Motörhead (+ The Damned et Skew Siskin) au Zénith de Paris (18.11.2014)

Le rock s’accroche
 

Après avoir annulé par deux fois cette tournée, Motörhead revient enfin à Paris, avec la première date à Paris depuis la sortie d’Aftershock. Si le leader Lemmy n’a plus son énergie d’antan, le groupe a su assurer un concert correct. Pour ouvrir le bal, on retrouve Skew Siskin dans la même veine hard rock et The Damned, plus orienté punk-rock, qui ont su chauffer le public à leur manière.


Skew Siskin

La soirée commence avec le groupe de hard rock allemand à chanteuse qui n’en est pas à sa première collaboration avec Motörhead. Ils ont en effet tourné ensemble en 2010. Devant une fosse pas encore tout à fait remplie, Skew Siskin exécute son set sans grande conviction.

Skew Siskin

En effet, le son n’aide pas, mais les musiciens semblent ailleurs, hormis le bassiste Conner Rapp qui essaie de remuer tout ce beau monde. Le guitariste Jim Voxx, très statique, regarde à peine le public et semble prendre peu de plaisir à jouer ses parties. La chanteuse Nina C. essaie de chauffer le public mais semble accuser le coup de la fatigue.

En conséquence, le public le ressent et se montre assez peu réactif, sauf quand Nina fait chanter tout le monde en choeur en fin de set. Ce concert n’était visiblement pas celui qu’il fallait voir pour ceux qui ne connaissaient pas le groupe, réputé pour envoyer le pâté rock ‘n’roll. Il ne reste plus qu’à attendre leur retour pour leur donner une nouvelle chance.

Skew Siskin

Setlist :

We’re an Institution
Shake Me
Jesus of Cool
Ridin’ With the Devil
Livin’ on the Redline
If the Walls Could Talk

The Damned

Arrivent ensuite les punk-rockers de The Damned. Fringants, dans leurs costumes de scène originaux, avec les couleurs vives de Captain Sensible, le costume de crooner de David Vanian ou le pyjama de Monty Oxy Moron, tout est là pour capter l’oeil du public. Non contents d’être tirés à quatre épingles, les membres du groupe sont mobiles et avec leur public tout le long du set.

The Damned

On peut notamment saluer la performance vocale de David Vanian, qui se montre impeccable tout le long du set, avec un style vocal inspiré du rockabilly, en accord avec sa tenue vestimentaire. Côté musical, nous sommes loin de la rage du punk des années 70, dont est issu The Damned, mais plus dans le côté fun et délirant, sans tomber pour autant dans la parodie.

Devant une telle performance, le public s’est montré bien plus dedans, malgré le fait que le style musical diffère grandement du groupe en tête d’affiche. Captain Sensible n’a d’ailleurs pas manqué de saluer Motörhead et notamment Lemmy pour les avoir laissé tourner avec eux, alors que sur les deux dates précédentes qui avaient été annulées, Saxon prenait la place de The Damned.

The Damned

Setlist :

Street of Dreams
Nasty
Love Song
Machine Gun Etiquette
Wait for the Blackout
Lively Arts
Silly Kids Games
Ignite
The History of the World (Part 1)
Eloise [reprise de Paul Ryan]
New Rose
Neat Neat Neat
Smash It Up


Motörhead

C’est maintenant au tour des légendes du hard rock de faire leur entrée. Après deux annulations de tournée consécutives, le public doutait encore de la tenue de la date et il a fallu voir Lemmy sur scène pour s’assurer que le concert avait bien lieu. C’est d’ailleurs un Lemmy amaigri et affaibli qui gouaillera pendant 1h20, avec une voix moins énergique, mais tout de même présente.

Motörhead

Pour rattraper le coup, ses deux comparses Phil Campbell et Mikkey Dee se montrent plus en forme que jamais. Le guitariste n’arrête pas de bouger et de remplir l’espace de la grande scène du Zénith à lui tout seul, mais n’hésitera pas à se montrer plus sage sur son solo de guitare tout en douceur. A la batterie, Mikkey cogne plus fort que jamais et n’hésite pas à servir un solo de batterie très énergique au milieu de « Doctor Rock ».

Côté setlist, Motörhead s’éclate avec les classiques habituels comme « No Class », « Ace of Spades » ou « Going to Brazil », en ajoutant quelques raretés comme « Shoot You in the Back » ou « Rock It », sans oublier d’inclure deux nouveautés issues de l’album Aftershock : « Do You Believe » et « Lost Woman Blues ». Cette joyeuse sélection permet au public d’apprécier un set remuant et équilibré, bien que très orienté old school.

Motörhead

Malheureusement, la fatigue du leader se fait aussi ressentir dans la musique, notamment pendant « Damage Case » qui se retrouve bien ralentie. L’état de santé de Lemmy s’est stabilisé pour lui permettre de tourner, mais sa faiblesse physique est évidente.

On peut tout de même saluer le frontman pour se démener en tournée et donner le meilleur de lui-même, avec les deux autres membres du trio qui n’hésitent pas à lâcher quelques gouttes de sueur pour rattraper le coup et offrir ainsi le meilleur show possible, pour le salut du rock ‘n’roll.

Motorhead

Setlist :

Shoot You in the Back
Damage Case
Stay Clean
Metropolis
Over the Top
Guitar Solo
Suicide
Rock It
Do You Believe
The Chase Is Better Than the Catch
Lost Woman Blues
Doctor Rock / Solo de batterie
Just ‘Cos You Got the Power
Going to Brazil
No Class
Ace of Spades

Rappel :

Overkill

Photos : © 2014 Nidhal Marzouk  / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements