Klone – Black Days

Le groupe poitevin a sorti « Black days » ce mois d’avril sur le label Season of Mist. Leur précédent « All Seeing Eye » avait laissé des traces, mais il semble que le virage amorcé soit des plus goutu. Mettre de l’eau dans son métal donne parfois des résultats plus que satisfaisants.

A la première écoute, il y a ce mur sonore qui touche la perfection : une entité sauvage, maîtrisée, qui ne laisse rien au hasard. On nage ici en plein rock charnu, tendu, et TOOL n’est pas loin. Néanmoins, Klone a une identité bien marquée et réussit le tour de force de digérer ses influences avec une honnêteté rafraichissante, et une maturité certaine.
Les ambiances sont variées, souvent sombres, parfois énervées (« Spiral Down »). Il existe dans cet album une réelle cohérence et la section rythmique y est pour quelque chose : implacable, riche et survoltée, elle porte certains morceaux jusqu’à des hauteurs bien appréciables (« Rain Bird »).

J’irai même jusqu’à dire que certaines émotions me rappelle les heures merveilleuses de la scène de Seattle. Des morceaux comme « Behold the Silence » ou la reprise délectable du « Army of me » de Bjork ont certains côtés du Badmotorfinger de Soundgarden, même si les ambiances metal-prog prennent vite le dessus.
Les arrangements sont impeccables, chaque morceau a une aura palpable et l’on sent qu’on a là un groupe qui vit sa musique avec les tripes et le coeur. Savant mélange.

Il reste néanmoins le fait que « Black days » ne se laisse pas apprivoiser facilement. L’homogénité de l’album peut rendre la première écoute dubitative, et quelques tours de platine sont nécessaires pour en tirer toute la pulpe.
Mais la barre est haute, ce qui rend le saut encore plus fascinant.

Ma note : 9/10

leur myspace



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements