Motocultor Fest 2010, Jour 1 (vendredi 27 août)

Décidément la Bretagne et les Pays de Loire sont des régions propices aux décibels : le Hellfest à Clisson en Juin, les Vieilles Charrues à Carhaix en Juillet et maintenant le Motocultor à Séné (à côté de Vannes) en Août.

Bon pour le moment il faut prendre la route, ce n’est pas la porte à côté.

Le GPS indique 5H00 de route de chez moi... le lecteur CD ne fonctionne plus, ça commence mal, mais le lecteur de K7 fonctionne (pour ceux qui ne savent pas ou plus c’est une cassette magnétique sur laquelle on copiait les 33 tours des copains... du genre de MP3). Ouf dans la boite à gants (où il y a de tout sauf des gants) je trouve une vieille K7 Sony avec Savage « Loose ‘n’ Lethal » / Slayer « Show no Mercy » ; une autre avec Metallica «...and Justice for all »  / Megadeth « Rust in Peace » ... il y a pire !

Bon allez c’est parti... sur la route il tombe un mur d’eau, chouette !

Motorcultor Fest

 

Arrivé sur le site, il ne pleut plus, les nuages sont là, le public pas encore, il est 14 heures.

La Mainstage s’appelle « la Supositor Stage », la scène secondaire, la « Dave Mustage »... tout un programme !

 


- EVIL ONE -

J'arrive donc pour Evil One, jeune formation d’Achères dans les Yvelines, Metal « Old School » à la Judas Priest finissant sur un « clin d’œil » avec une reprise de Tankard. Un bon son, malgré un vent qui tourne…Peut-être annonciateur d’un changement de temps !

Deux guitaristes (Freddy & Kriss) fans du Heavy Metal des 80’ avec les patchs sur la veste en jean du grand frère. Fred le chanteur un peu timide sur scène avec une voix aigue qui s’améliorera tout au long du show.

 Evil One

- CHERRY BLOOM -

Après c’est au tour de Cherry Bloom de monter sur la Dave Mustage. Ils sont seulement 2 et je peux vous dire qu’ils sont puissants.

Petit problème technique au début où l’on voit Julien Jourdan « Animal » partir car le jeune homme tape si fort sur son kit que sa batterie avance sur scène. Bref deux membres de l’organisation reviennent avec un parpaing pour bloquer la grosse caisse afin que le show reprenne. Imaginez du White Stripe à la sauce Torche : respect !

 Cherry Blossom

- 1969 WAS FINE -

1969 Was Fine est le sideproject de Punish Yourself qu’on aura l’occasion d’apprécier en soirée, tout est ici dans la provocation avec un rythmique Spartiate !

Deux bassistes, 2 guitaristes, un saxophoniste... parfois on ressent du Manson parfois du Sigue Sigue Sputnik, du Stray Cats qui joue du Hawkwind...

Après 3 chansons et « Vietnamsexbomb », ça va...

1969 Was Fine
*Interlude*

Il ne pleut toujours pas et il ne pleuvra pas ce vendredi, on est sauvé.

Le fournisseur de bière est Bavaria : une pinte de 8.6 à 16H00 ça réveille, c’est très roots. La restauration n’est toujours pas ouverte. Pourtant il me faut quelque chose pour éponger la 8.6 qui commence à flotter dans mon estomac et dont les premières effluves commencent à caresser mon cerveau.

Bon un T-Shirt du festival ? Non pas encore, ils n’ont pas encore de caisse...

C’est l’heure du « Quatre heure » et on doit seulement être 300 personnes... It’s a long way to the top if you wanna Rock ‘n Roll...

- ANDREAS & NICOLAS -

Pour Andrea & Nicolas (Chanteur / Guitariste d’Ultra Vomit) nous passons dans la 6ème dimension de l’intelligence, drôle... très drôle même, difficile de trouver les mots pour décrire leur prestation. Equipés de nombreux accessoires, Canards (bien sûr), Ourson, Bébé Corolle, Chat télécommandé, les 2 membres d’Ultra Vomit vont nous faire passer un moment de pure folie et c’est une assistance en plein délire pleurant de rire qui en redemande encore et encore ! Un moment surréaliste, fin... A la guitare avec « Wa Ouh ! Wa Wa Ouh !”, « Montrez-moi vos miches Madame », « Les chaussures de Ski », « Ours et compagnie » on n’en peut plus de rire au larmes…

Andreas et Nicolas

 

Bon la restauration est ouverte, je tente de manger quelque chose... un sandwich merguez, oignons, fromage... je dors seul ce soir !

J’espère ne pas avoir une gastro-entérite, je goute, je meurs... j’aurais dû prendre une galette saucisse.

- PUNISHABLE ACT -

Punishable Act fait dans le Hardcore pur et dur en provenance de Berlin Est (ils tournent actuellement avec Madball) et déclenche le premier Circle Pit de la journée. Le public est encore clairsemé alors que le gang délivre un set époustouflant d’énergie doté d’un grand professionnalisme.

Le chanteur est vraiment charismatique et parait heureux de jouer à Séné. Sa serviette bleue à la main, il remercie la foule après chaque chanson.

Le Backdrop est très explicit et représente deux Pitbulls attachés à un grillage de Street Basket perdu dans une rue malfamée de la New York.

Punishable Act

 

- PLANTEC -

Alors là, que dire, c’est chanté en Breton, cela s’appelle Plantec.

L’intro est un concept où chaque musicien ne doit absolument pas jouer en même temps que ses camarades.

Le chanteur a volé la chemise à feu Ronnie James Dio. Ils sont tous vêtus de noir sauf le bassiste qui porte un T-Shirt rouge représentant les « 4 Fantastiques ».

Le guitariste, l’air hagard, a mis un bloc corde à la moitié de son manche. Le chanteur nous dit à chaque chanson « Avez vous peur ? » en français, en nous racontant ce qu’il veut puisque d’origine Corse je ne pratique le Breton que sous la torture. Flûte et cornemuse sont là pour égailler une musique pas très folichonne.

Plantec
 - SYBREED -

Après cela les Suisses de Sybreed déboule sur scène. Le Metal industriel / Death Metal des genevois (Suisse) réveille l’assistance qui en avait besoin. Steph à la basse est impressionnant, recouvert de tatouages maoris il ressemble à deux gouttes d’eau à Jonah Lomu. Le chanteur Ben arrive a bien captiver notre attention, dans un registre métallique peut-être pas très évident au premier abord.

Sybreed

*Interlude*

Le concours de « Air Guitar » nous fait apprécier au-delà de l’animateur survitaminé, (digne d’un invité des « Grosses Têtes ») les 3 finalistes : « Ron », « La Bonne Sœur » et « Shap le survivant » qui avait dû voler le spandex de Steve Harris. Ce dernier se verra gagner le concours et repartir avec un Flying V.

- MADBALL -

Figure de proue de la scène Harcore New Yorkaise, c'est Madball qui remplace Pestilence, sur la Running Order. C’est derniers ayant des problèmes avec leurs bagages à l’aéroport de Paris.

Que dire de plus de Madball si ce n’est que leur prestation est démente, énergisante...

Avant leur show, Freddy Cricien (chant) s’échauffe backstage tel un boxeur en sautillant et en s’échauffant bras et épaules pour se mettre dans le bain. Et on le comprend mieux lorsqu’il déboule sur scène, tant sa prestation est intense et dégoulinante de sueur. L’échange entre le groupe et son public est fort et sincère. Hoya à la basse est tout simplement impressionnant tant par son jeu que par son physique.

Madball

- ULTRA VOMIT -  

Au delà de l’humour que nous délivre dans ses paroles, Ultra Vomit est un groupe intelligent qui maîtrise tout les rouages du Metal. Les musiciens sont talentueux. C’est simple, ils peuvent tout jouer, du Death au Black en passant par des riffs très Heavy Metal.

Leur set est un bain de jouvence et finit bien sûr en apothéose avec le tube, que dis-je l’immense tube intergalactique, qui n’est autre que « Je collectionne des canards (vivants) » !

Ultra Vomit

- ENTOMBED -

Il est 22H00 et Entombed monte sur la Mainstage. La température extérieure a bien baissé mais le combo de Death Metal de Stockholm va faire en sorte de réchauffer l’atmosphère. Les lights sont minimalistes mais on aperçoit les ombres des membres du groupe. On reconnaît la démarche particulière de Lars Göran Petrov qui déambule sur scène tel un vieux lion en cage.

Groupe majeur de la première vague de Death Metal Suédois, Entombed va nous faire passer une agréable fin de première journée à Séné.

Entombed

- PUNISH YOURSELF -

Live report écrit non disponible

Punish Yourselft


- PESTILENCE -

J’ai déjà du mal avec Pestilence, mais là à minuit, avec un son un peu brouillon, un peu mal au dos et une journée commencée trop tôt, je me dis que la nuit que je vais passer à Vannes (9mn au GPS) ne va m’apporter que soulagement et repos. Le Manche Océan va m’offrir une nuit réparatrice ! (merci Bridget)

Pestilence


La journée du samedi dans l'autre article...

Lionel / Born666 pour La Grosse Radio Metal



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements