Alestorm (+ Brainstorm, Crimson Shadows et Troldhaugen) au Biebob (20.09.14)

Le temps est à la pluie, voir à la tempête sur toute la Belgique en ce samedi, mais nous bravons pour autant courageusement les vents pour nous rendre à la taverne du Biebob et faire la fête au son de chansons des pirates écossais d’Alestorm ! Récit d’une soirée très chaude.

À notre arrivée, les joyeux Australiens de Troldhaugen sont en train de finir leur set devant une salle déjà assez bien remplie. À en juger par les sourires et les applaudissements du public, les quatre trolls (aidés par des bandes samplant notamment les voix féminines) ont marqué des points ce soir avec leur folk metal déjanté. Légère déception d’avoir donc raté la majeure partie du show, mais les deux titres que nous entendons nous rassurent quant à la qualité scénique du groupe. À revoir au plus vite donc !

C’est au tour de Crimson Shadows de monter sur la petite scène du Biebob. Si leur musique, qui mélange death mélodique et power metal, est plutôt originale et tranche avec le reste de la soirée, elle semble plaire au public qui se fait entendre dès les premières notes. Jimi Maltais (chant) répète plusieurs fois son plaisir d’être là et est bien secondé dans son rôle de chanteur par son guitariste Greg Rounding (21 ans seulement) qui assure les voix claires. Dommage que les chœurs semblent samplés (à en juger notamment par la distance entre le bassiste Morgan Rider et son micro lorsqu’il chante).

En revanche, on ne peut pas nier la qualité des compos du groupe, entre moments épiques et solos techniques joués à toute vitesse (certains passages rappelant d’ailleurs un peu Dragonforce). Si la musique de Crimson Shadows s’avère parfois répétitive sur CD, durant ce set de 30 minutes, on n’a pas le temps de s’ennuyer et le public applaudit très chaleureusement les Canadiens.

Les Allemands de Brainstorm bénéficient d’une place de choix sur toute cette tournée puisqu’ils ont droit à pas moins d'1h10 de temps de jeu, soit plus que les deux autres premières parties réunies ! Si la plupart des gens sont bien évidemment venus pour Alestorm, Brainstorm a aussi amené nombre de fidèles au Biebob ce soir. Dès le "Highs Without  Lows" d’intro, les fans reprennent le refrain en chœur. Le groupe est un habitué de cette salle comme le rappelle à plusieurs reprises Andy B. Franck ("ça fait plaisir de vous entendre faire autant de bruit. C’est la preuve qu’on est bel et bien de retour au Biebob !"), charismatique chanteur qui joue et rigole avec le public tout en n’oubliant pas de chanter juste !

Les extraits du nouvel album, Firesoul, sont très bien accueillis par un public connaisseur qui, là encore, chante toutes les paroles. Il faut dire que le power metal à l’allemande de la formation fait des merveilles en live avec ces refrains invitant à donner de la voix.

Antonio Ieva, sympathique bassiste, distribue les sourires et les clins d’œil aux premiers rangs, ce qui ne semble pas laisser indifférente la partie féminine de l’assistance. Une admiratrice du musicien se fera particulièrement remarquer par sa voix stridente lors de la présentation des membres du groupe, ce qui fera mourir de rire le chanteur qui enchaînera alors en proposant "si tu veux, tu peux repartir avec lui ce soir. Il sait cuisinier et bricoler". C’est sur un "How Do You Feel" encore une fois bien repris par la foule que se fini ce set éminemment sympathique et marquant, le temps ayant filé à la vitesse de l’éclair.

Setlist de Brainstorm :

• Highs Without Lows
• Shiver
• Firesoul
• Worlds Are Comin’ Through
• Fire Walk With Me
• Hollow Hideaway
• Falling Spiral Down
• Doorway To Survive
• Shiva’s Tears
• … And I Wonder
• All Those Words
• How Do You Feel

Si jusqu’à présent la salle était déjà correctement remplie, dès les dernières notes du set de Brainstorm, les rangs se resserrent, les gens dehors se décident enfin à rentrer dans la salle et on se rappelle alors que le show de ce soir est sold out depuis des semaines. Alestorm n’est pas encore monté sur scène que nous commençons à avoir très chaud… Et ce n’est rien comparé à la température qu’il va faire durant tout le set des Écossais.

Visiblement fier (à juste titre) de son nouvel album, le groupe nous en propose ce soir cinq extraits, à commencer par "Walk The Plank" en ouverture du concert directement repris par des fans très bruyants (quel bonheur d’entendre toute la salle reprendre le refrain de "Drink") qui déclenchent le premier pogo de la soirée dès les premières notes de musique. Quelques petits malins se lanceront même dans des slams alors que la configuration de la salle ne s’y prête absolument pas.

Il n’y a en effet aucune séparation entre la scène et le public et un roadie aura alors fort à faire, réceptionnant les slammers sur scène avant de les redéposer directement dans le public… Pour en revenir aux morceaux extraits de Sunset on the Golden Age, ceux-ci passent incroyablement bien le cap de la scène (le claviériste Elliot Vernon partageant le chant avec Chris Bowes sur les parties plus « extrêmes » qu’on peut notamment retrouver pendant "Magnetic North").

Le groupe semble vraiment s’amuser, partageant des sourires constants entre eux et avec le public, signe d’une vraie complicité. C’est ainsi que juste avant "Huntmaster", lorsque le keytar de Chris Bowes tombe en panne de batterie, les autres musiciens se lancent spontanément dans une jam jazzy surprenante, mais intéressante. Car un concert d’Alestorm est bien souvent placé sous le signe de l’inattendu, du non-sens et de l’humour.

C’est notamment le cas lorsque le chanteur nous rappelle que la veille de ce concert se déroulait "l’international talk like a pirate day" avant d’ajouter « qu’aujourd’hui, on est juste le 20 septembre !" en introduction de "Pirate Song". C’est véritablement lui qui mène le groupe et le public, le plus bel exemple en étant donné pendant "Nancy the Tavern Wench" lorsqu’il fait ramer en rythme une grande partie de la foule sans même avoir besoin de dire un seul mot.

Après presque une heure de show, le groupe quitte les planches avant de revenir pour un rappel précédé par la présentation des musiciens (mention spéciale à Dani Evans, guitariste proclamé "nain officiel de la soirée" par son chanteur juste avant "Midget Saw" qui ne cesse de nous étonner de plus en plus à chaque tournée). C’est l’épique "1741 (The Battle of Cartagena)" qui ouvre ce rappel, directement servi par un "Wolves of the Sea" festif à souhait qui voit la foule se mettre à sauter en rythme sur le refrain.

« Vous en voulez encore ? » demande alors un Chris Bowes toujours aussi blagueur qui nous avoue ensuite être "déjà aller voir Alestorm en concert, mais je me suis ennuyé après deux titres donc je suis rentré chez moi"… Ce n’est visiblement pas le cas du public de ce soir en tout cas qui donne tout ce qu’il a dans le traditionnel wall of death sur l’intro de "Captain Morgan’s Revenge". Le groupe prend congé de nous avec "Rum" à la fin duquel Elliot Vernon vient remplacer son chanteur pendant que ce dernier slam sur la foule en direction… du bar !

C’est à bout de force et complètement trempés de transpiration que nous quittons ce soir le Biebob avec le sourire aux lèvres et la sensation d’avoir vécu l’un des concerts les plus agréables de cette année 2014.

Setlist d’Alestorm :

• Monkey Island Opening Theme (sur bande)
• Walk the Plank
• The Sunk’n Norwegian
• Drink
• Over the Seas
• Shipwrecked
• Magnetic North
• Back Through Time
• Nancy the Tavern Wench
• Midget Saw
• Pirate Song
• Surf Squid Warf are
• Keelhauled
• Rumpelkombo
• The Huntmaster
• Wenches & Mead

Rappel :

• 1741 (The Battle of Cartagena)
• Wolves of the Sea
• Captain Morgan’s Revenge
• Rum
• Questing Upon the Poop Deck (sur bande)
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements