Sister Sin – Black Lotus

Le pêché mignon du heavy metal

Sister Sin est définitivement un combo très productif, enchaînant les sorties d'albums avec une régularité prodigieuse. Espaçant chaque réalisation de deux ans, la formation suédoise maintient toujours un niveau de qualité au-dessus de la moyenne du genre mais peine à trouver des idées neuves afin de relancer totalement la machine et de passer à la vitesse supérieure. Avec Black Lotus, cinquième disque des Scandinaves, le quatuor va devoir remplir cet objectif, ou proposer, à l'inverse, une musique suffisamment impressionnante pour pallier à ce manque de renouveau.

Inutile cependant de compter sur les musiciens pour apporter une quelconque touche d'originalité à leur œuvre. Sister Sin délivre, une fois de plus, un heavy metal classique mais efficace, qui mise avant toute chose sur un amour pour les légendes du genre et des refrains redoutables, comme le prouve l'hymne « Chaos Royale ». Ainsi, les Suédois ne cherchent pas midi à quatorze heure et se cantonnent à ce qu'ils savent faire de mieux, sans aucune volonté de dévier d'une ligne de conduite déjà toute tracée. On ressent ainsi un air de déjà vu dans les pistes offertes au sein du disque, mais la maîtrise indéniable des musiciens constitue un atout de poids. De cette façon, en dépit de réelles nouveautés, Black Lotus peut miser avant tout sur une somme de qualités individuelles qui aident à mettre en place un ensemble solide et varié.

La seule réelle tentative de jouer sur un terrain différent se retrouve avec « The Jinx », mid-tempo agréable, où la guitare acoustique accompagne le chant de Liv Jagrell avant une montée en puissance donnant du corps à la pièce. Ce rare moment de calme donne une respiration bienvenue au disque, qui préfère compter en premier lieu sur la puissance de ses pistes. Les neufs pièces constituant cette livraison officient dans un registre heavy classique, mais entêtant et puissant. L'ouverture « Food For Worms » synthétise parfaitement ce que le groupe propose tout au long de l'album, qui n'est autre que la même recette employée par les Suédois au fil de leur carrière : un refrain efficace, soutenu par des chœurs, une frontwoman au ton agressif et au timbre rauque faisant merveille à son poste, et un solo inspiré prouvant la maîtrise de Jimmy Hiltula qui ne perd rien de ses capacités à composer des riffs de qualité.

Bien qu'évoluants dans un registre similaire, les titres varient les plaisirs. L'une des grandes spécialités de Sister Sin reste l'écriture de morceaux directs, pouvant faire office de singles attractifs, et dans ce rôle, « Chaos Royale », « Au Revoir » ou « Stones Thrown » remplissent leur mission sans accrocs. Les influences plus rock se retrouvent quant à elles sur « Count Me Out » ou « Ruled By None », qui apaisent le tempo sans pour autant ramollir le disque. Ces changements sont bien maigres, mais apportent une réelle fluidité à l'opus. Le quatuor écrit même l'une des compositions les plus longues de sa carrière avec « Desert Queen », atteignant plus de cinq minutes au compteur. C'est bien là le seul point à noter sur ce titre, qui, au fond, reprend les mêmes codes que les autres. Le point positif, qui rend l'écoute de cette offrande plus agréable que celle de Now and Forever, c'est de ne proposer aucune piste faible. Tout est à sa place, et fait son office idéalement.

Sister Sin

Pardonnez-moi ma soeur, car j'ai pêché...

Avec Black Lotus, les habitudes de Sister Sin ne sont nullement chamboulées. Les Suédois ne cherchent en aucun cas, et ne chercheront certainement jamais, à tenter de sortir des sentiers battus pour explorer de nouveaux horizons. Restant ainsi dans un carcan heavy metal de facture honnête, le quatuor scandinave trace sa route avec passion et talent, sans réellement se soucier de passer parmi les légendes. L'attitude du groupe est plutôt celle de la constance. Force est de constater que le combo ne subit toujours pas de baisse de régime, et que Liv possède une voix toujours aussi reconnaissable, son interprétation faisant une grande partie du charme de Sister Sin. Les amateurs du genre ne trouveront pas en cette œuvre une révélation, mais le plaisir qu'elle dégage lui confère assez d'arguments pour ne pas être ignorée.

Note finale : 7,5/10

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements