Season of Ghosts – The Human Paradox

Se lancer en solo dans l'univers impitoyable du metal n'est pas chose aisée. C'est pourtant la décision que prend la chanteuse et compositrice grecque Sophia Aslanidou, montant d'elle-même son projet Season of Ghosts à la suite de son départ de Blood Stain Child. La jeune femme compte bien imposer son univers grâce à The Human Paradox, un album haut en couleur et travaillé tant dans la forme que le fond.

Avertissement préalable tout de même : si les sonorités industrielles et les éléments électroniques sont rebutants pour l'ouïe de l'insouciant auditeur, il est préférable de passer son chemin. En effet, la volonté de Sophia est de combiner une base metal à diverses influences, allant de la musique japonaise à de nombreuses tournures pop et cybernétiques. Le résultat n'est pas là pour plaire à chacun mais en prenant le parti d'écrire une musique qui lui est personnelle, la frontwoman s'octroie une véritable identité et une réelle crédibilité. L'ensemble n'est pas forcément original à proprement parler, mais le disque a le bon goût d'oser mélanger de multiples registres musicaux sans jamais tomber hors de propos. Indéniablement, le talent est présent et, curieusement, l'opus n'est pas centré uniquement autour du chant de la Grecque mais laisse place aux divers instruments employés pour s'exprimer afin d'obtenir une mixture homogène. The Human Paradox possède de cette façon son lot de morceaux efficaces, à l'instar de « Time Travellers » ou « Dream; Paralysis », mettant en exergue les tournures pop totalement assumées par Sophia, au travers de refrains mémorisables et entêtants.

Season of Ghosts

La cohérence est de mise, mais la diversité n'est jamais au placard. L'offrande tourne généralement dans des sonorités similaires mais les ardeurs sont régulièrement calmées par des interludes instrumentales ou des ballades reposantes, telles la piste éponyme ou « The Road to Acheron », portées par la douce voix de la chanteuse, très à l'aise dans ce registre. C'est dans ces moments, à l'aide du piano, que la talentueuse grecque dévoile une émotion perceptible, permettant ainsi à des morceaux à la construction relativement classique de ne pas sombrer dans l'ennui. Hélas, tous les titres ne sont pas sauvés par la prestation vocale. « [NE]: MESIS – The Kiss of Justice », très axée électro, ne décolle jamais réellement, et est plombée par des lignes de chant plates. En outre, quelques narrations viennent se greffer aux morceaux, et l'utilité de celles-ci est bien souvent à remettre en question, n'apportant pas grand chose. Heureusement, des pierres angulaires taillées de main d'orfèvre se démarquent très nettement, et forment d'excellents représentants à l'univers de Season of Ghosts : « Genesis - The Phoenix Syndrome », catchy à souhait et synthétisant à merveille les efforts de la compositrice, la sombre « Quantum - Through The Looking Glass » ou la mid-tempo « Reincarnation » sont de parfaits exemples de morceaux adroitement écrits. Par ailleurs, les growls ponctuels de la chanteuse pourraient dénoter mais se fondent agréablement dans l'ambiance, offrant un peu plus d'agressivité à l'album.


 

Season of Ghosts ne fera certainement pas l'unanimité, mais force est de reconnaître un réel talent de composition et d'interprétation de la part de Sophia Aslanidou. Avec The Human Paradox, la jeune grecque peut se faire une place sur la scène metal, grâce à un univers brassant diverses inspirations très bien intégrées et mélangées, lui octroyant une personnalité affirmée. Ne reste qu'à corriger quelques erreurs empêchant le disque d'atteindre des sommets pour pleinement démontrer tout le potentiel d'un projet déjà prometteur. La suite est attendue de pied ferme.

Note finale : 7,5/10

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements