Crowbar – Symmetry in Black

CROWBAR et DOWN, tous deux originaires de La Nouvelle Orléans, ont souvent eu une filiation évidente, de par, l’appartenance de certains membres de CROWBAR à DOWN ou vice versa. En septembre 2013, Kirk Windstein surprit le microcosme du métal, en annonçant son départ de DOWN afin de pouvoir se recentrer totalement sur son bébé qu’est CROWBAR (KINGDOM OF SORROW, son autre projet, semblant être en pause). Pat Bruders, bassiste des deux formations a, quant à lui, effectué le chemin inverse. Le groupe est donc, aujourd’hui, composé de Kirk Windstein au chant et à la guitare, de Matt Brunson à la seconde guitare, de Tommy Buckley à la batterie et, de Jeff Golden, le nouveau venu, à la basse. Après un très bon Sever the wicked hand publié en 2011, CROWBAR tenait à fêter dignement son vingt cinquième anniversaire, en livrant sa dixième offrande intitulée Symmetry in black.

Dire que l’opus débute très fort avec Walk with knowledge wisely, est un doux euphémisme. Ce morceau est à l’avenant de ce que la formation nous a toujours habitué mais la science du riff et du groove est ici, poussée à son paroxysme, faisant de cette composition, un véritable futur classique. Le riffing est pachydermique et ce titre est magnifié par un break très puissant, rehaussé d’un chant rageur et CROWBAR place, d’entrée de jeu, la barre très haute. Le deuxième morceau, Symmetry in white, enfonce littéralement le clou avec son commencement lourd et sombre, son refrain ultra puissant, et son break écrasant, le père Kirk élargissant également sa palette vocale en utilisant ses vocaux clairs. Riffs lourds et puissants ? Ces deux premières compositions ne sont pas des cas isolés puisque l’ensemble de la galette en est doté, jetez donc une oreille à The foreboding, The taste of dying, A wealth of empathy ou encore Shaman of belief et Teach the blind to see.

Non content de tout écraser sous ses accords éléphantesques , CROWBAR sait aussi faire parler la poudre en accélérant le tempo comme sur Ageless decay et Symbolic suicide. A noter, sur ce dernier, la double pédale efficace de Tommy Buckley mais chassez le naturel, il revient au galop, les conclusions de ces deux titres sont totalement écrasante.

Pourtant, il ressort de Symmetry in black, une certaine variété, que ce soit au niveau des tempis, en alternant moments lourds, passages groovy (Walk with knowledge wisely, The taste of dying ou Shaman of belief) et, des prestations plus mélodiques avec, l’instrumental final The piety of self-loathing, et, aérien avec le magnifique Amaranthine. Ce dernier, judicieusement placé en plein milieu de l’album, fait office de respiration salvatrice et, est doté d’arpèges éthérés, ce qui n’est pas sans rappeler Planet caravan de PANTERA ou Solitude de BLACK SABBATH, le tout enrobé d’une atmosphère douce et sublimement mélancolique, selon moi, une véritable réussite.

Outre le côté mammouth de la chose (une habitude chez CROWBAR), il  ressort une certaine obscurité de Symmetry in black, l’ambiance y est généralement sombre comme en témoignent The foreboding, la fin de Symbolic suicide, le début de Symmetry in white ou Reflection of deceit et ce, malgré la forme retrouvée de son leader qui, durant l’été 2010, a décidé de reprendre sa vie en main en arrêtant la consommation d’alcool et de substances illicites.

Le seul moment de faiblesse de l’album est, à mon avis, The piety of self-lathing qui clôt l’opus. Cet instrumental est plutôt mélodique et n’apporte pas grand-chose à l’ensemble, cette composition est même assez convenu et prévisible, elle sent quelque peu le titre de remplissage.

Après 25 ans de bons et loyaux services à l’industrie du métal lourd, CROWBAR publie, avec Symmetry in black, un album d’une qualité intrinsèque élevée, plaçant ce dernier, parmi les meilleures offrandes du groupe, grâce, notamment, à Walk with knowledge wisely, qui est un classique en puissance. CROWBAR n’a rien renié de sa puissance et de son savoir-faire, l’usine à riff tourne à plein régime, l’opus ne présentant aucun point faible hormis le dernier morceau. Symmetry in black est un parfait point d’ancrage au CROWBAR nouveau, résolument prêt à en découdre.
 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements