Dimmu Borgir (+ Enslaved et Sahg) au Bataclan (22.09.2010)

*Live Report rédigé par l'ami Lionel alias Born 666, Live Reporter de choc de La Grosse Radio Metal*

En ce dernier jour de l’été ici à Paris, c’est un vent venu de Norvège qui souffle dans le Bataclan.

Mais ce n’est pas un vent froid, il est très très chaud et humide dans la salle qui a dû exploser sa climatisation...

Dimmu Borgir Bataclan 2010

- SAHG -

Sahg débute avec une demi-heure d’avance à 19h et c’est dans une salle quasi vide qu’ils vont jouer.

Le groupe joue un Heavy Doom avec des lights pratiquement inexistants. Le son est très moyen, et le groupe trop statique. Olav reste littéralement scotché à son micro. Comme sur disque leur musique est très prenante, mais là en concert on a du mal à accrocher.

Sahg

A ce moment, il ne fait que 30°C à l’intérieur de la salle...

- ENSLAVED -

Enlsaved monte sur scène, ils paraissent en forme mais assister à un concert d'Enslaved en première partie perd beaucoup de sa puissance, et de son charme.

En effet, lorsqu'ils sont en tête d’affiche on a droit à des films projetés derrière la scène en adéquation avec leur musique. Les lights sont toujours bien appropriés à leurs chansons, et on nage dans des couleurs bleus, pourpres, vertes qui vont parfaitement à l’univers Black Pagan Progressif du groupe. Ce soir, on doit se contenter d’un light superficiel qui ne nous empêche tout de même pas d’apprécier la prestation de la bande à Grutle et Ivar.

Enslaved

Ils commencent par « Ethica Odini » du dernier album qui lui s'intitule Axioma Ethica Odini. La chanson passe bien en live et s’inscrit dans la veine de l’esprit des derniers albums, tel un Ruun ou un Vertebrae.

« Raidho », là aussi une nouveauté et les growls de Grutle, ainsi que la splendeur des breaks surchauffent l’ambiance de la salle. Et c'est alors que "Isa" arrive...

"Isa: Still - Standing – Empowered
Isa: Watching you die, with tears of ice
Isa: Detached - Silent - Ecstasy
Isa: We are the dead"

Ils joueront aussi “The Beacon”, qui signifie, et je tiens à le préciser « La balise » et non... Viendra également “Fusion Of Sense And Earth” de Ruun, son riff impitoyable donne une grande gifle chaude au public qui s’est amassé près de la scène.

Enslaved

Puis, avant de partir, Enslaved finit avec un « Ground » épique à souhait marque de fabrique d'un groupe qui a fait de la scène sa maison principale.

- DIMMU BORGIR -

Comme à leur habitude, c’est après une longue intro que les six norvégiens de Dimmu Borgir arrivent sur scène, Shagrath fermant le pas. La scène a extrêmement changé. Elle est dans les tons de leur dernier clip « Gateways ».. Les tenues ont elles aussi changé. Les genouillères cloutés ont laissé place à des genouillères « tête de mort » comme dans le clip.

Le claviériste (anonyme ?) est en tenu Sado-Maso et porte autour de la tête des clous telle la couronne d’aubépine entourant celle du Christ...

C’est l’intro « Xibir » du dernier album Abrahadabra qui débute. La musique et ses chœurs féminins nous transportent dans un film épique entouré de chevaliers noirs poursuivis par des forces obscures et maléfiques.

Dimmu Borgir

« Spellbound (by the Devil) » vient nous secouer. La poursuite s’annonce périlleuse. Il y aura peu de survivants. Les synthés montent d’une octave. Shagrath se penche sur son public, et déverse ses paroles tel un possédé vomissant de la matière organique en putréfaction sur Les Livres Saints.

"You have returned to the torture-chambers
To find peace among the rotting corpses
You have returned to the execution place
To inhale the smell of blood…"

L'odeur de sueur âcre nous entoure. Une chaleur étouffante écrase le public. C’est un sauna d’haleines chargées qui nous entourent. Il doit faire dans les 50°C. C'est insoutenable, on doit bien perdre au moins 5 litres d’eau, heu pardon de bière, pendant le concert. Les vêtements nous collent littéralement à nos peaux en état de décomposition.

A côté du monstrueux kit de batterie, se trouve un cahier des chansons interprétés par le groupe. Eclairé par une petite lumière Shagrath y va, de temps en temps, consulter son antisèche géante. Des cornes permettent aux musiciens de boire.

Rassurez-vous, Shagrath échange quand même quelque mots avec son public.

"Murderer, you have returned
To create fear and sorrow
Death and terror rules the land
We have been spellbound
By the Devil"

« The Chosen Legacy » nous tombe dessus tel un vol de parpaing dans une cité du 9-3. Galder à la guitare a toujours son air démoniaque lorsqu’il penche la tête en nous regardant droit dans les yeux.

Dimmu Borgir

Silenoz arpente la scène et surveille la prestation des 2 nouveaux venus : Snowy Shaw à la basse et Darey à la batterie. Sauf que... Snowy n'est déjà plus là, c'est vrai, ayant quitté le groupe à peine son arrivée annoncée...

Les notes du clavier sont bien placées, et nous donnent un peu de repis.

"The winds that blow purity
Signify my chosen legacy
I was born to opposition
A contender to creation
In Sorte Diaboli"

« Indroctination » tiré de Puritanical Euphoric Misanthropia et son break nous feront chavirer. On a encore droit a un nouvel extrait du futur album : « Chess with the Abyss » qui reste dans du pur Black Metal Symphonique pur, mais sans grande originalité. En revanche « Gateways » passe allégrement l’épreuve du live.

« Vredesbyrd”, “The Blazing Monoliths of Defiance” nous envoient beaucoup de samples. Après un court break, les musiciens reviennent sur scène sous la bande son de « The Serpentine Offering » (qui me fait toujours autant penser à Star Wars...)

Dimmu Borgir

Les parties normalement chantées en clair par Vortex (l’ancien bassiste) sont ici envoyées par des samples. C’est assez dommageable d’autant plus que Shagrath chante par dessus, en voix beaucoup plus grave. “Puritania”, “Progenies of the Great Apocalypse” et “Mourning Palace” d'Enthrone Darkness Triumphant viendront clore un show très chaud.

C'est donc à un concert de début de tournée auquel nous avons assisté alors que le dernier album Abrahadabra n’est même pas encore sorti. Il faudra certainement les revoir plus tard quand le rodage sera terminé et que les kilomètres effectués autour de la Terre atteindront les 100 000 au compteur...

Lionel / Born 666

A voir et lire aussi :

- Interview de Shagrath (Dimmu Borgir) pour La Grosse Radio Metal
- Chronique du nouvel album d'Enslaved
- Chronique du nouvel album de Sahg

- La Grosse Page de Dimmu Borgir
- La Grosse Page d'Enslaved
- La Grosse Page de Sahg



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements