Lezard’Os : Jour 2 (09.05.2014)

Entre heavy et extreme
 

Il est temps pour le Lezard’Os Metalfest d’entamer sa deuxième journée. Si la première laissait la part du lion au death metal, elle laisse place au heavy et au power cette fois-ci, avec une dose de groupe extrêmes (notamment Loudblast en tête d’affiche) et quelques singularités. La place au metal français est toujours prédominante, même au sommet de l’affiche et ce dans des conditions sonores toujours aussi bonnes.

Heavy frenchie (ou presque)

Les fans de Joe Amore, chanteur de Nightmare, en ont eu pour leur argent ce 9 mai au Lezard’Os Metalfest avec ses deux prestations. La première s’est faite au sein de Now or Never, groupe international regroupant  Ricky Marx et Kenn Jackson, anciennement chez Pretty Maids. Malheureusement pour eux, les compos heavy trop génériques manquent d’accroche et le public ne se montre que peu réactif au set.

Now or Never

Setlist de Now or Never :

Reach of the Sky
Now or Never
Hardened Steel
Princess of Undiscovered land
How do you feel
Dying for you
Angel
Brothers
Rock the House [reprise de Pretty Maids]
Wind of Freedom

La prestation de son autre groupe, Nightmare, reveille bien plus les foules. Si l’attitude du chanteur, proche de celle de Dio, ne change pas, les compos présentées sont plus solides et arrivent à faire réagir les spectateurs. On remarque que les titres du nouvel album, The Aftermath, jouées pour la première fois ce soir-là, tiennent bien la route en live, notamment quand elles sont mêlées à des classiques tels que "The Gospel of Judas" ou "Legions of the Rising Sun", avec JC Jess, dit "l’homme le plus bourré du festival", au chœurs.

Nightmare

Setlist de Nightmare :

The Aftermath [sur bande]

Bringers of a No Man's Land
Eternal Winter
The Gospel of Judas
I am Immortal
Children of the Nation
The Preacher
Legions of the Rising Sun
Forbidden Tribe
Dawn of Darkness

JC Jess est en fait le chanteur du groupe du même nom qui avait joué sur la scène 1 quelques heures plus tôt. Les savoyards jouent aussi une musique à dominante heavy, mais avec une grosse influence stoner, avec des mélodies sympathiques et une bonne énergie des musiciens sur scène. On notera une conclusion de leur set des plus appréciables avec la reprise du classique "Breaking the Law" de Judas Priest.

JC Jess

En ouverture de cette seconde journée, c’était d’ailleurs un groupe proche de Judas Priest, Kryzees, aussi bien musicalement que visuellement, qui a tenté d’animer les metalleux matinaux. Si le chanteur est bon, il révèle malgré tout ses limites quand il tente  de monter trop haut. En revanche, les compos accrochent bien et les spectateurs présents sont réactifs.

Kryzees

Dans la frange heavy/doom, on retrouve, juste après Kryzees, Father Merrin, groupe très (trop ?) inspiré de Black Sabbath qui a pour originalité d’avoir un chanteur déguisé en prêtre qui semble avoir été nourri à Celtic Frost lors de sa jeunesse metalleuse. Ce curieux groupe arrive malgré tout à accrocher l’oreille.

Father Merrin

Je t’aime à l’italienne (et à la polonaise)

Le destin a voulu que les trois groupes étrangers de la journée de samedi soient des groupes de power metal. Le plus haut-placé sur l’affiche est Crystal Viper, groupe polonais à chanteuse dont la petite taille est inversement proportionnelle à son coffre. Couverts de sang, les musiciens semblent heureux de jouer pour la première fois de leur carrière en France, en remplacement du groupe de NWOBHM Tokyo Blade.

Crystal Viper

Si Crystal Viper arrive à chauffer un peu le public, ce n’est pas le cas de ses homologues italiens. Secret Sphere, autrefois bien vu dans le genre, a du mal à faire décoller le public avec des compos trop génériques et peu accrocheuses. La ballade en milieu de set n’arrange pas les choses. Pourtant, le groupe dispose d’un soliste, Aldo Lonobile, très propre dans son exécution et d’un excellent chanteur, Michele Luppi.

Secret Sphere

Ce n’est pas le cas de Philippe d’Orange, chanteur de Sound Storm, qui en fait trop, malgré ses capacités réelles. Son groupe aura encore moins de succès que Secret Sphere, même s’il a eu l’intelligence de se débarrasser de sa choriste qui avait montré son manque d’utilité flagrant en première partie de Therion en décembre 2013.


Sound Storm

L’extrême revient parmi les tiens

Malgré la dominante heavy de la journée, le metal extrême est bien présent et surtout de qualité avec la prestation de Loudblast qui clôt cette deuxième journée avec brio. Stéphane Buriez est très en voix et arrive toujours à faire bouger le public comme il se doit avec des adresses vindicatives (comme les panneaux). Le reste de l’orchestre n’est pas en reste et ne défaillit pas pendant toute la durée du set. On remarque notamment que les extraits de l’excellent nouvel album du groupe, Burial Ground, se fondent à merveille parmi les classiques présentés, tels que "Sublime Dementia" ou "Cross The Threshold".

Loudblast

Setlist de Loudblast :

Main title from Hitman II [sur bande]

Steering for Paradise
Flesh
Emptiness Crushes My Soul
From Dried Bones
Never Endin' Blast
No Tears to Share
Frozen Moments Between Life and Death
The Abstract God
The Bitter Seed
A Bloody Oath
Taste Me
The Horror Within
Sublime Dementia
Cross the Threshold
My Last Journey

To Bury an Empire [sur bande]

Plus tôt dans la journée, on retrouvait les français de Svart Crown, très en forme avec son metal qui oscille entre le black pour l’aspect occulte et malsain et le death pour la brutalité des compos. Le public répond présent et moshe  comme il se doit avec les rythmiques massives qui lui sont proposées, alliées à des riffs accrocheurs. Svart Crown avait définitivement réveillé le public du Lezard’Os Metalfest.


Svart Crown

Pour l’aspect moderne, on retrouve Noein, groupe français de metalcore à la chanteuse, Jenni, complètement possédée, qui délivre une prestation énergique, ce à quoi le public répond présent en participant bien. On notera l’effort mis dans les tenues de scène de Jenni et et Cindy (bassiste), toutes de haillons vêtues et avec de la suie sur les bras et le visage.

Noein

Passons maintenant au groupe le moins extrême des groupes extrêmes de la journée, Gang. Groupe de thrash old school, le groupe arrive quand même à assurer un set proprement, avec un groupe dont la veste à patches Venom du soliste jure avec la chemise hawaïenne du chanteur, dont l’approche vocale semble se rapprocher de celle de Joey Belladonna (Anthrax). On notera le titre "All of the Damned", à l’inspiration assumée de "Wheels of Steel" de Saxon et la reprise de "Total Eclipse" d’Iron Maiden.

Gang
 

Photos : © 2014 Elie Lahoud-Pinot.
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements