Poil (+ We Insist! ) au Centre Fleury Goutte d’Or (07.05.2014)

Poil épile la Goutte D’or avec insistance
 

C’est dans le cadre intimiste du Centre Fleury – Goutte d’Or que nous allions assister à un concert qui, sur le papier, s’annonçait très intéressant. Le groupe Poil était à l’initiative de la soirée,  organisée pour célébrer la sortie de leur dernier album, au nom plutôt évocateur : Brossaklitt. En ouverture, ce n’était pas une formation de bleus, bien au contraire : le trio de math rock surpuissant We Insist!, auteur d’un très bon album éponyme sorti plus tôt cette année. Restait à savoir comment ces deux formations compatriotes allaient s’en sortir sur scène. Et, par Toutatis, quelle claque !

 

We Insist!

En bonne logique, We Insist! attaque son set avec la première chanson de leur dernier album, l’accrocheuse « While The West is Falling ». Et on est immédiatement happé dans l’univers musical du groupe, à la frontière entre Fugazi et Tool. Il y a une énergie presque électrique sur scène, et celle-ci est communiquée au public qui est ferré dès le début du concert, et ne sera relâché qu’à la dernière seconde de la performance. Car oui, un concert de We Insist!, c’est une performance. Voir Etienne Gaillochet, batteur et vocaliste de la formation, combiner le chant et des rythmiques à la fois très élaborées et fines est un spectacle en soi. Un spectacle captivant.

 

We Insist, 2014, Paris, concert,


La machine est rodée, très bien huilée et mise en son comme il se doit. D’un côté, nous avons Eric Martin à la guitare, qui distille des riffs accrocheurs et puissants, le tout en son clair ou à la limite de la distorsion ! Et oui, quand la musique est bonne, pas besoin d’avoir un Marshall branché à toute berzingue pour avoir un son lourd. De l’autre côté, Julien Allanic forge une palette de sons variés tantôt à la basse ou la guitare. Le tout forme un ensemble où chaque petite note semble avoir son importance, avec une puissance impressionnante qui se dégage de ce trio qui a écumé les salles de l’Europe.
 

We Insist, concert, Paris, 2014, Goutte D'or,


Les passages instrumentaux sont autant d’occasions pour le groupe d’expérimenter avec des rythmiques et des sonorités qui apportent une richesse supplémentaire à leur musique. We Insist! sait aussi aller vers plus de simplicité, avec la pépite « My Friend’s Lonely Mate », très accrocheuse et exécutée avec maestria.
 

We Insist, Paris, 2014, concert,


Devant un tel concert, on pourra oublier les quelques pains entendus ça et là, parce qu’ils n’ont en aucun cas affecté le plaisir de l’écoute et l’intensité de la performance. Bref, vous l’aurez compris, We Insist! est une référence en live, et s’ils passent par chez vous, ce qui est fort probable, allez y faire un tour pour le voir et l’entendre par vous-même !

 


Poil
 


Il y a certains artistes qui donnent des maux de tête aux journalistes. Non par parce qu’ils sont terriblement mauvais, mais parce que leur œuvre est tellement unique et perturbante qu’il devient une gageure de les chroniquer.  Dans ce cas-là, le journaliste fait du mieux qu’il peut pour retranscrire avec des mots ce à quoi il a assisté. Comment décrire Poil ? Question épineuse. Grosso modo, imaginez un mélange furieux entre Emerson Lake & Palmer, Frank Zappa et Fantomas, et vous aurez une vision à peu près précise de leur musique. Encore une fois, nous avons affaire à des musiciens chevronnés, des tueurs dans leurs domaines respectifs. Au début, on a du mal à défaire ses yeux d’Antoine Arnera, claviériste du groupe, tant sa performance est époustouflante. Il enchaîne les effets sonores comme un métalleux enchaîne les pintes, toujours au service de l’expérimentation et de l’affirmation d’une personnalité musicale très forte.
 

Poil, concert, Paris, 2014,


Mais quand on observe les deux autres musiciens, on ne peut que constater qu’ils sont eux aussi très impressionnant. Boris Cassone nous envoie de bonne vibrations à la basse, et se révèle également être un guitariste hors pair. De son côté, Guilhem Meier martyrise les fûts de sa batterie avec une puissance qui rappelle encore une fois Dave Lombardo (Fantomas et Slayer) et Carl Palmer (ELP). Les trois musiciens chantent, et entremêlent leurs voix pour tisser une tapisserie sonore supplémentaire, évoquant parfois la musique du monde ou le chant religieux. Les paroles n’ont pas vraiment de sens, et on peut supposer que les mots sont plus choisis pour leurs caractéristiques phonétiques que leur sens, même si on peut noter que les références au sexe sont légions. En même temps, avec un album s’appelant Brossaklitt, vous vous attendiez à autre chose ?
 

Poil, 2014, concert,


La performance du trio est renversante de puissance et de musicalité. Musiciens, si vous jouez dans un groupe, il y a de fortes chances que votre formation ait du mal à arriver à la cheville de Poil. Désolé, c’est difficile à lire, mais il faut le voir pour le croire. Ou l’entendre en écoutant les albums studio du groupe, et vous dire qu’en concert, c’est pareil, mais avec l’adrénaline du concert en plus ! L’exécution est tellement précise et intense qu’elle en devient presque écœurante.
 

Poil, concert, Paris, 2014,


On pourrait parler ou écrire des pages entières sur ce groupe et la richesse de sa musique. Mais un surplus serait sans doute indigeste. En vérité, encore une fois, le seul moyen de se rendre compte du phénomène est d’aller les voir. Et on ne peut que vous encourager à le faire. Ils le méritent. Vous risquez d’en sortir avec une vision élargie du rock, et de la musique amplifiée plus généralement. Il faut noter qu’après ce concert incroyable, le claviériste est remonté sur scène avec le nom de scène Gwyn Wurst, seul avec son synthétiseur et ses pédales d’effets, et a donné tout son sens au terme « one-man band ». Une performance de haute volée, extrême, et expérimentale, avec certains spectateurs, ayant visiblement consommé des substances illicites, entamant des danses pour le moins psychédéliques.

Voilà ce à quoi on assiste à un concert de Poil et We Insist! . Quand est-ce qu’on remet ça ?

Article par Tfaaon

Photos : © 2014 Asrastengah
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.

 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements