Orphaned Land + Suidakra + Arkan (14.05.2010)

Mardi 11 Mai et vendredi 14 mai 2010 voila deux dattes qui resterons gravées dans nos mémoires!  
Lors de ces deux dattes Sanguine_Sky et moi même étions présents au concert de Orphaned Land, Suidakra et Arkan, l’un à Strasbourg, l’autre à Paris. Nous vous coffrons donc ici nos impressions respectives de ces concerts.

Sanguine_Sky:

   En effet, accompagné de 4 amies, l’impatience de ce début de concert se faisait grandissante !
De quel concert je parle ? De celui d‘Orphaned Land bien sûr, célèbre groupe israëlien qui a sortit cette année son 4ème album, « The Neverending Way The Never Ending Way Of ORwarriOR ». Accompagné ce soir de la troupe d’outre-Rhin SuidAkrA et des sympathiques français d’Arkan, nous pouvons parler d’une affiche de rêve !
   C’est à 20h que le concert commença, et l’excitation mélangée à la hâte de voir tous ces groupes sur scène se fait grandissante !

   Le premier groupe à jouer ce soir est Arkan.
Accompagnés de la jeune Sarah Layssac (ex-The Outburst), les français ont la lourde charge d’ouvrir ce concert, ce qui n’est jamais aisé. Et notre jeune combo s’en sort avec brio, de part une véritable énergie, un chanteur bien à la hauteur, une Sarah chantant de sublimes passages féminins et exécutant de magnifiques danses orientales, des musiciens avec une maîtrise qui se sent, pas de doute, tout est bien rodé !
   Les morceaux s’enchaînent avec beaucoup de plaisir, pourtant, et à mon grand regret, le public ne semble pas très réactif. Si les fans sont bien présents sur le devant de la salle, le fond semble bien plus dur à convaincre et reste quasi-léthargique devant la prestation pourtant très bonne des Arkan. Les titres joués proviennent de leur premier album, et rendent encore mieux en live.
Nous voici en face d’une formation qui peut percer grâce à son talent, espérons qu’avec les années ce succès mérité vienne. Et surtout, avec un public un peu plus réceptif, ce serait parfait.
   PS : De plus, humainement parlant, nous sommes en présence de musiciens vraiment agréables, ce qui fait plaisir à voir !

   Vient ensuite le tour des germains de SuidAkrA.
Une intro à la pirate des Caraïbes, puis l’arrivée des musiciens sur scène. Mais avec une amie, nous sortons au merch quelques minutes, pour passer un peu de temps avec les Arkan. Et ces minutes passent tellement vite que lorsque nous rentrons à nouveau dans la salle,  la prestation est presque finie ! Mais ce que j’en ai entendu sonnait plutôt bien. Le problème est que dans la salle, le constat semble être le même que pour Arkan. Si une partie de la salle est réactive et semble s’éclater, l’autre, malheureusement majoritaire, s’ennuie !

   Et vient enfin Orphaned Land, groupe que j’ai toujours rêvé de voir sur scène !
Et bien réellement, je ne suis pas déçu ! Premièrement, la formation israëlienne joue pendant prêt de 2h devant une salle cette fois-ci enfin réceptive (sauf quelques irréductibles, mais bon). Le charisme et la présence de Kobi, chanteur d’Orphaned Land, sont impressionnants et le frontman de la formation nous entraîne dans sa magie et son univers particulier. D’ailleurs, c’est la première fois que je vois un chanteur arriver à faire chanter du raï à une salle remplie de metalleux (comme quoi les miracles existent, haha !). Sa voix est magnifique, chaude et poignante, emplie d’émotions et ses grunts sont encore meilleurs que sur CD, d’une grande puissance !
   Du côté de la set-list, le dernier album est vraiment à l’honneur, avec des titres tel « Sapari » ou « M i ? ». D’ailleurs, il est étonnant de voir que ces morceaux rendent encore mieux en live, ils prennent une dimension tout à fait particulière et ces touches orientales magnifiques sont envoûtantes.
   Seul regret : l’utilisation de samples pour les chants féminins, je pense qu’avec une chanteuse le résultat aurait été encore meilleur.

   
   Au final, une magnifique soirée, inoubliable et magique, avec 3 groupes à revoir de toute urgence. Je ne peux que vous conseiller d’aller un jour assister à un concert d’une de ces formations, ou bien d’acheter les CDs, tout simplement !

…………………….

Nastassja :

   Et alors  que mon cher ami reste encore sous l’emprise des émotions que lui a inspiré ce concert, deux longues journées s’écoulent. Longues, oui, surtout pour les fans qui comme moi attendent ce concert exceptionnel depuis des mois, en comptant les jours…

   Le jour-J arrive enfin. Nous sommes le 14 mai 2010.
Le début du concert est prévu pour 18h30, mais c’est à 16h15 que je me rends devant le Nouveau Casino, où avant le concert doit avoir lieu mon interview avec Orphaned Land.
   Au bout de deux heures et quart je me retrouve enfin dans la salle alors que certains attendent encore leur tour dans l’énorme file qui se dessine devant l’entrée, car ce soir là la salle affiche «COMPLET».
Le temps de laisser les affaires au vestiaire et de faire les réglages de mon appareil photo, le concert commence. La salle est désormais pleine à craquer.

   La lumière baisse, et les musiciens d’Arkan apparaissent sur scène.
Le concert s’ouvre alors sur le puissant «Groans Of The Abyss» qui chauffe rapidement le public et permet déjà d’annoncer la couleur de la soirée.        
   S’enchainent alors les morceaux, dans un ordre proche de celui de l’album avec notamment «Lords Decline», «Mistress Of The Damned Souls», «Tied Fates», et le sublime «Native Order» que j’aime toujours autant! Enfin Arkan nous offre une belle reprise de Khaled. Dans la salle règne une ambiance assez folle contrairement à celle présente lors du concert strasbourgeois auquel à assisté Sanguine_Sky. Le public est accueillant et chaleureux (n’oublions pas que ce soir Arkan joue dans SA ville, Paris, où depuis quelques temps déjà les membres du groupe étaient attendus avec impatience pour un nouveau concert ). Car en effet ce soir-là nous assistons à une excellente prestation aussi bien du point de vue musical que du point de vue scénique. Entre les danses orientales et les chants de Sarah, la surprise musicale et le jeu scénique du reste du groupe il est impossible de s’ennuyer un seul instant si bien que nous ne nous rendons même pas compte du fait que la prestation d’Arkan touche déjà à sa fin.

   C’est alors au tour des allemands de SuidAkrA de monter sur scène. Le groupe nous offre un folk/death métal mélodique agréable aux riffs efficaces mêlés à des passages plus «folk». Cependant leur musique est un peu répétitive et surtout (réflexion faite en sortant du concert et qui correspond aussi à l’avis de quelques amis présents ce soir là) ne correspond pas du tout à l’ambiance de la soirée. Placé entre deux groupes de métal oriental, la présence d’un groupe comme SuidAkrA parait un peu incongrue de part de son contraste. Il semblerait donc que ça soit bien pour cette raison que le public reste assez statique et peu réceptif dans l’ensemble malgré la présence de quelques pogos assez désordonnés et de fans venus spécialement pour eux. De plus jusque là le son est assez décevant. Le son de la basse est trop fort en dépit de celui de la guitare et du chant.
   Je profite donc du set de SuidAkrA pour me reposer un peu et prendre quelques photos dans l’attente de l’arrivée sur scène du clou de la soirée. J’évite toutefois de m’éloigner trop des premiers rangs car je sais qu’il me sera quasiment impossible d’y revenir par la suite.

Vient alors LE grand moment de la soirée – Orphaned Land, le groupe que je rêvais voir sur scène moi aussi, et tout comme mon cher collègue, je ne suis pas déçue!
Les costumes grandiloquents collent parfaitement au message que fait passer le groupe dans sa musique.
Orphaned Land nous offre un set de presque deux heures, presque deux heures de pur bonheur! Et ce bonheur semble être partagé par le groupe qui joue le sourire aux lèvres. Nous entendons ce soir des morceaux issus des différents albums, notamment «Birth Of The Three», «The Kiss Of Babylon», «Sapari», «M I?»  ou encore «Seasons Unite». Les musiciens absents sont remplacés par des samples dont l’utilisation à été bien réussie dans l’ensemble (et bon nombre de groupes savent à quel point cela est difficile) Pour répondre à Sangine_Sky, il est vrai qu’avoir Shlomit Levi (qui assure las parties du chant féminin) aurait été un grand plus, mais étant jeune maman elle n’a pas pu suivre le groupe en tournée.
Le son est cette fois-ci nettement meilleur que celui qu’on a eu jusqu’ici.
Le public est déchainé et semble former un seul et même être en reprenant les chant, en sautant et en formant une immense forêt de mains. Les musiciens nous transportent dans un véritable voyage et nous offrent des moment sublimes comme lors de «The Path (part 1)» ou encore «The Warrior».
Le concert se termine par «In the Never Ending Way» et alors que les musiciens quittent la scène sur le passage de piano (samplé), le public continue à applaudir, puis soudainement quelque chose de magique se passe et c’est dans un silence total que nous écoutons les dernières paroles «Go in peace, and find thy faith/Evolve thy self, and lose all hate/ So a heaven you may create» …
   …Puis au plus grand bonheur du public, le groupe nous offre trois derniers morceaux : «Amen», «Norra El Norra» et «Ornaments Of Gol»… Cette fois-ci c’est vraiment la fin du concert. Le public avec des yeux pleins de bonheur se disperse peu à peu. Certains partent, d’autres ont l’occasion de discuter un peu avec les membres d’Orphaned Land et de Arkan.


  

   Au final,c’est une merveilleuse soirée que nous avons vécu.Je n’ai jamais vu une atmosphère pareille à un concert. Nous avions l’impression que toute la salle était unie par des liens invisibles et formait une grande fratrie.
   Merci au groupes pour toute cette énergie et bonne humeur, merci pour les moments forts et riches en émotions!

Ci-dessous, photoprise à la fin du concert.
Grand merci à Nidhal Yog et Pavillon666 pour leur aimable autorisation d’utiliser cette photo.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements