Entretien avec le groupe Assassin au Fall of Summer 2014

« Assassin ne s’est jamais vraiment séparé »
 

Il arrive de capter des groupes à un moment spécial de leur carrière. Ici, Assassin. Ce groupe de thrash allemand des années 80 qui a été forcé de s’arrêter à jouer avant de reprendre du service dans les années 2000 a accordé une interview à La Grosse Radio quelques heures avant son premier concert en France, mais aussi son premier concert avec son nouveau chanteur. Malgré tout, l’ambiance est décontracté et le groupe affiche une bonne humeur communicative.

Bonjour à vous, comment vous sentez-vous avant votre  premier concert en France ?

Michael Hoffmann [guitare] : Ça nous donne beaucoup de motivation ! Tout le monde est nerveux, on va essayer de se donner à 110, voire 120 %, on ne sait pas où ça va finir ! [rires]

Joachim Kremer [basse] : Dans une poubelle… ou dans un cercueil peut-être. D’ailleurs, je me demande combien de personnes vont venir en pensant qu’on est le groupe de rap français ! [rires]

Racontez-nous comment vous vous êtes retrouvés ici.

Joachim :Jessica [Rozanes, programmatrice] nous a contactés par mail, on s’est d’abord concertés, regardé les conditions, tout nous convenait et du coup nous sommes venus. Nous aimerions la remercier et nous apprécions cette invitation.

Michael : On a beaucoup de chances d’être ici, en plus, ce sera notre premier concert avec Ingo, notre nouveau chanteur.

Que pensez-vous du festival Fall of Summer ?

Michael : J’adore la manière dont c’est organisé, les tentes en backstage sont cools, le temps s’y prête en plus.

Joachim : J’aime beaucoup l’endroit. On a des collines, et on a une magnifique scène devant le lac. Ensuite, on va faire la fête jusqu’à pas d’heure, on verra où ça nous mènera. En plus, nous sommes contents de pouvoir revoir les mecs de Sodom. Ce sont de bons amis, mais nous n’avons pas eu beaucoup d’occasions de se voir, on s’est juste parlé au téléphone. Hâte de reboire des bières avec eux.

Assassin

Vous jouez ici trois ans après la sortie de votre dernier album en date, Breaking the Silence. Que pouvez-vous nous dire dessus ?

Michael : C’est un retour aux sources. Assassin est un groupe de thrash, Breaking the Silence est un album de thrash et ce sera aussi le cas pour le prochain. On est en train de le préparer, on a déjà huit chansons de prêtes. On a commencé à négocier avec les studios et on pense que tout sera prêt d’ici 2015.

Que pouvez-vous nous dire sur la direction musicale de ce prochain album ?

Michael : De mon point de vue, cet album est fortement influencé par la voix d’Ingo, qui a un timbre particulier. Ça rend l’ensemble assez grave et vindicatif. Mais j’attends de voir l’avis des autres membres.

Ingo Bajonczak [chant] : Je suis d’accord, d’un certain point de vue, c’est difficile à dire, parce que tout est nouveau pour moi, Assassin est un groupe de thrash allemand old school. C’est un groupe que j’écoutais déjà quand j’avais 13 ou 14 ans, et maintenant, je suis leur chanteur, c’est un magnifique sentiment. Merci les gars de m’avoir accueilli !

Joachim : On va t’enculer sur scène tout à l’heure ! [rires]

Ingo : Pour revenir à la question, je pense qu’on a essayé de suivre la direction thrash old school qu’Assassin avait déjà prise, et on a aussi introduit de nouvelles influences musicales. On ne sort pas du metal, mais on emprunte quelques éléments ça et là. Je vois ça comme un pas en avant. Je suis assez curieux de voir le résultat que ça donnera.

Joachim : Le concert d’aujourd’hui va aussi aider les gens à se faire une idée sur la manière qu’a Ingo de gérer son chant.

Assassin

Pas trop stressé de faire ta première date avec Assassin Ingo ?

Ingo : Honnêtement, je le suis un petit peu ! [rires] Mais je suis aussi ici pour passer un bon moment, je m’entends bien avec les gars, j’aime la musique d’Assassin, donc j’espère qu’on va pouvoir botter des culs tout à l’heure !

Cela fait maintenant 12 ans que vous vous êtes reformés. Qu’est-ce qui vous avait motivés à faire ça ?

Scholli [guitare]: Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas joué ensemble. On avait vraiment envie de rejouer ensemble, on avait l’impression d’avoir retrouvé la puissance d’avant notre split, du coup, on s’est dit que ça valait le coup d’essayer.

Michael : En fait, Assassin ne s’est jamais vraiment séparé. On n’a jamais publié de communiqué stipulant qu’on arrêtait. Il se trouve qu’on s’est fait cambrioler en 1989 et c’était un désastre, on ne pouvait plus jouer parce qu’on n’avait ni instruments, ni amplis, ni argent pour en racheter. Donc on a été forcés d’arrêter nos activités. Mais on n’a pas cessé de se voir, on continuait de faire la fête ensemble et de bien s’entendre. Seulement, il faut plus que ça pour faire fonctionner un groupe. On avait déjà essayé de se réunir auparavant, on avait rappelé notre premier bassiste par exemple, mais il n’était plus dans le trip du thrash, plus dans la musique psychédélique. On a aussi eu des problèmes de batteur après…

Et vos fans dans tout ça ?

Michael: Ce sont les fans qui ont permis ça. Les fans écrivaient des mails ou des messages sur Myspace à l’époque pour que les vieux groupes de thrash se reforment. Quand tu es un groupe et que tu lis tout ça, tu te dis que tu es plus gros qu’en 1985. A l’époque, on ne s’était jamais posé de question sur notre taille et notre rayon d’influence. Le thrash était nouveau, et on faisait ce qu’on voulait faire, sans chercher plus loin. Et maintenant, on est ensemble depuis plus longtemps qu’à l’époque de notre première formation. Si on est là, c’est parce que les fans le demandent. Le reste suit. C’est du boulot, faire une tournée, ce n’est pas de tout repos quand tu es un groupe de thrash.

Joachim : Tu vois tous ces cheveux blancs, c’est à cause du manque de sommeil ! Lors de notre dernière tournée, on a eu que 4 heures de sommeil réparties sur 3 semaines ! Une heure à l’aéroport, une demi-heure ici, une autre là. Mais on tient le coup, c’est le principal !

Assassin

 

Photos : © 2014 Lionel / Born 666
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements