Tom Phillips, guitariste et compositeur de While Heaven Wept

Pour faire preuve de franchise avec vous, j'ai été déçu par Suspended at Aphelion, dernier album des Américains de While Heaven Wept, et ce en dépit de nombreuses écoutes (plus d'une vingtaine, à vrai dire). Cela n'a pas découragé le compositeur de la formation, Tom Phillips, à nous répondre, et à, avouons-le, "vendre" comme il se doit sa musique au cours de notre entretien que vous avez le loisir de lire ci-dessous. Allergiques à la longueur s'abstenir.

"Nous sommes les seuls à n'avoir aucun genre défini"

While Heaven Wept

Interview mailer par Sanguine_sky, questions de Ju de Melon et Sanguine_sky

Salut Tom et merci de m'accorder cette interview! Pourrais-tu commencer en présentant While Heaven Wept aux lecteurs?

Merci! Nous apprécions l'opportunité! En ce qui concerne WHW, ça fait 25 ans que nous sommes là et nous sommes les seuls à fièrement n'avoir aucun genre défini, en ne considérant comme influence que ce que nous considérons de valeur, rejetant le reste. Notre musique est basée à 100% sur nos relations, événements, triomphes et tribulations dans la vie – le seul paramètre restant constant est le fait que tout cela vienne de nos cœurs et âmes; nous ne sommes pas, et n'avons jamais été attribués à un style ou genre... ça a toujours été « la musique de WHW », qui est non-genrée. Des gens différents vont entendre des choses différentes dans notre musique, qui dépendent largement de leur propre pedigree ; les amateurs de Doom vont en entendre, les amateurs de Power semblent en entendre aussi bien que nous-même nous ne sommes pas fans de cela du tout (les passages rapides et mélodiques sont en réalité influencés par Holy Terror, Artillery, Forbidden, etc...). Au final, c'est toujours sincère, mélodique, orchestré, équipe, émotionnel plus que cérébral (mais jamais ''simple''),  et c'est de plus en plus dynamique – si bien que nous sommes souvent catalogués heavy – que ce soit avant ou après Suspended at Aphelion. Mais celui-ci est définitivement plus fort émotionnellement, et une entité à elle seule.

En ce qui concerne le personnel, la majorité de notre line-up actuel est intacte depuis l'ère Sorrow of the Angels (environ 1998 : les neufs années auparavant ont été marquées par de nombreux changements de line-up), bien que la position de batteur était plutôt fluide jusqu'à l'arrivée de Trevor en 2004. Autrement, nous n'avons qu'ajouté des membres, élargissant le groupe depuis... Nous avons passé le point de virer ou remplacer des membres : tout le monde contribue comme il peut. Dans le cadre du dernier album, nous avons étendu le groupe à 11 personnes en incluant quelques invités estimés, qui vont continuer à travailler avec nous sur d'autres projets. Cela inclut Victor Arduini et Mark Zonder de Fates Warning, ces derniers apparaissant sur l'album entier, mais aussi les musiciens classiques Christopher Ladd et Mark Shuping, à la guitare nylon et aux instruments à cordes respectivement. WHW comprend des membres anciens et actuels de Solstice (UK), Brave, Altura, Twister Tower Dire, October 31, Revelation et plus encore. Et d'anciens membres ont rejoint des groupes connus tels Gorguts... nous avons toujours eu des musiciens talentueux de chaque style. Je suppose que je dois aussi dire que je suis le dernier membre fondateur restant, la plupart des autres étant à présent à plein-temps dans le jazz ou la musique classique.

Nos influences depuis le début sont l'ère John Arch de Fates Warning, Rush, l'époque Viking de Bathory, Kitaro, Epicus et Nightfall de Candlemass, les vieux Queensrÿche, Coroner, la NWOBHM, le thrash mélodique comme Holy Terror, des classiques de l'underground US comme Cirith Ungol, Attacker, Manilla Road, Brocas Helm... ainsi que de la musique classique de l'école franco-flamande, aussi bien que du classique du 20e siècle. En particulier Arvo Pärt, Gorecki, et Kilar. Il y a aussi une touche de 4AD ou de Projekt dans notre musique... This Mortal Coil, Cocteau Twins, Slowdive, Black Tape For a Blue Girl. Tout ça remonte à la fin des années 80 et notre musique a toujours un ratio de ces musiques là; les seules nouvelles influences sont arrivées au milieu des années 90 avec Arcturus et Devin Townsend, donc il y a une touche de ça... et nous adorons aussi les albums d'Immortal, depuis At the Heart of Winter. Ce ne serait pas impossible de détecter des influences post-rock comme Mono ou This Will Destroy You par-ci, par-là. Oh, et King Crimson, Pulsar, Grobschnitt, etc... On écoute beaucoup de musique sérieuse!

Tom Phillips

Tom Phillips

Est-ce que tu pourrais nous expliquer le concept derrière cet album?

Aphelion est le point le plus éloigné du soleil. Comme le titre l'indique, il s'agit d'être échoué dans un endroit distant, froid, désolé. Comme toutes les œuvres de WHW, c'est très métaphorique; dans le cas de cet album, le soleil représente tout ce à quoi nous aspirons ou désirons intensément et que nous poursuivons avec passion et vigueur. Bien sûr, tout cela est basé sur mon parcours personnel, mais le soleil pourra représenter des choses différentes pour chacun dans ce contexte; la recherche peut-être romantique, philosophique, spirituelle, matérielle... une lutte pour atteindre la sobriété, ou trouver un remède à une maladie... tout ce qui est recherché avec beaucoup de force, d'espoir, de passion, de foi, et d'effort. La réalité est que, parfois, en dépit de l'utilisation de chaque ressource qui est en nous, ce n'est pas suffisant, et certains soleils sont bien trop éloignés. Le reste de l'album se rapporte donc à l'affrontement avec cette réalité, à travers le choc, le déni, la rage, le désespoir, jusqu'à atteindre l'acceptation – bien que, dans ce cas, elle ait un goût amer. En dépit de la conscience de cette futilité d'atteindre son rêve, cette volonté d'y arriver persiste.

Le processus de composition était-il différent pour cet album?

Pas vraiment. Nous n'avons jamais écrit un morceau de musique, et si nous le faisions, en s'occupant de la critique, et même des fans, ce serait mauvais. Tout ce que nous faisons provient du cœur et de l'âme, et selon moi, si ce n'était pas le cas, ce serait faux et vide. Je ne nous autoriserais pas à faire quelque chose qui ne soit pas sincère... c'est pour cela que notre musique provoque des émotions si intenses – parce qu'elle est réelle. La sincérité ne peut être feinte.

Chaque note, chaque chanson, chaque album de WHW, tout est venu après une révélation – une force cosmique, une puissance supérieure nous utilise... ce qui donne comme résultat une recherche à travers notre âme, un cataclysme, un catalyseur émotionnel. Ce que tu entends dans Suspended at Aphelion est exactement ce qui est venu, s'est écrit de lui-même. Ce que nous faisons est simplement de distribuer sa partition à chaque instrument, alors que l'arrangement a été fait de lui-même.

Musicalement, quelles sont vos inspirations pour cet album? Les mêmes choses que précédemment, ou de récentes découvertes ont pu jouer un rôle important dans le processus?

Comme je te l'ai mentionné précédemment, nos influences sont restées intactes depuis nos débuts dans les années 80 pour la plupart. Et tout ce que nous avons toujours fait est une combinaison de tous ces éléments, passés sous le filtre de nos influences personnelles et vies. Dans le cas de Suspended at Aphelion, je peux te dire que la plupart de son origine est détectable dans « Finality » de l'album Fear of Infinity – c'était un moment où tout est arrivé à maturité – je ne sais pas comment ni pourquoi – ça s'est révélé naturellement. Suspended at Aphelion, comme « Finality », n'est pas basé sur les riffs, n'utilisant pas beaucoup de « power chords » - moins de 4 minutes sur 40. A la place, l'ensemble découle largement de l'ère postromantique / d'harmonies du 20e siècle – d'habitude elles ne s'entendent que dans des musiques sombres comme certains ECM Jazz ou dans la musique classique d'Europe de l'Est de la fin du siècle dernier. Il y a toujours des traces de Fates Warning ou Bathory là-dedans, mais même avec d'anciens membres de Fates Warning, on ne sonne pas du tout comme eux. Ou comme quiconque.

Les gens semblent faire l'erreur de croire que cela ressemble à ce qu'ils peuvent connaître, mais en réalité, il n'y a aucune structure standard qui fut utilisée; par exemple, c'est totalement incorrect de considérer les passages Black Metal dans « Icarus and I » comme des chœurs – car ils n'en sont pas. Tout est basé sur de véritables chœurs, c'est à dire 5 minutes et tout en mouvement. Rien n'est laissé au hasard. Tout a du sens si tu es familier avec les travaux de George Clumb, ou même Schönberg et Stravinsky. Il y a des thèmes et des variations, des progressions et des motifs récurrents tout au long des 40 minutes de notre musique. C'est pour cette raison que ça prend non pas 5 ou 10 écoutes, mais au moins 20 pour pleinement digérer et apprécier ce que nous avons composé.  Ce n'est pas fait pour tout le monde, mais il y a suffisamment de mélodies pour plaire même à un auditeur insouciant SEULEMENT s'ils s'engagent pleinement dans ce voyage... et il n'y a aucun doute que des écoutes ultérieures donneront des résultats plus satisfaisants.

While Heaven Wept

Ce n'était pas trop difficile de devoir séparer ce long et unique morceau en différentes parties? Une requête de Nuclear Blast?

NB n'a aucune influence sur l'aspect musical de nos albums; ils savent qui nous sommes, et ce que nous faisons. Ils ne nous ont pas signés pour avoir des « hits », et nous ne sortons pas d'albums faits pour être disséqués. Soit tu prends le tout, soit tu ne comprendras JAMAIS.

C'est, en réalité, Rain qui a insisté sur les subdivisions, en ayant les fans à l'esprit plus qu'autre chose; pour moi, c'est simplement Suspended at Aphelion, un travail singulier avec onze chapitres. Ces divisions indiquent à la fois une étape importante dans ce voyage et les divers états d'esprits parcourus, aussi bien que la narration si tu prends en compte les paroles. Ça n'a aucun sens de n'écouter qu'une partie.

De quelle façon comparerais-tu cet album avec les précédents?

Suspended at Aphelion est d'un tel niveau de capacité qu'il est impossible de le comparer avec le reste de notre discographie. C'est à des années lumières du reste de nos morceaux, « Finality » mis à part, comme je l'ai dit – et même à des années lumières de tout ce qui a été fait dans le Rock et le Metal cette année. Au niveau des paroles, c'est le plus complet des albums de While Heaven Wept, car il parle en détail du voyage, de la conception à la conclusion – et c'est le seul album conceptuel de notre discographie; tous sont thématiques, mais seul Suspended at Aphelion a une histoire cohérente. Dynamiquement, nous avons enfin réussi à créer un album qui voyage du murmure à la boursouflure – quelque chose de très difficile à atteindre sur un album plus lourd. Et bien que nous reconnaissons que Suspended at Aphelion n'est pas aussi lourd que d'autres de nos albums, il y a toujours des passages dévastateurs, même si aucun ne l'est autant que « The Drowing Years » par exemple. C'est facilement le plus organique, naturel, le plus humain des albums faits depuis les bobines à bandes. Pas de Pro-Tool à fond comme la plupart de la musique moderne. Donc ce n'est pas « parfait » mais c'est ce qui le rend « vrai ». Et nous l'avons masterisé comme dans les années 80, aussi. C'est, de cette façon, une entité en soi car nous avons fait ce que la musique nous a dit de faire. L'album résume aussi très bien les 25 ans de carrière de WHW en un morceau. J'entends absolument tout de Lovesongs of the Forsaken jusqu'à Fear of Infinity en son sein, sans recycler ce que nous avons déjà fait. Et bien que ce ne soit pas pour tout le monde, ce paramètre reste le même que toutes nos précédentes œuvres. C'est, en fait, exactement ce que nous voulions faire... un monolithe qui ne commémore pas seulement 25 ans, mais donne aussi des indications sur le futur, surtout harmoniquement.

Tu as dix mots pour convaincre nos lecteurs d'écouter et acheter ton album. Choisis-les bien.

C'est l'album le plus dynamique et le plus émotionnel de 2014 (NDLR: oui en français, ça fait 11 mots).

While Heaven Wept

Prévoyez-vous de tourner dans le but de promouvoir ce nouvel album? Peut-être le Hellfest 2015 et quelques dates en France?

Nous allons bien sûr partir en tournée en 2015, en privilégiant l'Europe. Il semblerait que nous allons faire un petit saut au Printemps pour parcourir quelques territoires géographiques reculés, puis ensuite revenir en Automne pour une tournée plus important dans les principaux territoires de l'Union Européenne. Les festivals d'été sont aussi une option, mais ils devront être traités au cas-par-cas. Nous sommes ouverts aux offres, et nous adorerions être au Hellfest par exemple. Une chose que nous vous assurons, c'est que la France ne sera pas négligée, et ce malgré ta chronique de Suspended at Aphelion (NDLR: diantre, mon influence sur les artistes est plus maigre que je ne l'espérais). Plus sérieusement, cette fois-ci la France ne sera pas oubliée, nous serons maîtres de notre itinéraire. Ça ne gravitera pas pas autour de festivals spécifiques, qui font souvenir venir avec des clauses de proximité, et nous préférons être tête d'affiche plutôt que première partie, donc, finalement, nous serons à-même de décider des endroits où nous jouerons. Dans la mesure du raisonnable et de la géographie... mais la France est un passage inévitable.

Penses-tu qu'un jour, While Heaven Wept retourne vers une musique plus orientée doom, ou ce temps est révolu?

Si cela venait d'un processus sincère, développé naturellement, alors oui ce sera possible... mais en premier lieu, en dépit de notre association à cette scène, nous ne nous sommes jamais proclamés « doom ». Si tu regardes les premiers flyers de notre démo tu peux lire : « c'est une musique faite de mélancolie romantique ». Cela n'a jamais changé depuis. Qui plus est, étant l'un de ceux qui était là, à cette époque, il n'y avait que 10-15 groupes à cette époque jouant ouvertement cette musique. Je voudrais ajouter deux choses: pour moi, le DOOM = HUMEUR, et ça l'a toujours été. Dans cette vision, nos deux derniers albums sont aussi « doom » et mélancoliques que Sorrow of the Angels l'était, si ce n'est plus. Deuxièmement, While Heaven Wept n'a fait qu'un seul album que je considère être du VRAI doom metal – et c'est Sorrow of the Angels, il y a 16 ans! Rien de ce que nous avons fait avant ou après n'en est, même si ce que l'on fait s'en rapproche selon ma définition. Et même ce dit album est d'approche plus progressive!

Laisse-moi clarifier tout cela: pour moi, le VRAI doom metal doit être pur dans sa forme; ça doit sonner EXACTEMENT comme Black Sabbath / Trouble / Saint Vitus / Candlemass. Dès que tu introduis des voix death, des passages groovy, tu vas en dehors des paramètres du genre. Ce qui signifie que Paradise Lost, Anathema, Autopsy ou My Dying Bride n'ont jamais été du VRAI doom metal. Seulement un hybride. Du death metal lent. Le drone non plus, n'est pas du doom metal – il découle de vieilles expérimentations électroniques de scientifiques et de l'école Stockhausen. Le stoner n'est pas non plus du vrai doom. C'est plus joyeux/groovy/orienté jam. Juste parce qu'une musique est lente et lourde ne fait pas d'elle du doom. Et bien que nous soyons tous descendants de Black Sabbath, ça ne remplit pas non plus toutes les conditions requises. Donc, si on reprend cette stricte et précise définition, While Heaven Wept n'est PAS et ne sera JAMAIS du vrai doom metal. Nous sommes plutôt un hybride. C'est dans notre ADN, mais pas plus que ne l'est le rock progressif, le thrash, la musique classique, la darkwave ou le metal extrême. Donc, je vais répondre à ceux qui veulent un nouveau Sorrow of the Angels de plutôt écouter cet album, ou alors les très bonnes sorties de Pallbearer, Procession, Solstice, Forsaken, Doomocracy ou Atlantean Kodex – qui font mieux dans ce domaine précis que nous si nous tentions de nous y mettre. Et même si on tentait d'en faire ce serait le sommet du manque de sincérité. En plus, nous n'allons jamais revenir sur des territoires déjà explorés par nos soins, sinon cela apporterait de la redondance, et ce n'est pas un point qui qualifie While Heaven Wept. Cela dit, il faut que retenir que nous sommes toujours fiers de chaque ère parcourue durant notre existence et le but de ces albums est d'avoir du contenu pour nos concerts à présent. Ils sont plein de rebondissements, comme nos albums. A ce jour, nous jouons tout de Lovesongs jusqu'à Fear of Infinity, et nous allons incorporer Suspended at Aphelion à présent. C'est le plus important, au-delà d'une vision ou d'un besoin personnel.

While Heaven Wept

Quel est ton regard sur l'actuelle industrie du disque? Est-elle néfaste à présent pour ton groupe par rapport à ce qu'elle était dans le passé, ou peu de choses ont changées pour While Heaven Wept?

Il y a du pour, et du contre; c'est une bonne chose que de bons groupes puissent trouver leur auditoire, plus rapidement et même dans les endroits les plus reculés grâce à Internet, mais il y a des inconvénients. Des générations entières pensent que voler de la musique, ce n'est pas grave. Et je t'assure que ça ne l'est pas. C'est la signification d'une mort certaine pour beaucoup de groupes et de labels. En fait, c'est à cause de ça que nous avons abandonné l'approche Do It Yourself après 21 ans. Je ne peux plus dépenser énormément d'argent dans un album que les gens vont télécharger illégalement; nous avions besoin des fonds pour financer les enregistrements suivants. On a jamais été dans le scénario de faire du profit. Nous avons essayé de survivre pour finalement tomber à sec. Mais nous ne voulions pas faire de compromis sur notre excellente production.

Beaucoup parlent de l'extinction des labels, et s'il y a du vrai autour de la chute des ventes d'albums, ils finissent par apprendre à quo-exister et survivre dans cette folie. Le fait est qu'il y a des raisons pour lesquelles certains labels ont survécus, et d'autres non. Mais nous, les groupes, avons toujours besoin d'eux. Personne n'a un tel pouvoir de promotion ou réseau de distribution que cet acteur majeur de l'industrie.

Pour ma part, je soutiens également les campagnes de financement et autres initiatives créatives pour soutenir les artistes; si nous n'étions pas affiliés à Nuclear Blast, ce serait la voie que nous emprunterions – même si cela signifie de faire des sacrifices. Je n'ai pas besoin d'être inclus dans tous les magazines et tous les websites de ce monde – j'ai juste besoin d'exprimer des choses que je n'ai pas d'autres moyens d'exprimer, comme mes expériences avec les traumatismes ou les dépressions mais de façon positive, et ainsi mener une existence normale. Mais je veux assurer que While Heaven Wept est à même de produire des albums sans dépenser des sommes colossales ou devoir vivre dans des endroits insalubres.

La technologie nous a permis en général d'accéder à bien plus que l'exposition – et je parle ici de tous les artistes – mais il y a bien des embûches; c'est bien trop facile pour un jeune groupe de faire quelque chose et d'empoisonner l'ensemble avec quelque chose de fade ou de mal fait avait même de tenter à développer un son ou une identité. Ensuite, il y a cette façon de « lever le voile »; je me souviens d'avoir été mystifié par des groupes et des légendes quand j'étais enfant. Quand il n'y avait encore que des magazines imprimés et peut-être une, ou deux émissions de radio pour te donner des informations; maintenant, tout est à ta disposition – et on en arrive même au point où les gens vont faire des tweets à propos de leur repas, et ça, c'est une honte! Il y a quelque chose de spécial à parcourir les albums dans un rayon et tomber sur un joyau qui te fait sentir être le seul à avoir déterré une rareté, ou faire un achat basé uniquement sur la pochette, sans Wikipedia pour te donner tous les détails les plus sordides là-dessus.

L'un des meilleurs aspects de l'état actuel des choses est qu'il y a une place pour chaque genre de metal; ce n'est pas comme quand on débutait; et où tu étais obligé de faire du thrash sinon tu étais considéré comme trop vieux... ce sort était d'ailleurs réservé au thrash lors de l'avènement du death. Maintenant, il y a une place pour chaque groupe, de chaque genre. Même ceux qui, comme nous, ne conviennent pas à un genre précis ont une place. Je crois que ces nouvelles générations ont eu le luxe d'entendre bien plus, sans trop d'efforts, et donc sont plus ouverts. Plus mondialisés. Et c'est fantastique. Peut-être que ces générations apprennent, cette fois, quelque chose des erreurs du passé!

Suspended at Aphelion

Est-ce que tu connais et apprécies quelques groupes de la scène française?

Je préfère, en réalité, des groupes français d'un genre différent: Ange, Atoll, et surtout Pulsar – une GRANDE influence sur While Heaven Wept (et si vous voulez comprendre Suspended at Aphelion, vous devriez écouter leur album Halloween, et ensuite retenter le notre). Mais il y en a bien sûr auxquels je pense... nos anciens compagnons de tournée Alcest, par exemple. Neige et moi nous compreons très bien et aimons des groupes en commun comme 4AD. Je les adore. Il y a d'autres groupes sympas comme Blut Aus Nord, etc... j'écoutais beaucoup Misanthrope quand ils sont arrivés – l'avènement du label Holy Records. Il y a aussi eu de bons groupes de doom comme Astral Rising, Northwinds, Dark White, et plus tard Rising Dust. J'en écoute pas autant qu'avant mais il y a de bons groupes devant de là-bas. Mais la scène progressive française des années 70 est la plus intéressante pour moi, jusqu'à ce que des groupes d'avant-garde et de black metal naissent.

Merci d'avoir accordé cet entretien à La Grosse Radio! Quelques mots de conclusion pour nos lecteurs?

Merci encore pour cette opportunité! Ce que j'aimerais vous demander, c'est de ne pas juger notre dernier album uniquement sur la base de la chronique publiée sur ce site – donnez-lui une chance; ça ne plaira peut-être pas à certains fans de longue date, mais ce n'est certainement pas une merde contrairement à ce que la chronique dit! (NDLR: je n'ai pas dit que c'était une merde, mais passons). Sur 43 chroniques à ce jour, et du monde entier, c'est la SEULE négative (NDLR: c'est faux), et bien que nous respections les opinions de l'auteur (NDLR: encore heureux), nous préférerions que vous vous forgiez une opinion par vous-même (NDLR: et je vous encourage à le faire également!) - même si au final vous tombez d'accord avec le résumé qui en a été fait. Sinon, on se voit en 2015!

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements