Yorblind – Reflexions

Non ces gens-là ne sont pas suédois, mais bel et bien franchouillards. Parisiens pour être plus précis. Je pourrais l'être encore un peu plus en vous donnant l'adresse de chacun des cinq musiciens de Yorblind, mais la déontologie me l'interdit.

Nous nageons ici en plein trash-metal, matiné de Death. Ou peut-être bien de Death-metal matiné de trash... Vous savez, cette frontière ténue entre les styles...

Toujours est-il que l'album "Reflexions", deuxième album des parigots, arrache les tifs. D'une efficacité redoutable, chaque titre révèle une puissance et une maîtrise très appréciable. Rien de nouveau sous le soleil, pourraient se demander certains. Et bien oui et non. Car les recettes de ce style existent et sont présentes dans cet album, ce qui fait que les adeptes y trouveront leur compte. Mais le petit plus, c'est sa richesse. Il n'y a rien à jeter dans cet album, pas de morceau de seconde zone, pas de ficelle trop tirée, pas de concession. A la rigueur, mais vraiment pour faire mon emmerdeur, "Eradicate the human race" me semble un chouilla en dessous du reste, mais procure quand même un plaisir non feint.

Et malgré les thèmes abordés, des plus nihilistes et rageurs donc un peu prévisibles, il plane au-dessus de cet album un plaisir de bien faire complètement communicatif. C'est là tout le paradoxe de ce genre lorsqu'il est réussi, vous mettre la banane alors qu'on vous balance des riffs sanglants, des atmosphères d'acier trempé, des breaks qui vous font ouvrir grand les yeux, des hurlements colériques dévastateurs, des solos post-apocalyptiques.

Pour vous prouver une dernière fois que ces gars-là méritent toute votre attention, il y a ce morceau caché, ghost song comme on dit dans le métier, d'un certain groupe à 9 lettres (on joue au pendu ?) dont le titre est "creeping death". La version death est très appréciable. Merci les gars.

Ma note : 9/10 (je ne veux pas être chauvin, mais cette album est une bombe)



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements