. Que dire de plus ?

Setlist de The Vision Bleak :

* Intro
* Descend into Maelstrom
* The Night of the Living Dead
* Carpathia
* The Black Pharaoh Part II
* The Outsider
* Kutulu!
* A Romance With the Grave
* I Dined With the Swans
* By Our Brotherhood With Seth
* The Charm Is Done

* The Lone Night Rider
* Wolfmoon

The Vision Bleak

Une excellente soirée, ni plus ni moins. Bien que peu nombreux, le public a largement répondu présent niveau accueil et dépense d'énergie. Histoire de finir le tout en beauté avec une petite séance de signatures et photos aux côtés de Ulf et Allen, et nous nous quittons fourbus mais heureux, des étoiles dans les yeux, dans un Paris rutilant de sensualité à l'heure du crime...



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements