Bullet (+Striker et Stallion) au Glazart (29.09.2014)

Heavy metal et balistique

 

C’était en petit comité que s’est déroulé le dernier concert en date de Bullet. Malgré le public relativement réduit, le groupe a donné un concert de pur heavy en mêlant énergie et fun. Pour accompagner les metalleux suédois étaient présents les Canadiens de Striker et les Allemands de Stallion, qui donnaient leur tout premier concert sur le sol français.

Stallion

C’est un petit groupe allemand de heavy metal qui ouvre le bal. Sous une dominante de revival heavy metal des années 80, proche de Riot ou Saxon, avec quelques riffs thrash (« Canadian Steele ») et une voix haut-perchée que n’auraient pas renié les glamouzes de la grande époque décadente, Stallion est prêt à se défoncer sur la scène du Glazart pendant une demi-heure.

Stallion

Les cinq musiciens sont bien présents, emmenés par le frontman Pauly, qui fait péter le cristal en hurlant à tue-tête, sans jamais oublier de chauffer le public, réduit, mais présent. Côté guitares, Äxxl et Oli G. s’éclatent avec des riffs supersoniques soignés et bien exécutés, pendant qu’Aaron et Niki assurent une rythmique solide et efficace.

Venus défendre leur premier album, Rise and Ride, les Allemands n’ont pas oublié d’inclure dans leur set deux titres de leur premier EP, « Killing Time » et « Give it to Me », ainsi qu’une reprise sortie de derrière les fagots de Rock Goddess, qui n’a pas manqué de faire chavirer les connaisseurs.

Stallion

Pour une première date en France, Stallion a montré qu’il en avait dans le ventre et n’a pas caché son envie de revenir.

Setlist :

Rise and Ride
Wild Stallions
Killing Time
Give It to Me
Watch Out
Heavy Metal Rock’n Roll [reprise de Rock Goddess]
Canadian Steele

Striker

On augmente maintenant la cadence avec Striker, groupe canadien qui se situe quelque part entre le heavy et le thrash, pour un set des plus intenses. En effet, Striker n’y va pas avec le dos de la cuillère et ne laisse aucun répit aux spectateurs après chaque morceau et enchaîne, de manière à ne laisser aucun temps mort.

Striker

Les 45 minutes de set passent donc à vitesse grand V, à la manière de la musique frénétique et saccadée des cinq metalleux. Dan Cleary mène la danse avec sa voix haut-perchée qui a ce qu’il faut d’agressivité, pendant que ses quatre comparses headbanguent et bougent de leur mieux sur la petite scène du Glazart.

Striker a donc parfaitement bien assuré sa première date parisienne. Avec déjà trois albums sous le bras (dont le tout récent City of Gold), les Canadiens ont pu servir un set complet et intense qui n’a pas laissé le public du Glazart indifférent. Il ne reste plus qu’à attendre leur prochaine venue, qui promet d’être haute en couleurs.

Striker

Setlist :

Underground
Let It Burn
City of Gold
Fight for Your Life
X-Roads
Lethal Force
Eyes in the Night
Start Again
All for One
Terrorizer
Full Speed or No Speed


Bullet

Déboulent maintenant sur scène les Suédois de Bullet, presque trois ans après leur dernière venue dans la capitale, au cours de laquelle ils ouvraient pour Grand Magus. Cette fois, les bikers disposent d’un nouvel album, Storm of Blades, dans leur besace et disposent d’1h20 pour enflammer le Glazart avec du bon heavy metal de l’école Accept.

Bullet

Bullet, c’est un peu un Tankard version beavy metal. Des compos simples, mais surtout un goût tout particulier pour le fun, voire le comique. Ainsi, c’est non sans cacher son second degré que le chanteur Hell Hofer débarque avec une cape en velours estampillée du nom du groupe. Toujours dans la même veine rigolarde, une marionnette sort d’un ampli pendant « Dusk Til Dawn » pour faire du air guitar et une faucheuse vient frapper une enclume sur « Hammer Down », à grands renforts de sons et lumières cheap.

Le second degré et le kitsch habitent tout le concert de Bullet, mais le groupe n’oublie pas de faire péter le metal. Les riffs d’Hampus Lang et Alex Lyrbo accrochent l’oreille des auditeurs et les font headbanguer en beaux diables, pendant que les refrains accrocheurs de titres évocateurs comme « Stay Wild » ou « Bang your Head » viennent immédiatement se greffer dans les esprits des plus candides pour être chantés à tue-tête.

Bullet

Devant un tel concert, le public s’éclate. Si le Glazart compte moins de 100 personnes, les metalleux présent adoptent une attitude de true, avec la banane aux lèvres et le poing leve, avec quelques bousculades sympathiques qui mettent l’ambiance et viennent ajouter un petit fumet de sueur qui superpose l’odeur de la bière fraiche.

En l’espace d’1h20, Bullet a donné une leçon de heavy metal. Loin de révolutionner le genre ou de faire une démonstration technique, les Suédois ont démontré qu’on pouvait faire de la bonne musique en tricotant des riffs simples et des refrains accrocheurs. Avec cette recette simple, le groupe y croit sans se prendre au sérieux et amuse la galerie sans démagogie. Un concert simple, mais efficace, à l’image de la musique du groupe.

Bullet

Setlist :

Uprising [sur bande]

Storm of Blades
Riding High
Heading for the Top
Rolling Home
Rush Hour
Turn It Up Loud
Dusk Til Dawn
Hawk Eyes
Rambling Man
Dr. Phibes
Hammer Down
Stay Wild
Bang Your Head

Rappel :

The Rebels Return
Bite the Bullet

Un Grand merci à Christophe « blaster of muppets »  d’Aux Portes du Metal pour ses photos.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements