Nothing More – Nothing More

Propre et efficace, rien de plus

S’attirant les louanges et l’intérêt de foules et médias depuis maintenant plusieurs mois, les Texans de Nothing More semblent bien décidés à s’imposer dans le milieu du hard rock. Hard rock étant évidemment un terme extrêmement vaste puisque non content d’offrir un premier album éponyme impecablement produit, le groupe peut se vanter d’avoir plus d’une corde à son arc en termes de références. Décorticage d’une petite bombe atomique qui s’affirme comme une très bonne surprise de cette première moitié de 2014.

Lorsque l’on tente de se renseigner sur l’histoire de Nothing More c’est dans le mur que l’on a tendance à finir. En effet cette toute jeune formation originaire du Texas se compose de membres qui n’ont jamais réellement brillés dans d’autres formations. Pourtant le succès semble bien présent. Entre les quelques articles dithyrambiques, la propagande menée par leur label Eleven Seven Music, les quelques trois cent mille vues pour leur premier single ou encore les quelques milliers de  « like » sur leur page Facebook, il est évident que la bande est appréciée.

Alors qu’est-ce qu’un groupe aussi bien teasé peut avoir dans le bide ? Et bien pas mal de choses très sympathiques. Dès l’écoute du combo composé de l’introduction « Ocean Floor » et « Ballast », un triple constat vient à l’esprit. D’une part, NM semble cultiver un certaine amour pour l’électro et un côté prog franchement pas désagréable apportant une ambiance notable mais pas lourdingue. D’autre part, les quatre musiciens, qui comme dit plus haut ne sont pas particulièrement connus, montre un niveau et une maitrise de leurs instruments respectifs impressionnant : des divers performances vocales de Jonny Hawkins aux riffs ravageurs de Mark Vollelunga en passant par une rythmique en béton assurée par la Bongo cinq cordes de Daniel Oliver et le jeu de batterie gorgé de vélocité de Paul Obrien, les quatre garçons font le boulot et le font vraiment, vraiment bien. Enfin cette entame d’écoute est mise en valeur par une prod exceptionnelle offrant un son excellent.

Les surprises s’enchaînent au même rythme que les pistes et à aucun moment l’auditeur ne ressent un quelconque ennui. En témoignent l’entrainante cinquième piste « First Punch » aux premières mesures radicalement pop qui laissent par la suite à quelques hurlements et riffs carrément metal. Touchante et reposante, la petite balade « Gyre »  vient reposer des oreilles qui demandent pourtant encore un peu de rage. Ces dernières ne peuvent être que comblées par un « I’ll Be Ok » ou encore « If I Were » mettant toute deux en avant ce que le hard rock US a sur proposer de meilleur ces dernières années. Les fans de Three Days Grace, Killswitch Engage ou encore des débuts de Linkin Park devraient sans problème y trouver leur compte.

Porté par des musiciens talentueux, une prod impeccable, une réelle efficacité et une bonne volonté évidente, Nothing More s’affiche en ce mois de juin 2014 comme une excellente surprise et un très bon investissement pour qui reste amateur de hard rock made in USA. Avec autant de qualités, Nothing More aurait certainement pu se permettre un peu plus d’originalité mais en dépit de ce manque d’inspiration, qui en dérangera peut-être certains, Nothing More s’impose comme un premier album on ne peut plus réussi.
 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements