Meshuggah – Alive

Quand on est fan de Metal, difficile, voire impossible, de ne pas avoir entendu parler de MESHUGGAH, quintet suédois qui propose une musique absolument hors normes. Que l’on accroche ou non à leur univers chaotique et étouffant, force est de reconnaître que la formation a exercé une influence considérable. Car tous les MNEMIC, TEXTURES et autres groupes de métal apocalyptique doivent beaucoup à FEAR FACTORY d’une part, pour avoir popularisé les polyrythmies affolantes, ainsi qu’à MESHUGGAH pour avoir emmené cette façon de faire vers d’autres dimensions, plus cérébrales, plus fouillées, moins accessibles mais néanmoins passionnantes pour peu que l’on se laisse emporter. Ultraviolent quand il le souhaite, très proche d’un point de non retour en termes de sauvagerie sonore (« Chaosphere », l’album qui les a définitivement propulsé sur le devant de la scène), capables de développer des ambiances hypnotiques évoquant la fin de tout (« Nothing » en 2002), ou de pondre des concepts-albums complètement barré (« catch 33 », qui n’est en fait qu’un seul et même morceau divisé en plusieurs pistes), le monstre à cinq têtes est revenu en 2008 avec un album synthèse de ce qu’il sait faire de mieux (« obzen ») et lève un bout de voile sur le mystère qui l’entoure en sortant un package DVD+CD live. 

     
Si le DVD propose une vingtaine de pistes entrecoupés de passages en noir et blanc montrant le groupe sur les routes, son penchant CD n’en propose que 12. Un peu dommage, mais après tout, le disque est un bonus qui complète le DVD. Les fans apprécieront de voir les musiciens au naturel, tant MESHUGGAH prend un malin plaisir à ne donner des informations qu’au compte gouttes, tandis que les autres découvriront un groupe sympathique, lucide et pas prise de tête. Le « concert » présent est une compilation d’extraits filmés à Tokyo, New York, Toronto et Montréal. Pour autant, le montage est suffisamment cohérent pour que cela tourne à l’avantage des musiciens qui sont ainsi bien mis en valeur, sans que le visionnage devienne épileptique. On s’en serait douté, l’exécution est sans failles (ces types sont des monstres de précision), la communication avec le public réduite au minimum (la musique ne pousse pas à l’éclate totale) et les musiciens, concentrés, n’en restent pas moins charismatiques sur scène. Bien qu’ils soient limités dans leurs mouvements par une exigence technique de tous les instants, l’hydre à 5 têtes en connaît un rayon en matière de headbang sur des rythmes déstructurés. Le frontman Jens Kidman est quand à lui déchaîné, les yeux révulsés, vomissant ses tripes comme si sa vie en dépendait (hum…). Mention spéciale bien sûr au batteur Tomas Haake qui écrase tout sur son passage et s’avère être la véritable vedette de ce DVD.

 

     
La version disque, bien qu’écourtée, est intéressante car sans images, on écoute d’autant plus attentivement. L’occasion de constater à quel point l’interprétation est sans failles. Le son est extrêmement bon, pas si éloigné du résultat que l’on connaît sur album (en plus brut), le choix des morceaux fait plaisir à entendre et permettra aux néophytes de découvrir l’oeuvre du monstre suédois. Quand aux admirateurs de Fredrik Thordendal et ses sbires, ils ont déjà ce DVD, alors la question ne se pose plus. Indispensable pour les fans, excellente séance de rattrapage pour les autres, on  peut juste regretter une version disque tronquée. Mais est-ce bien là l’essentiel ? MESHUGGAH continue de tracer son chemin, conscient qu’ils resteront trop complexes et incompris pour bon nombre d’auditeurs. Qu’importe, le groupe a fait son choix, a fait son trou, et continue de faire le bonheur de ses aficionados. Compte tenu de la complexité de leur oeuvre, c’est déjà un tour de force qui mérite d’être salué.

8/10

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements