Impaled Nazarene – Vigorous and Liberating Death

Au dernier Motocultor en Août 2013, c’était un Slutti666 détendu qui m’accordait une interview afin de parler d’ Impaled Nazarene et de l’avenir du groupe :

Lionel / Born 666 : Bon quand allons-nous pouvoir entendre de nouvelles chansons d’Impaled Nazarene ?

Slutti666 : Absolument, on va rentrer en studio à la fin du mois d’octobre mais on n’a pas encore de dead line, mais on sait que l’album sortira début Mars 2014. Il s’appellera Vigorous and Liberating Death avec des titres comme « Colera Utopia », « Riskiarvio » et nous avons de nombreux titres pas encore terminés et ce serait totalement inutile d’en parler maintenant. Un autre aussi « Sananvapaus » qui se traduirait en anglais « Freedom of Speech » qui parle un peu de ce dont on parlait juste avant, parce qu’on Finlande on ne peut pas dire tout ce qu’on veut, car ensuite les gens vont seulement retenir que vous êtes des nazis. Et ce qu’on peut rajouter c’est que l’album est Punk ! (rire). Il y a aussi un autre titre qui s’appelle « Blame in Sword of Satan ».

J’ai beau chercher « Colera Utopia », je ne trouve pas le titre et j’ai dû m’emmêler les pinceaux pour « Flaming Sword of Satan » sur Vigorous And Liberating Death.
 

Impaled Nazarene


Et alors ? Bah rien, on s’en fout et c’est aussi bon qu’une bière bien fraiche que l’on ouvre comme au début de « Drink Consultation ». C’est Punk, simple, rentre dedans et montre la fougue des finlandais qui savent ciseler des riffs à la machette tout en y laissant ce goût de sang Black Metal. « Non Chérie « King Reborn » n’est pas un titre Pagan ou symphonique ! » « En revanche « Flaming Sword Of Satan » va surement te brûler les aisselles si tu lève le bras en concert pour faire le signe des cornes ! »

Mais bon, ceux qui disent que The Ramones c’est toujours pareil changez de cap ou arrêtez de lire cette chronique car ici point de fantaisie, de synthé ou de bonne humeur, on est là pour se chauffer les tibias afin de slammer sur des têtes de pouilleux comme avec « Dystopia A.S » ou encore « Vestal Virgins ». L’exécution est parfaite, les musiciens connaissent leurs registres et ne vont pas mettre un orteil plus loin que la limite autorisée. Avec toujours cette maitrise du break, marque de fabrique du Black Metal qui permet dans un court instant de foncer vers le bar, prendre une pinte, de l’ingurgiter, de revenir et de demander à un pote de nous faire la courte échelle afin de planer sur les premiers rangs pour monter sur scène et d’aller gueuler dans le micro du chanteur et ce en moins de 30 secondes !
 

Impaled Nazarene


Êtes-vous capables de pondre un titre éponyme de 2:38 minutes ? Eux, si ! Vous, jeunes musiciens, vous vouliez en mettre pour plus de 9 minutes ! Eux, ils s’en tapent et nous ravagent la nuque à coup de riffs percutants qui effectivement ne méritaient pas de dépasser les 3 minutes ! Du Thrash/Black comme « Pathological Hunger For Violence » aurait le mérite d’être au panthéon du speed transcendantal d’une pièce maitresse ou la métamorphose de différents courants musicaux se retrouvent !

Vous aimez le son de la basse, eux aussi et vous font un 48 secondes de déluges que n’aurait pas renié un Napalm Death.

Drôle de groupe tout de même qui peut vous laisser une intro Heavy « Hostis Humani Generis » avant de jouer sur de lancinantes notes, simples, efficaces qui sont là pour vous donner la puissance d’Impaled Nazarene sur scène ! Et on (re)verra ça au Hellfest de cette année !

Lionel / Born 666

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements