Revocation – Deathless

En 2010, les Américains de Revocation avaient frappé un grand coup en sortant Existence is Futile, grand bol d’air frais dans le paysage musical de ce début de décennie. Officiant dans un thrash/Death (ou Death/Thrash, par moment on ne sait plus trop lequel domine sur l’autre), le groupe avait jusque là su écrire des riffs accrocheurs et des soli dignes des plus grands (Chaos of Form et Revocation en sont de bons exemples).

Le nouvel album, Deathless s’ouvre sur « A Dept Owed to the Grave », titre fort sympathique, qui reste dans le style pratiqué par le groupe jusqu’alors. Mais si ce morceau est somme toute assez classique, un sentiment de déjà vu parcourt l’auditeur. « Qu’à cela ne tienne, il ne s’agit que du premier titre » se dit-on alors plein d’espoir. Et là, horreur, le plus mauvais titre du disque déboule en seconde position, et qui plus est, il s’agit de l’éponyme de cette galette. En effet, « Deathless »  propose un refrain mélodique chanté sans conviction, presque dansant, en opposition avec des couplets aux rythmiques classiques et au chant hurlé à la Robb Flynn (Machine Head). Entendons nous bien, le désir d’évolution est louable, mais lorsque cette évolution tend vers un morceau qui sent à plein nez le single concocté par une maison de disque, la sauce ne prend pas. Et ce n’est pas une grosse production actuelle qui aide à transcender les compositions du combo. Précisons toutefois que cet album a suscité la controverse au sein de la rédaction de La Grosse Radio, certains collègues étant beaucoup moins catégoriques que votre serviteur.

Le reste est par contre bien meilleur, mais ne rattrape pas non plus la catastrophe du début. Si la voix de Dave Davidson ne fait pas tache sur les compositions, et si les riffs concoctés par ce dernier et Dan Garguilo ne sont pas les plus mauvais du monde, on s’ennuie ferme sur certains titres (« Madness Opus », « The Blackest Reaches »), qui malgré la technique irréprochable des musiciens n’apportent pas grand-chose au style pratiqué par Revocation depuis ses débuts. Pris indépendamment, les instrumentistes n’ont en effet pas grand-chose à se reprocher, tant les rythmiques ou les soli sont admirables de cohésion et de vélocité. Phil Dubois (batterie) est peut être le membre du groupe qui s’en sort le mieux à grand coup de blast et de rythmiques plus thrashisantes (« The Fix »), au contraire d’un chanteur qui peine à renouveler son chant (et pourtant le bougre sait y faire en la matière, lorsque l’on réécoute les opus précédents).

Certaines influences jazzy présentes sur les passages instrumentaux font toutefois mouche (écoutez donc le pont de « United Helotry », peut-être le meilleur passage de l’album) et il est regrettable que Revocation n’ait pas décidé de mettre cette facette de sa personnalité plus en avant, avec des soli que n’auraient pas reniés Exivious ou le Cynic de Focus.

« The Fix », « United Helotry » ou encore l’instrumental « Apex » rattrapent la fin de l’album, bien meilleure que la première moitié. Avec des soli et des rythmiques bien plus directes, le combo propose une musique plus accrocheuse que « Deathless » et son refrain guimauve. Sur l’instrumental « Apex », les musiciens savent évoluer vers une musique plus progressive et plus exigeante, pour ce qui est certainement le titre le plus réussi de Deathless. « Witch Trial »  conclut en beauté un disque débuté de façon trop maladroite et inégale.

Au final, ce Deathless de Revocation n’est pas une catastrophe, mais est bien en dessous de ce que l’on est en droit d’attendre de leur part, surtout après les pépites que sont Existence is Futile et son successeur. Une bonne moitié de l’album est décevante, tandis que l’autre est excellente, ce qui au final donne un ensemble trop inégal, peut-être composé trop vite après Revocation (2013). Dommage pour ce groupe si talentueux, que nous avons cependant hâte de découvrir en live à la fin du mois en compagnie de Cannibal Corpse.

Note : 6/10

NOTE DE L'AUTEUR : 6 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements