Primal Fear au Hellfest 2010

Dimanche 20 juin 2010. La dernière journée du Hellfest vient à peine de commencer... Entre réveil difficile, gueule de bois, impatience des gros concerts de la soirée, nostalgie du temps qui passe irrémédiablement ; l'ambiance s'avère plutôt calme alors qu'Eluveitie vient de mettre une grosse claque sur la Mainstage 2. Il est 13h45, pendant que l'ami Lionel part en quête de chouchenn, nous voyons... mais... serait-ce Judas Priest qui débarque sur la Mainstage 1 ? Nooon, on nous aurait menti ?

Ce look, ce chanteur... De loin comme ça, on ne voit pas bien... Chauve, lunettes noir, visiblement vêtu de cuir... Cette voix, ce cri strident, mais c'est Rob Halford ! Incroyable !! Quelle surprise de la part des organisateurs du Hellfest, mais...

... Voyons voyons, suis-je bête ! Tout à coup, je me rappelle. Sortant mon programme, je comprends de suite ce que j'aurais dû piger en un clin d'oeil. Ce sont les allemands de Primal Fear, bien évidemment, emmenés par le très talentueux (mais très inspiré par le Metal God) Ralf Scheepers !

Trêve de plaisanterie après cette intro quelque peu "blague de mauvais goût", concentrons-nous un peu sur le groupe présent sur scène. On y reconnait le charismatique Mat Sinner, que nous aurons en interview plus tard d'ailleurs, Ralf évidemment, mais aussi le retour du virtuoso suédois Magnus Karlsson à la guitare, lui qui fut absent lors de la tournée américaine et donc du CD Live.

Primal Fear

Magnus apporte d'ailleurs toute sa technicité en duo avec son compère Henny Wolte. Ralf est en voix, Mat plutôt souriant... Et pourtant, ce n'était pas gagné d'avance, les deux premiers titres ayant été quelque peu perturbés par des problèmes de son. Rien de bien grave au final, le groupe assurant comme si de rien était et étant vite rassuré par la suite.

Primal Fear nous a offert une setlist variée entre gros classiques et morceaux plus récents. Citons pêle-mêle le très efficace "Six Times Dead (16.6)" et le mignon "Riding the Eagle" pour illustrer le dernier album studio, ou encore les top songs que sont "Nuclear Fire" et l'hymne "Metal Is Forever" en guise de conclusion. On ne pouvait pas rêver mieux de leur part vu le peu de temps dont ils disposaient...

Public ravi, groupe comblé, le quintet allemand a parfaitement tenu son rôle et peut désormais céder la place aux finlandais d'Ensiferum que je ne pourrais malheureusement suivre jusqu'au bout pour cause d'interview... avec Mat de Primal Fear, justement !

A lire aussi : Interview avec Mat Sinner réalisée dans la foulée


La Grosse Page de Primal Fear




Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements