The Birds End – Les Terres Hostiles (EP)


Il faut parfois sortir de ses habitudes pour ressentir de nouvelles sensations !

The Birds End est exactement ce qu'il faut pour cela. Soulignons ici qu'il ne s'agit pas vraiment d'un groupe de metal, car nous sommes en présence d'une formation évoluant dans l'univers post rock atmosphérique.

Cependant, pour avoir vu totalement par hasard la formation sur une scène, je ne peux m'empêcher de penser que cela pourra intéresser plus d'un lecteur assidu de La Grosse Radio Metal ! En effet, la noirceur est bien présente, et les envolées distordantes pleines de violence se font entendre à plusieurs reprises.

D'autre part, la limite entre les genres n'est pas toujours très évidente à percevoir. Y-a-t'il des fans d'Alcest ou d'Empyrium dans la salle ? Comment peut-on réellement qualifier ces genres musicaux ? Post shoegaze empathique ou post black statique ? Gothic metal brumeux ou metal ambiant atmosphérique expérimental ? D'ailleurs pourquoi toujours mettre "post", c'est peut-être du "pré" quelque chose dont il faudrait parler ? Là encore, ce qui compte pour qualifier un groupe, ce sont les émotions véhiculées par la musique.

Et avec The Birds End, des émotions, il y en a.

Certes, l'ensemble est loin d'un black/death virulent, mais on ne peut pas nier que la guitare hurle son désespoir et sa passion, même si le rythme est lancinant.
 


Le groupe présente une autre originalité de taille. En effet, il est doté de ce que je qualifierai une "chanteuse visuelle". Peggy Le Guerne tient bien cette place au sein du groupe. D'une part, telle une parolière, elle est à l'origine du conte ayant inspiré Les Terres Hostiles, et d'autre part, elle focalise l'attention à travers ses peintures qui illustrent bien sûr tout l'artwork lié au groupe, mais elle réalise également une performance sur la scène  en peignant à l'encre de Chine sur tulle pendant que les musiciens jouent.

Evidemment, il s'agit donc d'un groupe à voir sur scène, mais musicalement, il y a également de quoi s'enthousiasmer. Grégory Brault, Nicolas Calbrix, Regis Leroy et Olivier Bance ont relevé le dur challenge de réussir un album entièrement instrumental.

Certes, les influences de groupes post-rock tels que GY!BE sont clairement revendiquées, mais ce second EP Les Terres Hostiles mérite une écoute attentive et ouverte d'esprit.

Pour vous faire une idée plus précise, n'hésitez pas à écouter l'album en entier ici. Et n'oubliez pas que l'Art se perdrait sans soutenir les artistes...

The Birds End, c'est un peu de douceur dans ce monde de brutes, avec en prime un visuel scénique très original...

C'était la séquence coup de cœur.
Vous pouvez reprendre vos écoutes de groupes pleins de riffs heavy et de soli sataniques !

« Les Terres Hostiles» - sortie le 18 octobre 2014 (Emergence Records).

Tracklist :
01. Intro (1:16)
02. L'homme (8:38)
03. La petite fille (7:44)
04. La clairière aux puits de lumière (3:28)
05. Les Terres Hostiles(06:52)

 

Thomas Orlanth

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements