Ancient Bards – A New Dawn Ending

Le triomphe des bardes !

La folle fougère devrait peut-être se renommer la bonne poire. Parce qu'elle est bien gentille, mais accepter comme ça de prendre les promos des autres, c'est quand même avoir le cœur sur le main.

Tenez, pas plus tard qu'il y a quelques jours, je chroniquais tranquillement l'excellent opus d'un groupe français bien connu quand le collègue Sanguine vient me voir avec ses yeux de chaton : « écoute, j'ai des partiels, je dois bosser, j'ai déjà une tonne de promos réservées, tu veux pas me délester de celle-ci ? Allez steuplait, promis j'ai même pas écouté donc je vais pas te spoiler » (discours authentique et véritable). Bref, me voilà ainsi embarquée avec la nouvelle galette des italiens d'Ancient Bards, qui sont connus pour être les petits frères de Rhapsody, peut-être même en meilleure forme actuellement. A New Dawn Ending, troisième offrande, donc, a la lourde tâche sur ses épaules de succéder à deux disques acclamés. Aurons-nous ici droit à une suite faisant preuve du même brio que ses prédécesseurs ?

Choix très osé de la part de ces musiciens, la première chanson dévoilée aux yeux du monde est la ballade « In My Arms », dont notre cher rédacteur en chef Ju de Melon est littéralement tombé amoureux. Et il y a clairement de quoi, tant la recette développée par le quintette est excellente : chœurs majestueux, montée en puissance continue pour terminer en apothéose, interprétation riche en émotion … tout est là pour plaire et convaincre. La performance vocale de la jeune Sara Squadrani, chanteuse du groupe depuis les débuts, n'est pas étrangère à cette réussite complète. La voix de la frontwoman est désormais plus maîtrisée que jamais, dévoilant une gamme d'émotions beaucoup plus large. Indéniablement, les trois ans d'attente entre Soulless Child et A New Dawn Ending ont été bénéfiques pour elle, tant sa technique s'en retrouve améliorée. Déjà prometteuse sur les deux premières sorties d'Ancient Bards, celle-ci est à présent une vocaliste accomplie, tenant la dragée haute aux ténors du genre.

Ancient Bards

En parlant de cela, le combo a poussé le vice jusqu'à inviter l'un d'eux, à savoir Fabio Lione, pour un duel sur « The Last Resort », remporté à la surprise générale par une Sara bien plus à l'aise que son aîné. C'est l'une des très rares déceptions de cet album : le bien connu invité n'est pas reluisant, son chant paraissant presque fade face à celui de son homologue féminin. L'élève dépasserait-il le maître ? A l'écoute globale d'A New Dawn Ending, la réponse positive semble évidente tant les compositions font preuve d'une grande maturité. Bien que l'on regrette une personnalité qui mériterait d'être un tantinet plus marquée, on ne peut que féliciter Ancient Bards pour son application et, surtout, sa facilité à écrite des morceaux d'excellente qualité. Pourtant la recette du speed power symphonique est connue depuis des lustres et pratiquée par moult confrères en Italie, tant et si bien que les clones se multiplient. D'ailleurs ça pourrait faire un bon nom de film : metal italien – l'attaque des clones. Mais je m'égare, je m'égare … alors qu'est-ce qui démarque le groupe des autres ? 1/ Une voix de qualité supérieure, 2/ Une facilité à faire des hymnes à la fois longs et captivants (quand j'écoute « Flaming Heart », j'ai envie de chasser le dragon à dos de licorne magique) et 3/ L'inspiration. Jamais de temps morts ne se présentent dans ce paysage teinté de fantaisie.

Les diverses pistes se démarquent facilement les unes des autres, dans un climat à la fois homogène mais aussi très varié. Si plusieurs ficelles employées sont similaires et inhérentes au style pratiqué, les morceaux ne fonctionnent pas forcément sur les mêmes schémas et trouvent toujours le petit truc qui fait toute la différence. Parmi ces titres, l'opener « A Greater Purpose » met les choses au clair par sa vélocité, son côté inquiétant au moment où les chœurs deviennent l'élément central, le chant vindicatif de Sara et ce refrain puissant et mémorisable. Dans un registre différent, « Across This Life » est un single parfait, sa courte durée et son efficacité sont en adéquation pour transformer ce morceau en porte-étendard de l'opus. Deux compositions excèdent les dix minutes : « Showdown » ainsi que la pièce éponyme, les deux étant des réussites complètes. Pas de longueurs, une grande cohérence grâce à un fil conducteur plutôt simple et des plans de haute tenue. En réalité, seul « The Last Resort » est un peu sous les autres, mais rien de très grave en somme.

A New Dawn Ending est une réussite triomphale. Ancient Bards prouve grâce à son énorme talent qu'il s'agit bien là d'un pilier de la scène power européenne, sur lequel on ne compte pas encore suffisamment. Cette offrande est un manifeste d'excellence de la part de cinq musiciens talentueux, qui offrent ici le meilleur d'eux-même. Les bardes signent là leur meilleure production à ce jour, et pourtant la barre était placée bien haute avec la précédente galette.
 

La Folle Fougère

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements